Algérie et Nigeria: élimination amère


L'Algérie a fait trembler la Mannschaft pendant le temps réglementaire en procédant par contre-attaques. Mais en prolongations, la bande à Müller a fait respecter la hiérarchie sportive avec des buts de Schürrle et Özil. Djabou réduisant la marque trop tard (2-1 a.p.).

De son côté, le Nigeria garde en travers de la gorge son élimination (2-0) face à la France. L'arbitre a fait preuve de beaucoup trop de "clémence" envers le Français Blaise Matuidi après son tacle dangereux sur Ogenyi Onazi. Ce que le sélectionneur du Nigeria, Stephen Keshi, n'a pas manqué de relever: "C'est une honte. Je ne peux pas dire à l'arbitre ce qu'il doit faire mais Onazi a été deux fois victime de tacles dangereux. L'arbitrage n'était pas au niveau et le parti-pris était en faveur des Français." L'arbitre s'est notamment fait remarquer en ne sifflant pas un penalty indiscutable de l'arrière français Patrice Evra et s'est contenté d'aller lui taper "discrètement" sur les doigts. Sur un seul match, les supporters nigérians ont de quoi tirer la tête.

Toujours l'imbroglio des primes

Le Cameroun était arrivé au Brésil 24 heures plus tard que prévu, après une nouvelle grève de l'entraînement. La cause ? Des primes non réglées. Même souci avec les "Black Stars" du Ghana, même réaction des joueurs. Le Nigeria est également passé par les mêmes tracas, et selon les dires de l'entraîneur Stephen Keshi : "les discussions ont tellement traîné que les joueurs en ont oublié un jour... de s'entraîner".

Bagarres et exclusions

Le 18 juin, lors de Cameroun-Croatie (0-4), Alexandre Song avait donné un coup de coude dans le dos de l'attaquant Mario Mandzukic. Logiquement exclu, il a également écopé d'une suspension de trois matches. Et comme si ça ne suffisait pas, à quelques secondes du coup de sifflet final, Benoit Assou-Ekotto, visiblement irrité par le jeu trop personnel de Moukandjo Bilé, le lui a fait comprendre par un coup de boule ! Ambiance...

Le Ghana a de son côté exclu les stars Kevin-Prince Boateng et Sulley Muntari. Le premier a insulté le sélectionneur Kwesi Appiah à l'entraînement tandis que le second s'en est carrément pris physiquement à un membre de la fédération ghanéenne lors d'une réunion sur les primes.

Accusations de matches truqués et enquête

Et pour couronner le tout, la Fécafoot, fédération de foot du Cameroun va ouvrir une enquête sur des "allégations de fraude", notamment Cameroun-Croatie. Ces allégations proviennent du magazine allemand Der Spiegel. Il évoque un arrangement sur le résultat de Croatie-Cameroun (4-0) pour des paris truqués, ainsi que des mises sur une exclusion d'un joueur en première période.

Et la Côte d'Ivoire?

Incapables de battre une équipe grecque pourtant inférieure sur le papier, les Éléphants ont quitté le Mondial sans bruit... comme l'aurait fait une souris.

Algérie et Nigeria: élimination amère L'Algérie a fait trembler la Mannschaft pendant le temps réglementaire en procédant par contre-attaques. Mais en prolongations, la bande à Müller a fait respecter la hiérarchie sportive avec des buts de Schürrle et Özil. Djabou réduisant la marque trop tard (2-1 a.p.). De son côté, le Nigeria garde en travers de la gorge son élimination (2-0) face à la France. L'arbitre a fait preuve de beaucoup trop de "clémence" envers le Français Blaise Matuidi après son tacle dangereux sur Ogenyi Onazi. Ce que le sélectionneur du Nigeria, Stephen Keshi, n'a pas manqué de relever: "C'est une honte. Je ne peux pas dire à l'arbitre ce qu'il doit faire mais Onazi a été deux fois victime de tacles dangereux. L'arbitrage n'était pas au niveau et le parti-pris était en faveur des Français." L'arbitre s'est notamment fait remarquer en ne sifflant pas un penalty indiscutable de l'arrière français Patrice Evra et s'est contenté d'aller lui taper "discrètement" sur les doigts. Sur un seul match, les supporters nigérians ont de quoi tirer la tête. Toujours l'imbroglio des primes Le Cameroun était arrivé au Brésil 24 heures plus tard que prévu, après une nouvelle grève de l'entraînement. La cause ? Des primes non réglées. Même souci avec les "Black Stars" du Ghana, même réaction des joueurs. Le Nigeria est également passé par les mêmes tracas, et selon les dires de l'entraîneur Stephen Keshi : "les discussions ont tellement traîné que les joueurs en ont oublié un jour... de s'entraîner". Bagarres et exclusions Le 18 juin, lors de Cameroun-Croatie (0-4), Alexandre Song avait donné un coup de coude dans le dos de l'attaquant Mario Mandzukic. Logiquement exclu, il a également écopé d'une suspension de trois matches. Et comme si ça ne suffisait pas, à quelques secondes du coup de sifflet final, Benoit Assou-Ekotto, visiblement irrité par le jeu trop personnel de Moukandjo Bilé, le lui a fait comprendre par un coup de boule ! Ambiance... Le Ghana a de son côté exclu les stars Kevin-Prince Boateng et Sulley Muntari. Le premier a insulté le sélectionneur Kwesi Appiah à l'entraînement tandis que le second s'en est carrément pris physiquement à un membre de la fédération ghanéenne lors d'une réunion sur les primes. Accusations de matches truqués et enquête Et pour couronner le tout, la Fécafoot, fédération de foot du Cameroun va ouvrir une enquête sur des "allégations de fraude", notamment Cameroun-Croatie. Ces allégations proviennent du magazine allemand Der Spiegel. Il évoque un arrangement sur le résultat de Croatie-Cameroun (4-0) pour des paris truqués, ainsi que des mises sur une exclusion d'un joueur en première période. Et la Côte d'Ivoire? Incapables de battre une équipe grecque pourtant inférieure sur le papier, les Éléphants ont quitté le Mondial sans bruit... comme l'aurait fait une souris.