Le manager néerlandais Mino Raiola et Alf-Inge Haaland, le père du prodige, s'attirent les critiques en essayant à tout prix de caser Erling Braut Haaland (vingt ans) dans un grand club européen. Leurs entretiens préliminaires à Madrid, Barcelone et Manchester provoquent des remous au Borussia Dortmund et d'aucuns les condamnent, allant jusqu'à leur attribuer la responsabilité de la pénible défaite 1-2 de Dortmund face à l'Eintracht Francfort. Ce revers a écarté le BVB des places européennes et pourrait lui faire louper la phase de poules de la Champions League, ce qui n'est plus arrivé depuis 2015-2016.
...

Le manager néerlandais Mino Raiola et Alf-Inge Haaland, le père du prodige, s'attirent les critiques en essayant à tout prix de caser Erling Braut Haaland (vingt ans) dans un grand club européen. Leurs entretiens préliminaires à Madrid, Barcelone et Manchester provoquent des remous au Borussia Dortmund et d'aucuns les condamnent, allant jusqu'à leur attribuer la responsabilité de la pénible défaite 1-2 de Dortmund face à l'Eintracht Francfort. Ce revers a écarté le BVB des places européennes et pourrait lui faire louper la phase de poules de la Champions League, ce qui n'est plus arrivé depuis 2015-2016. Toutefois, la situation du club peut expliquer la stratégie de Haaland et de ses représentants. Depuis début janvier et la déchirure au tendon d'Achille d' Axel Witsel (32 ans), l'équipe d' Edin Terzic a perdu sa stabilité. Le Borussia Dortmund ne joue plus comme le candidat au titre qu'il voudrait tant être. Son foot actuel ne répond pas aux attentes du Norvégien, très ambitieux, qui a été transféré pour vingt millions du RB Salzbourg en janvier 2020 et s'est érigé d'emblée en buteur en série. "Je suis terriblement déçu", a déclaré le CEO Hans-Joachim Watzke (61 ans) à propos du comportement de Haaland et de ses conseillers. D'autant que Dortmund se préparait à rejoindre les huit meilleurs clubs européens en lice, pour la première fois depuis l'attentat commis sur le car de l'équipe avant les quarts de finale 2017, contre l'AS Monaco. Pour garantir la continuité, Watzke, en poste depuis 2005, a même prolongé son contrat jusqu'en 2025. Le président Reinhard Rauball (74 ans) l'a complimenté. Son geste épargne au club une procédure successorale compliquée, "car le directeur général a su maintenir le cap pendant les temps difficiles dus à la pandémie, avec la collaboration de Thomas Tress et de Carsten Cramer." Rauball a ajouté que même sans bal des champions l'année prochaine, le Borussia Dortmund pourrait surmonter les pertes financières essuyées cette saison. L'analyse n'en est pas moins implacable. Le Borussia avait mis en place un beau projet. Il voulait former un ensemble harmonieux en associant des talents ( Jude Bellingham, Giovanni Reyna, Youssoufa Moukoko), de la maturité ( Mats Hummels, Thomas Meunier, Emre Can, Marco Reus), de la technique ( Jadon Sancho) et du caractère ( Thomas Delaney, Manuel Akanji, Raphaël Guerreiro). L'échafaudage risque de s'effondrer, car sur base de ses prestations, le noyau est beaucoup trop cher et est devenu impayable à cause du virus. Hummels a déjà fustigé le niveau technique, qu'il estime trop faible, tandis que Watzke s'est plaint d'un manque de caractère. En interne, la tension et les doutes montent. Le bastion commence à se fissurer. En fait, depuis le départ de Jürgen Klopp en 2015, la direction du Borussia n'a jamais eu la main vraiment heureuse avec ses successeurs, Thomas Tuchel, Peter Bosz, Peter Stöger, Lucien Favre et Terzic. Il y a toujours eu l'un ou l'autre problème, jamais le climat n'a été suffisamment bon pour que l'équipe se distingue et connaisse le succès. On dirait que Dortmund est à la veille d'un nouveau départ. Cet été, il aura un nouvel entraîneur, Marco Rose (44 ans), issu de 'Gladbach, et en 2022, l'ancien international Sebastian Kehl (41 ans), responsable du département professionnel depuis juin 2018, succédera à Michael Zorc au poste de directeur sportif. Dortmund va-t-il devoir vendre Sancho afin de conserver, grâce à son indemnité de transfert, des footballeurs coûteux comme Julian Brandt, Nico Schulz et Thorgan Hazard? C'est que le Borussia Dortmund ne peut se départir de son identité, qui s'appuie sur un football offensif, exécuté avec du tempérament, tout en associant de nombreux jeunes à l'équipe.