Messi était présent dans les tribunes du Camp Nou, bras droit en écharpe, et il a dû apprécier le spectacle: le Brésilien Rafinha, qui suppléait l'Argentin poste pour poste, a ouvert le score d'une reprise rasante à bout portant (32e).

Et Jordi Alba a alourdi la marque d'une frappe croisée (83e) au terme d'une prestation collective très aboutie, où le Barça n'a pas semblé pâtir de l'absence jusqu'à mi-novembre de son maître à jouer (bras fracturé).

"Ce soir nous devions tous hausser notre niveau en raison de l'absence de Leo", a résumé l'entraîneur Ernesto Valverde, déjà projeté sur le clasico de dimanche: "Il nous reste à bien finir cette semaine si importante."

Au classement de la poule B, Barcelone (1er, 9 pts) réussit un carton plein, qui lui ouvre quasiment les portes des huitièmes de finale avec encore trois matches à jouer et huit longueurs d'avance sur le PSV Eindhoven et Tottenham (1 pt chacun).

Mais surtout, ce succès est un coup de fouet pour l'équipe de Valverde, qui semble monter en puissance quand le Real, son grand rival, essuie une violente crise.

- Solution collective -

Cela ne préjuge en rien de l'issue du clasico de Liga, dimanche au Camp Nou, tant la rivalité séculaire entre les deux grands d'Espagne transcende les dynamiques momentanées. Mais cela rassurera les supporters catalans, refroidis par l'indisponibilité de Messi.

Sans l'Argentin, Valverde aurait pu titulariser le fantasque Ousmane Dembélé pour apporter l'étincelle. Il a préféré une solution collective avec Rafinha, remplaçant de Messi poste pour poste, gaucher pour gaucher.

Le Brésilien a livré un match réussi en mêlant disponibilité offensive, hargne défensive et opportunisme dans les tentatives (21e, 28e).

C'est finalement sur un ballon arraché par Rafinha dans l'entrejeu qu'est intervenue l'ouverture du score: il a décalé Luis Suarez sur la droite, l'Uruguayen a placé une merveille de centre et le milieu offensif, qui avait poursuivi l'action, a marqué d'une volée rasante (32e) son tout premier but en C1.

Avec Coutinho très actif sur l'autre aile et auteur d'une frappe sur la transversale (70e), plus un Suarez en forme ascendante et galvanisé par la naissance mardi de son troisième enfant, le Barça a montré un visage plus équilibré qu'à l'accoutumée, moins dépendant de Messi.

- Suarez en forme ascendante -

"Le Barça m'a semblé être la même équipe, qui fait rapidement circuler le ballon, qui te presse en bloc, qui sait ce qu'elle fait, où elle va", a analysé l'entraîneur italien Luciano Spalletti. "Avec Messi, elle nous aurait causé encore plus de problèmes, mais même sans lui, elle nous en a causé beaucoup."

On a beaucoup vu le milieu brésilien Arthur, qui se fond progressivement dans le rôle dévolu jadis à Xavi, celui du métronome à la protection de balle subtile et aux passes toujours intelligentes. Il a d'ailleurs été ovationné par le Camp Nou.

En défense aussi, il y a des progrès après quelques flottements récents: Gerard Piqué et Clément Lenglet, seuls défenseurs centraux disponibles en l'absence de Samuel Umtiti et Thomas Vermaelen, ont été très bons.

Le Français Lenglet a muselé l'avant-centre argentin Mauro Icardi (16e) et il aurait pu marquer sur une puissante tête piquée stoppée avec difficulté par le gardien (18e) puis une reprise à bout portant (61e).

Au final, le score aurait pu être plus lourd en faveur du Barça, qui s'est mis à l'abri en fin de match grâce à Alba (83e). Place désormais au clasico, que Messi se fera sans doute un plaisir de regarder!

Messi était présent dans les tribunes du Camp Nou, bras droit en écharpe, et il a dû apprécier le spectacle: le Brésilien Rafinha, qui suppléait l'Argentin poste pour poste, a ouvert le score d'une reprise rasante à bout portant (32e). Et Jordi Alba a alourdi la marque d'une frappe croisée (83e) au terme d'une prestation collective très aboutie, où le Barça n'a pas semblé pâtir de l'absence jusqu'à mi-novembre de son maître à jouer (bras fracturé)."Ce soir nous devions tous hausser notre niveau en raison de l'absence de Leo", a résumé l'entraîneur Ernesto Valverde, déjà projeté sur le clasico de dimanche: "Il nous reste à bien finir cette semaine si importante."Au classement de la poule B, Barcelone (1er, 9 pts) réussit un carton plein, qui lui ouvre quasiment les portes des huitièmes de finale avec encore trois matches à jouer et huit longueurs d'avance sur le PSV Eindhoven et Tottenham (1 pt chacun).Mais surtout, ce succès est un coup de fouet pour l'équipe de Valverde, qui semble monter en puissance quand le Real, son grand rival, essuie une violente crise. - Solution collective -Cela ne préjuge en rien de l'issue du clasico de Liga, dimanche au Camp Nou, tant la rivalité séculaire entre les deux grands d'Espagne transcende les dynamiques momentanées. Mais cela rassurera les supporters catalans, refroidis par l'indisponibilité de Messi.Sans l'Argentin, Valverde aurait pu titulariser le fantasque Ousmane Dembélé pour apporter l'étincelle. Il a préféré une solution collective avec Rafinha, remplaçant de Messi poste pour poste, gaucher pour gaucher.Le Brésilien a livré un match réussi en mêlant disponibilité offensive, hargne défensive et opportunisme dans les tentatives (21e, 28e).C'est finalement sur un ballon arraché par Rafinha dans l'entrejeu qu'est intervenue l'ouverture du score: il a décalé Luis Suarez sur la droite, l'Uruguayen a placé une merveille de centre et le milieu offensif, qui avait poursuivi l'action, a marqué d'une volée rasante (32e) son tout premier but en C1.Avec Coutinho très actif sur l'autre aile et auteur d'une frappe sur la transversale (70e), plus un Suarez en forme ascendante et galvanisé par la naissance mardi de son troisième enfant, le Barça a montré un visage plus équilibré qu'à l'accoutumée, moins dépendant de Messi.- Suarez en forme ascendante -"Le Barça m'a semblé être la même équipe, qui fait rapidement circuler le ballon, qui te presse en bloc, qui sait ce qu'elle fait, où elle va", a analysé l'entraîneur italien Luciano Spalletti. "Avec Messi, elle nous aurait causé encore plus de problèmes, mais même sans lui, elle nous en a causé beaucoup."On a beaucoup vu le milieu brésilien Arthur, qui se fond progressivement dans le rôle dévolu jadis à Xavi, celui du métronome à la protection de balle subtile et aux passes toujours intelligentes. Il a d'ailleurs été ovationné par le Camp Nou.En défense aussi, il y a des progrès après quelques flottements récents: Gerard Piqué et Clément Lenglet, seuls défenseurs centraux disponibles en l'absence de Samuel Umtiti et Thomas Vermaelen, ont été très bons.Le Français Lenglet a muselé l'avant-centre argentin Mauro Icardi (16e) et il aurait pu marquer sur une puissante tête piquée stoppée avec difficulté par le gardien (18e) puis une reprise à bout portant (61e). Au final, le score aurait pu être plus lourd en faveur du Barça, qui s'est mis à l'abri en fin de match grâce à Alba (83e). Place désormais au clasico, que Messi se fera sans doute un plaisir de regarder!