A quatre matches du terme du Championnat d'Espagne, le Barça (1er, 80 pts) compte neuf longueurs d'avance sur l'Atlético (2e, 71 pts), avec l'avantage à la différence de buts particulière en cas d'égalité. En d'autres termes, trois cas de figure lors de la 35e journée ce week-end peuvent offrir au club catalan le 26e titre de champion d'Espagne de son histoire.

Une défaite des "Colchoneros" à domicile samedi après-midi (16h15) sacrerait les Barcelonais avant même de jouer en soirée au Camp Nou (20h45). Un nul de l'Atléti permettrait au Barça de se contenter également d'un partage des points. Et dans tous les cas, l'équipe d'Ernesto Valverde décrochera à coup sûr le trophée en cas de succès contre Levante.

"Nous voilà aux portes du titre avec trois points de plus à aller chercher et encore quatre matches à jouer, indépendamment des résultats de l'Atlético", a souligné l'entraîneur barcelonais Ernesto Valverde. "C'est une joie immense de pouvoir être dans cette situation après tous ces mois à courir après le titre."

Le technicien n'a d'ailleurs aucune préférence sur le scénario de la journée de samedi, alors que certains de ses joueurs ont émis l'envie de décrocher le trophée sur le terrain, et non devant la télévision.

La fête sans excès

"Je suis ravi qu'on me pose la question, c'est la meilleure chose qui pouvait m'arriver. Je veux être champion, peu importe comment", a plaisanté Valverde, tout près de décrocher sa deuxième Liga en autant de saisons à Barcelone.

En cas de titre, la fête promet d'être belle au Camp Nou, entre musique, confettis et discours, comme le rapporte la presse espagnole.

Mais sans excès: les objectifs barcelonais vont bien au-delà de la Liga et un sacre anticipé samedi doit permettre aux joueurs de reporter ensuite tous leurs efforts sur la Ligue des champions, désigné comme le grand objectif de la saison par le capitaine Lionel Messi.

"Il faut plier le championnat et décrocher le titre le plus tôt possible, sans nous relâcher. Et ensuite, nous penserons aux demi-finales" contre Liverpool (1er et 7 mai), a lancé l'Argentin.

Après quoi, il sera toujours temps de songer à la finale de Coupe du Roi le 25 mai contre Valence et à un éventuel triplé Liga-Coupe-C1, comme en 2009 et 2015. "On peut commencer à penser au doublé quand on a déjà un titre, et au triplé quand on en a deux", a prévenu Valverde.

Hégémonie

En attendant, la conquête de cette nouvelle Liga acterait l'hégémonie domestique du FC Barcelone amorcée avec l'avènement de Messi en 2004. Depuis quatorze ans, le Barça s'est adjugé la Liga à neuf reprises, dont sept fois sur les dix dernières années, symbole de l'influence immense du quintuple Ballon d'Or.

Avant Messi, le Barça comptait moitié moins de titres en Liga que l'ogre Real Madrid (16 contre 29). Avec Messi, les Catalans peuvent revenir à seulement sept longueurs (26 contre 33).

"Notre premier objectif est la régularité, être les meilleurs chaque jour", résumait Valverde à l'automne.

Au passage, ce serait le 34e trophée de Messi avec le FC Barcelone, un record absolu dans l'histoire du club, qui permettrait à l'Argentin (10 Ligas) de se rapprocher du joueur ayant remporté le plus de Championnats d'Espagne: l'ancienne gloire du Real Madrid Paco Gento (12 titres).

Quant au trophée de meilleur buteur, il semble également promis à Messi (33 buts cette saison): "La Puce" pourrait égaler en mai le mythique attaquant basque Telmo Zarra (six titres de "pichichi" entre 1945 et 1953). Et entrer dans l'histoire de la Liga par la grande porte.