Le Barça nie "avoir souscrit des services liés à des comptes des réseaux sociaux ayant diffusé des messages négatifs ou calomnieux vers toute personne, entité ou organisation qui est ou qui a été liée au club", a indiqué le Barça dans un communiqué.

Ce démenti intervient après que la radio espagnole Cadena Ser a accusé le club catalan d'avoir versé un million d'euros en six factures distinctes à l'entreprise I3 Ventures pour s'adjoindre ses services, soit un montant inférieur au seuil limite nécessitant le vote des supporters-actionnaires du club.

La presse espagnole a publié des captures d'écran de messages remontant à 2017 pour les plus anciens, qui détériorent l'image des joueurs, pestant par exemple contre la prétendue lenteur de Lionel Messi à renouveler son contrat au Barça, ou contre les affaires personnelles de Gerard Piqué, engagé dans l'organisation de la nouvelle Coupe Davis.

Mais la formation blaugrana précise que "I3 Ventures, qui travaille pour le club, n'est en aucun cas lié à ces comptes, et s'il est démontré qu'une telle relation existe, le club mettra immédiatement un terme à son contrat et engagera des actions en justice pour la défense de ses intérêts légitimes".

Dans le même communiqué, le FC Barcelone confirme "avoir engagé des services de surveillance des réseaux sociaux, avec l'objectif de prendre connaissance des messages positifs comme négatifs qui ont le club pour objet".

"Avec ces contrats, le club veille à la protection et à la préservation de sa réputation, ainsi que de celle des personnes liées au club (sponsors, joueurs, dirigeants, socios, supporters...)", s'est justifié le Barça, qui "exige la rectification immédiate des informations diffusées".

Alors que les prochaines élections pour la présidence du club ne sont en principe prévues qu'en 2021, de nombreux opposants ont appelé ces derniers mois à des élections anticipées pour déterminer le futur successeur de Josep Maria Bartomeu, lequel ne peut se représenter.

Un des candidats déclarés à la présidence, Victor Font, a publié un communiqué pour demander des "explications immédiates" à la direction du club au sujet de cette information "d'une gravité extrême".

Le Barça nie "avoir souscrit des services liés à des comptes des réseaux sociaux ayant diffusé des messages négatifs ou calomnieux vers toute personne, entité ou organisation qui est ou qui a été liée au club", a indiqué le Barça dans un communiqué.Ce démenti intervient après que la radio espagnole Cadena Ser a accusé le club catalan d'avoir versé un million d'euros en six factures distinctes à l'entreprise I3 Ventures pour s'adjoindre ses services, soit un montant inférieur au seuil limite nécessitant le vote des supporters-actionnaires du club.La presse espagnole a publié des captures d'écran de messages remontant à 2017 pour les plus anciens, qui détériorent l'image des joueurs, pestant par exemple contre la prétendue lenteur de Lionel Messi à renouveler son contrat au Barça, ou contre les affaires personnelles de Gerard Piqué, engagé dans l'organisation de la nouvelle Coupe Davis.Mais la formation blaugrana précise que "I3 Ventures, qui travaille pour le club, n'est en aucun cas lié à ces comptes, et s'il est démontré qu'une telle relation existe, le club mettra immédiatement un terme à son contrat et engagera des actions en justice pour la défense de ses intérêts légitimes".Dans le même communiqué, le FC Barcelone confirme "avoir engagé des services de surveillance des réseaux sociaux, avec l'objectif de prendre connaissance des messages positifs comme négatifs qui ont le club pour objet". "Avec ces contrats, le club veille à la protection et à la préservation de sa réputation, ainsi que de celle des personnes liées au club (sponsors, joueurs, dirigeants, socios, supporters...)", s'est justifié le Barça, qui "exige la rectification immédiate des informations diffusées".Alors que les prochaines élections pour la présidence du club ne sont en principe prévues qu'en 2021, de nombreux opposants ont appelé ces derniers mois à des élections anticipées pour déterminer le futur successeur de Josep Maria Bartomeu, lequel ne peut se représenter. Un des candidats déclarés à la présidence, Victor Font, a publié un communiqué pour demander des "explications immédiates" à la direction du club au sujet de cette information "d'une gravité extrême".