La République tchèque s'est qualifiée, samedi, pour les quarts de finale de l'Euro 2012 en battant la Pologne, le pays hôte, qui, de son côté, est éliminé, alors que dans l'autre match du groupe A la Grèce a battu et sorti la Russie.

Les Polonais ont pourtant bien débuté la rencontre avec des occasions pour Dudka, Obraniak et Lewandowski, isolé dans le rectangle à la 10-ème minute mais qui plaça son tir hors-cadre.

Ensuite, les Tchèques - sans Rosicky, blessé - sont rentrés dans la rencontre, Plasil et Pilar inquiétant Tyton, préféré à Szczesny dans les buts polonais. Mais le score restait vierge au repos.

À la reprise, la Tchéquie garda la main mise sur le match avec notamment une opportunité à la 64-ème. Mais la tête de Sivok fut repoussée par Tyton. Et ce qui devait arriver arriva à la 72-ème, quand Jiracek se faufila dans le rectangle adverse pour porter, logiquement, les siens aux commandes.

Dos au mur, la Pologne devait marquer à deux reprises. Mais malgré un gros pressing et des balles d'égalisation, notamment pour Wasilewski, celle-ci n'arriva jamais.

Les Polonais, deux petits points au compteur, sont donc éliminés de "leur" Euro. A l'inverse, les Tchèques, avec quatre unités, se qualifient pour les quarts de finale compte tenu de la victoire de la Grèce sur la Russie dans l'autre rencontre.

Premiers de leur poule, les hommes de Michal Bilek connaitront leur adversaire pour les quarts de finale dès dimanche. Ce sera le deuxième classé du groupe B.

Bilek : "Nous étions la meilleure équipe"

Le sélectionneur de la République Tchèque Michal Bilek a estimé que son équipe avait mérité de se qualifier pour les quarts de finale de l'Euro-2012 car elle avait été "la meilleure" sur le terrain contre la Pologne (1-0), samedi à Wroclaw.

Quel est votre premier commentaire sur ce match ?

Je suis très, très content, nous avons réussi à battre une équipe qui jouait à domicile, soutenue par son public. Ils avaient réussi deux premiers matches fantastiques et ils étaient favoris. Pendant 25 minutes nous n'étions pas dans le match mais nous nous sommes repris. Nous avons même commencé à nous améliorer en fin de première période, nous avons pris le contrôle du ballon. A la mi-temps, nous savions que la Grèce avait marqué, j'ai dit aux joueurs d'être patients. Nous étions la meilleure équipe et nous avons mérité de gagner.

Vous êtes restés confiants même après le 4-1 contre la Russie au premier match, qu'elle était votre secret ?

C'est vrai qu'après avoir perdu le premier match, nous étions dans une situation très difficile. Contre la Russie nous avions quelques fois oublié de défendre, mais nous avons appris de nos erreurs et après nous avons défendu de façon plus responsable. Nous avons joué un grand football ce soir, mais nous voulions aussi le faire contre la Russie, d'ailleurs nous y étions arrivés au début du match. Notre secret (sourire)? Nous avons confiance en nous, nous nous sommes déjà trouvés dans des situations difficiles, mais nous avons toujours réussi à nous en sortir en jouant en équipe. Les joueurs ont montré leur mental, nous méritons de passer.

Tomas Rosicky ne vous a-t-il pas trop manqué ?

Il est irremplaçable, mais Daniel Kolar a joué un grand match, on les compare beaucoup mais ce ne sont pas les mêmes joueurs. Il nous a manqué, mais nous avons déjà gagné sans lui. Difficile de dire s'il sera rétabli pour le quart de finale, mais nous faisons le maximum pour qu'il puisse jouer.

Sportfootmagazine.be, avec Belga

La République tchèque s'est qualifiée, samedi, pour les quarts de finale de l'Euro 2012 en battant la Pologne, le pays hôte, qui, de son côté, est éliminé, alors que dans l'autre match du groupe A la Grèce a battu et sorti la Russie.Les Polonais ont pourtant bien débuté la rencontre avec des occasions pour Dudka, Obraniak et Lewandowski, isolé dans le rectangle à la 10-ème minute mais qui plaça son tir hors-cadre.Ensuite, les Tchèques - sans Rosicky, blessé - sont rentrés dans la rencontre, Plasil et Pilar inquiétant Tyton, préféré à Szczesny dans les buts polonais. Mais le score restait vierge au repos.À la reprise, la Tchéquie garda la main mise sur le match avec notamment une opportunité à la 64-ème. Mais la tête de Sivok fut repoussée par Tyton. Et ce qui devait arriver arriva à la 72-ème, quand Jiracek se faufila dans le rectangle adverse pour porter, logiquement, les siens aux commandes.Dos au mur, la Pologne devait marquer à deux reprises. Mais malgré un gros pressing et des balles d'égalisation, notamment pour Wasilewski, celle-ci n'arriva jamais.Les Polonais, deux petits points au compteur, sont donc éliminés de "leur" Euro. A l'inverse, les Tchèques, avec quatre unités, se qualifient pour les quarts de finale compte tenu de la victoire de la Grèce sur la Russie dans l'autre rencontre.Premiers de leur poule, les hommes de Michal Bilek connaitront leur adversaire pour les quarts de finale dès dimanche. Ce sera le deuxième classé du groupe B.Bilek : "Nous étions la meilleure équipe"Le sélectionneur de la République Tchèque Michal Bilek a estimé que son équipe avait mérité de se qualifier pour les quarts de finale de l'Euro-2012 car elle avait été "la meilleure" sur le terrain contre la Pologne (1-0), samedi à Wroclaw. Quel est votre premier commentaire sur ce match ?Je suis très, très content, nous avons réussi à battre une équipe qui jouait à domicile, soutenue par son public. Ils avaient réussi deux premiers matches fantastiques et ils étaient favoris. Pendant 25 minutes nous n'étions pas dans le match mais nous nous sommes repris. Nous avons même commencé à nous améliorer en fin de première période, nous avons pris le contrôle du ballon. A la mi-temps, nous savions que la Grèce avait marqué, j'ai dit aux joueurs d'être patients. Nous étions la meilleure équipe et nous avons mérité de gagner.Vous êtes restés confiants même après le 4-1 contre la Russie au premier match, qu'elle était votre secret ?C'est vrai qu'après avoir perdu le premier match, nous étions dans une situation très difficile. Contre la Russie nous avions quelques fois oublié de défendre, mais nous avons appris de nos erreurs et après nous avons défendu de façon plus responsable. Nous avons joué un grand football ce soir, mais nous voulions aussi le faire contre la Russie, d'ailleurs nous y étions arrivés au début du match. Notre secret (sourire)? Nous avons confiance en nous, nous nous sommes déjà trouvés dans des situations difficiles, mais nous avons toujours réussi à nous en sortir en jouant en équipe. Les joueurs ont montré leur mental, nous méritons de passer.Tomas Rosicky ne vous a-t-il pas trop manqué ?Il est irremplaçable, mais Daniel Kolar a joué un grand match, on les compare beaucoup mais ce ne sont pas les mêmes joueurs. Il nous a manqué, mais nous avons déjà gagné sans lui. Difficile de dire s'il sera rétabli pour le quart de finale, mais nous faisons le maximum pour qu'il puisse jouer.Sportfootmagazine.be, avec Belga