Le champion : L'AC Milan

Après onze années de patience et surtout de galères, la partie rouge et noire de Milan peut enfin faire la fête dans les rues de la capitale lombarde. L'AC Milan a remporté son 19e Scudetto. Fikayo Tomori (24 ans) et Pierre Kalulu (21 ans) formaient le meilleur duo défensif du championnat, Sandro Tonali (22 ans) dominait le milieu de terrain et Rafael Leão (22 ans) était l'homme de la situation en attaque. Il ne faut pas sous-estimer les buts importants du vétéran Olivier Giroud et les arrêts déterminants du gardien Mike Maignan. Ce dernier a pratiquement fait oublier qu'un gardien d'exception comme Gianluigi Donnarumma se trouvait entre les perches rossoneri la saison dernières. Enfin, il y a Stefano Pioli, qui a encore démontré toutes ses qualités d'entraîneur. On se souvient qu'il y a quelques temps, il fut question de le remplacer par Ralf Rangnick, qui reste sur une saison ratée sur le banc de Manchester Unietd. Désormais, tout le monde se pose la question suivante à l'ombre de San Siro : les Rossoneri po...

Après onze années de patience et surtout de galères, la partie rouge et noire de Milan peut enfin faire la fête dans les rues de la capitale lombarde. L'AC Milan a remporté son 19e Scudetto. Fikayo Tomori (24 ans) et Pierre Kalulu (21 ans) formaient le meilleur duo défensif du championnat, Sandro Tonali (22 ans) dominait le milieu de terrain et Rafael Leão (22 ans) était l'homme de la situation en attaque. Il ne faut pas sous-estimer les buts importants du vétéran Olivier Giroud et les arrêts déterminants du gardien Mike Maignan. Ce dernier a pratiquement fait oublier qu'un gardien d'exception comme Gianluigi Donnarumma se trouvait entre les perches rossoneri la saison dernières. Enfin, il y a Stefano Pioli, qui a encore démontré toutes ses qualités d'entraîneur. On se souvient qu'il y a quelques temps, il fut question de le remplacer par Ralf Rangnick, qui reste sur une saison ratée sur le banc de Manchester Unietd. Désormais, tout le monde se pose la question suivante à l'ombre de San Siro : les Rossoneri pourront-ils conserver tous les maillons forts de cet excellent noyau ?Il y a quelques candidats à ce titre cette année, à commencer par la Juventus. La Vieille Dame termine finalement à une décevante quatrième place, alors qu'elle avait semblé à nouveau être en mesure de lutter pour le titre après l'arrivée de Dusan Vlahovic en janvier dernier. Même s'il a réussi à enthousiasmer à quelques reprises le public italien, Genoa, le club repris en main par Alexander Blessin, ancien entraîneur d'Ostende, descendra finalement en Serie B. Malgré cela, le plus gros flop de cette saison en Serie A est probablement l'Atalanta. Ces dernières années, la Dea s'était installée dans le premier carré du classement, synonyme de billet pour la Ligue des champions. Lors de cet exercice, la belle mécanique offensive de Gian Piero Gasperini semblait grippée et n'a terminé qu'à une décevante huitième place qui la privera de compétitions européennes la saison prochaine. Le technicien a reconnu que les résultats n'étaient pas à la hauteur et a proposé sa démission à sa direction qui l'a cependant refusée. L'Atalanta sera-t-elle capable de retrouver de sa superbe l'an prochain ou la recette de la potion magique a-t-elle été perdue par le druide Gasperini ?La Viola ambitionne de redevenir l'un des meilleurs clubs d'Italie dans les prochaines années. Cette saison, elle a déjà effectué un premier grand pas en avant dans cette direction. L'été dernier, le club a fait quelques efforts financiers pour attirer à Florence Nicolas González (24 millions et qui venait de Stuttgart) et Jonathan Ikoné (14 millions pour le joueur de Lille). Elle est aussi parvenu à louer des garçons de la trempe de Lucas Torreira et Alvaro Odriozola. Grâce à ce noyau impressionnant qui perdra pourtant son buteur fétiche Vlahovic au début de l'hiver, l'entraîneur Vincenzo Italiano a pu décrocher un billet européen pour la saison prochaine. Ce ne sera peut-être que la Conference League, mais l'AS Roma a montré que la dernière née des compétitions de l'UEFA pouvait aussi apporter beaucoup de joie. C'est la première fois depuis six années que la Viola disputera une compétition continentale. Est-ce qu'elle servira de tremplin pour encore franchir un palier la saison prochaine ?Ciro Immobile est certainement un phénomène dans le football italien. A la Lazio, le numéro 9 brille de mille feux depuis plusieurs années. L'icône du club romain marque comme il respire et est redevenu le meilleur buteur de Serie A cette saison, la troisième fois en six ans. L'Italien a marqué à 27 reprises, soit trois de plus que Vlahovic. Mais si Immobile brille comme jamais à la Lazio, il continue de décevoir sous le maillot des Azzurri où il est encore resté muet contre la Macédoine du Nord, précipitant l'élimination des champions d'Europe de la course à la Coupe du monde. Son dernier but international remonte au 16 juin de l'année dernière. C'était lors du deuxième match de groupe de l'Euro, contre la Suisse.L'homme du titre de l'AC Milan est certainement Rafael Leão. Acquis à Lille en 2019, alors qu'il n'avait que 18 ans, pour près de 30 millions d'euros, le Portugais brille désormais de mille feux trois ans plus tard. Lors de ses débuts milanais, on pouvait parfois lui reprocher un manque de sang-froid devant le but, mais ce n'était absolument plus le cas lors de l'exercice écoulé. Le tourbillon portugais a inscrit 11 buts et délivré 10 passes décisives en Serie A et a apporté une belle pierre à l'édifice milanais. Comme les autres grands talents de Milan, Leão sera aussi l'une des attractions sur le marché des transferts. Va-t-il profiter de la meilleure saison de sa carrière pour s'offrir un contrat plus lucratif ou va-t-il finalement prolonger le plaisir à l'ombre de San Siro ?