Forces et faiblesses

Une quatrième place en Bundesliga, une Coupe d'Allemagne après deux finales perdues au cours des trois dernières années et une demi-finale de l'Europa League : le RB Leipzig a franchi un cap dans sa jeune histoire principalement grâce à cette victoire dans la DFB Pokal. Après treize ans en Bundesliga, un projet polarisant, controversé mais lentement apprécié, le RB Leipzig a remporté le premier trophée de son histoire. Evidemment, le club de l'ancienne Allemagne de l'est dispose de ressources financières dont beaucoup de clubs ne peuvent que rêver, mais il les gère bien mieux que d'autres formations qui reçoivent pourtant le même soutien financier.
...

Une quatrième place en Bundesliga, une Coupe d'Allemagne après deux finales perdues au cours des trois dernières années et une demi-finale de l'Europa League : le RB Leipzig a franchi un cap dans sa jeune histoire principalement grâce à cette victoire dans la DFB Pokal. Après treize ans en Bundesliga, un projet polarisant, controversé mais lentement apprécié, le RB Leipzig a remporté le premier trophée de son histoire. Evidemment, le club de l'ancienne Allemagne de l'est dispose de ressources financières dont beaucoup de clubs ne peuvent que rêver, mais il les gère bien mieux que d'autres formations qui reçoivent pourtant le même soutien financier. La philosophie du RasenBallsport (pirouette pour ne pas mentionner le sponsor qui donne des ailes au club) consiste à attirer de jeunes joueurs prometteurs et à leur donner une chance de grandir dans un environnement très professionnel. Cette politique mise en place à l'époque par Ralf Rangnick, était encore d'application cette saison. L'ossature de l'équipe reste composée de six titulaires présents à Leipzig depuis 2015.Le premier tour de la saison avait pourtant été très décevant et le futur vainqueur de la Coupe naviguait seulement à la onzième place au début décembre. L'entraîneur américain Jesse Marsch, pourtant issu de la filière Red Bull puisqu'il entraînait New York avant de poser ses valises en Allemagne, manquait clairement d'un fil conducteur et de clarté dans ses idées. Il a été licencié et remplacé par Domenico Tedesco. Ce dernier a instauré une animation plus offensive, et les joueurs qui étaient en proie au doute ont soudainement retrouvé des ailes. Le RB Leipzig s'est alors envolé pour retrouver un top 4 synonyme de qualification pour la Champions League. Ces succès et surtout la victoire en DFB Pokal vont forcément augmenter les attentes. L'écart avec le Bayern Munich reste cependant énorme, alors que l'intention de la formation au taureau ailé était de rivaliser à terme avec la superpuissance bavaroise. En 2020-21, le RB Leipzig avait pendant tout un temps titillé l'ogre munichois avant de terminer premier dauphin à distance respectable. La quatrième place de cette année peut sembler être une régression, mais la victoire en Coupe compense forcément tout. Et surtout, elle met le feu à toute une région qu'on ne disait pas forcément enthousiasmée par le ballon rond. Au RB Leipzig, le jeune technicien a eu l'occasion de se réhabiliter au yeux des observateurs du football allemand après son licenciement rapide, lorsqu'il avait repris en main Schalke 04. Beaucoup de doutes avaient été émis à son sujet lorsqu'il a été nommé pour succéder à Jesse Marsch. Mais le natif de Calabre a rapidement fait taire les critiques après quelques mois. Il a libéré des joueurs qui étaient enfermés un schéma tactique trop strict sous le précédent coach et a su remotiver ses troupes après la douloureuse élimination en demi-finale de l'Europa League des oeuvres des Glasgow Rangers. Quelques jours plus tard, le RB Leipzig assommait Augsbourg avec un cinglant 4-0. Le bond en avant réalisé par le club cette saison sous la direction de Domenico Tedesco est d'autant plus remarquable que tout le noyau a rapidement adhéré à son projet et à sa philosophie. Tedesco jouait souvent avec trois défenseurs et se concentrait toujours sur l'attaque. C'est sûrement le chemin qui continuera à être emprunté la saison prochaine.Christopher Nkunku était le seul joueur qui avait également performé sous la direction de Marsch. Mais l'arrivée de Tedesco lui a encore permis de franchir un palier supplémentaire. Parti du Paris Saint-Germain pour 13 millions d'euros en juillet 2019, le Français vaut désormais plusieurs fois cette somme. Son contrat à Leipzig expire en 2025. Christopher Nkunku a effectué ses débuts internationaux avec les Bleus contre la Côte d'Ivoire le 25 mars 2022. En Bundesliga, il a marqué 20 buts et en Coupe d'Europe, il s'est illustré lors de la défaite 6-3 contre Manchester City, en Ligue des champions, où il avait été l'auteur de toutes les réalisations des siens.La continuité est le mot clé que l'on répète le plus souvent. Contrairement à la saison dernière, le RB Leipzig veut rester discret sur le marché des transferts et garder tous les membres du noyau actuel. Jusqu'à présent, il n'a signé que le gardien de but Janis Blaswich. L'Allemand a évolué les quatre dernières saisons aux Pays-Bas sous le maillot d'Heracles Almelo. Blaswich sera le numéro deux de Leipzig, derrière l'international hongrois Peter Gulacsi. Apparemment, le RB Leipzig veut préparer l'avenir pour ses derniers remparts puisqu'ils ont également attiré Maarten Vandevoordt . Le talent de Genk ne rejoindra cependant le club au taureau ailé qu'à partir de juillet 2024.