Attendu en conférence de presse mercredi avant le déplacement du FC Barcelone à Cadix jeudi pour la 6e journée de Liga, Ronald Koeman a simplement lu un communiqué pour demander du "soutien", avant de quitter la salle sans répondre aux questions des journalistes.

"L'équipe doit être soutenue, par des mots et des actes. Je sais que la presse connaît ce processus, ce n'est pas la première fois dans l'histoire que cela arrive. Nous comptons sur votre soutien en ces temps décisifs. Nous sommes très contents du soutien des supporters, comme lors du match contre Grenade. Vive le Barça". C'est avec ces mots que le technicien néerlandais du Barça a terminé sa brève comparution devant les médias mercredi à la mi-journée. "Le club est à mes côtés dans une situation de reconstruction. La situation économique est liée à la situation sportive. Nous, en tant qu'équipe, nous devons la reconstruire sans faire de grands investissements, et cela demande du temps", a expliqué Keman dans son communiqué. "Les talents peuvent devenir des stars mondiales en une ou deux années. Les jeunes auront des opportunités, comme en avaient eu Xavi ou Iniesta, mais on demande de la patience. Rester à un classement élevé (en Liga) serait un succès. En Ligue des champions, on ne peut pas attendre de miracles. La défaite face au Bayern Munich (3-0 en C1) doit être vue de cette perspective" de reconstruction, a continué l'ex-sélectionneur Oranje.

Arrivé au FC Barcelone à l'été 2020 en remplacement de Quique Setién et engagé jusqu'à l'été 2022, Ronald Koeman (58 ans) était en négociations pour prolonger son contrat selon la presse catalane... mais le début de saison mitigé des Blaugrana a mis son avenir en doute.

Depuis les départs de Lionel Messi et Antoine Griezmann cet été, les Catalans cumulent deux victoires et deux nuls en Liga, et ont été giflés par le Bayern Munich 3-0 lors de la première journée de Ligue des champions. A Cadix jeudi (22h00) puis contre Levante dimanche à 16h15 pour la 7e journée de Liga, les Catalans auront deux occasions pour redresser la barre, avant un déplacement à Lisbonne pour affronter le Benfica dans le cadre de la 2e journée de C1 le 29 septembre (21h00).

null, D.R.
null © D.R.

ROBERTO MARTINEZ COMME SUCCESSEUR ?

Ronald Koeman n'a pas encore été licencié que déjà la presse espagnole, et en particulier Mundo Deportivo, spécule sur celui qui pourrait prendre la place du Néerlandais sur le petit banc du Camp Nou. Souvent cité, l'ancienne gloire du club Xavi figure parmi les favoris, tout comme Antonio Conte même si la piste semble plus improbable vu les prétentions financières de l'Italien. Sous contrat avec le club qatari d' Al-Sadd, Xavi avait déjà fait partie des possibles successeurs de Quique Setien.

Le jeune technicien n'aurait cependant pas les faveurs du présidentJoan Laporta, mais selon Enric Masip, conseiller du président blaugrana qui s'exprimait sur l'antenne d'Esport3, Xavi finira par diriger le FC Barcelone, également avec Laporta avant de préciser que "maintenant Koeman est là".

L'inexpérience de l'ancien numéro 6 du Barça dans un bon club européen pourrait peser dans la balance. Si le club n'avait pas hésité à lancer l'inexpérimenté Pep Guardiola au début de sa carrière, avec le succès que l'on connaît, Barcelone sait aussi que placer des anciennes gloires inexpérimentées trop tôt n'est pas toujours un gage de réussite. Récemment, Chelsea avait nommé Frank Lampard avant de licencier un an et demi plus tard pour Thomas Tuchel. La saison dernière, la Juventus avait aussi lancé dans le grand bain Andrea Pirlo. L'ancien regista bianconero avait été remplacé à la fin de la saison par Massimiliano Allegri. Le romantisme est souvent vite balayé d'un revers de la main par le pragmatisme...

Du coup, le Barça pourrait se tourner vers un technicien avec plus de bouteille et surtout bien connu du plat pays : Roberto Martinez. Catalan, même si l'Ecosse a fini par prendre une place plus importante dans sa vie en raison des origines de son épouse, le sélectionneur des Diables rouges pourrait se laisser tenter par l'expérience de prendre en main un club de renommée mondiale.

Mais le timing, plus que l'indemnité à débourser pour le débaucher de la Fédération belge, pourrait poser problème. Martinez n'envisage pas un départ avant le prochain Final Four de la Nations League. Après quoi, la porte serait ouverte pour un départ mais le Barça pourra-t-il attendre jusque là si les résultats négatifs continuaient à s'accumuler ?

Interrogé à ce sujet par Eurosport, Roberto Martinez ne s'est pas dérobé même si comme à son habitude, il s'est montré évasif : "Comme vous pouvez l'imaginer, il n'y a rien, vraiment rien, à commenter de mon côté", a confié le technicien espagnol au média, "il y a toujours des rumeurs. C'est normal en football. Quand vous perdez trois matches, les rumeurs disent que vous allez perdre votre travail. Quand ça va bien et que vous avez de bons résultats, il y a aussi des rumeurs. Mais il n'y a rien à commenter me concernant à ce moment."

Si Roberto Martinez n'avoue donc pas être en contact avec le FC Barcelone, il ne nie pas la possibilité d'un départ à l'issue de la Nations League.

F.Chl et Belga

Attendu en conférence de presse mercredi avant le déplacement du FC Barcelone à Cadix jeudi pour la 6e journée de Liga, Ronald Koeman a simplement lu un communiqué pour demander du "soutien", avant de quitter la salle sans répondre aux questions des journalistes."L'équipe doit être soutenue, par des mots et des actes. Je sais que la presse connaît ce processus, ce n'est pas la première fois dans l'histoire que cela arrive. Nous comptons sur votre soutien en ces temps décisifs. Nous sommes très contents du soutien des supporters, comme lors du match contre Grenade. Vive le Barça". C'est avec ces mots que le technicien néerlandais du Barça a terminé sa brève comparution devant les médias mercredi à la mi-journée. "Le club est à mes côtés dans une situation de reconstruction. La situation économique est liée à la situation sportive. Nous, en tant qu'équipe, nous devons la reconstruire sans faire de grands investissements, et cela demande du temps", a expliqué Keman dans son communiqué. "Les talents peuvent devenir des stars mondiales en une ou deux années. Les jeunes auront des opportunités, comme en avaient eu Xavi ou Iniesta, mais on demande de la patience. Rester à un classement élevé (en Liga) serait un succès. En Ligue des champions, on ne peut pas attendre de miracles. La défaite face au Bayern Munich (3-0 en C1) doit être vue de cette perspective" de reconstruction, a continué l'ex-sélectionneur Oranje. Arrivé au FC Barcelone à l'été 2020 en remplacement de Quique Setién et engagé jusqu'à l'été 2022, Ronald Koeman (58 ans) était en négociations pour prolonger son contrat selon la presse catalane... mais le début de saison mitigé des Blaugrana a mis son avenir en doute. Depuis les départs de Lionel Messi et Antoine Griezmann cet été, les Catalans cumulent deux victoires et deux nuls en Liga, et ont été giflés par le Bayern Munich 3-0 lors de la première journée de Ligue des champions. A Cadix jeudi (22h00) puis contre Levante dimanche à 16h15 pour la 7e journée de Liga, les Catalans auront deux occasions pour redresser la barre, avant un déplacement à Lisbonne pour affronter le Benfica dans le cadre de la 2e journée de C1 le 29 septembre (21h00). Ronald Koeman n'a pas encore été licencié que déjà la presse espagnole, et en particulier Mundo Deportivo, spécule sur celui qui pourrait prendre la place du Néerlandais sur le petit banc du Camp Nou. Souvent cité, l'ancienne gloire du club Xavi figure parmi les favoris, tout comme Antonio Conte même si la piste semble plus improbable vu les prétentions financières de l'Italien. Sous contrat avec le club qatari d' Al-Sadd, Xavi avait déjà fait partie des possibles successeurs de Quique Setien. Le jeune technicien n'aurait cependant pas les faveurs du présidentJoan Laporta, mais selon Enric Masip, conseiller du président blaugrana qui s'exprimait sur l'antenne d'Esport3, Xavi finira par diriger le FC Barcelone, également avec Laporta avant de préciser que "maintenant Koeman est là". L'inexpérience de l'ancien numéro 6 du Barça dans un bon club européen pourrait peser dans la balance. Si le club n'avait pas hésité à lancer l'inexpérimenté Pep Guardiola au début de sa carrière, avec le succès que l'on connaît, Barcelone sait aussi que placer des anciennes gloires inexpérimentées trop tôt n'est pas toujours un gage de réussite. Récemment, Chelsea avait nommé Frank Lampard avant de licencier un an et demi plus tard pour Thomas Tuchel. La saison dernière, la Juventus avait aussi lancé dans le grand bain Andrea Pirlo. L'ancien regista bianconero avait été remplacé à la fin de la saison par Massimiliano Allegri. Le romantisme est souvent vite balayé d'un revers de la main par le pragmatisme...Du coup, le Barça pourrait se tourner vers un technicien avec plus de bouteille et surtout bien connu du plat pays : Roberto Martinez. Catalan, même si l'Ecosse a fini par prendre une place plus importante dans sa vie en raison des origines de son épouse, le sélectionneur des Diables rouges pourrait se laisser tenter par l'expérience de prendre en main un club de renommée mondiale. Mais le timing, plus que l'indemnité à débourser pour le débaucher de la Fédération belge, pourrait poser problème. Martinez n'envisage pas un départ avant le prochain Final Four de la Nations League. Après quoi, la porte serait ouverte pour un départ mais le Barça pourra-t-il attendre jusque là si les résultats négatifs continuaient à s'accumuler ? Interrogé à ce sujet par Eurosport, Roberto Martinez ne s'est pas dérobé même si comme à son habitude, il s'est montré évasif : "Comme vous pouvez l'imaginer, il n'y a rien, vraiment rien, à commenter de mon côté", a confié le technicien espagnol au média, "il y a toujours des rumeurs. C'est normal en football. Quand vous perdez trois matches, les rumeurs disent que vous allez perdre votre travail. Quand ça va bien et que vous avez de bons résultats, il y a aussi des rumeurs. Mais il n'y a rien à commenter me concernant à ce moment."Si Roberto Martinez n'avoue donc pas être en contact avec le FC Barcelone, il ne nie pas la possibilité d'un départ à l'issue de la Nations League.F.Chl et Belga