Le foot anglais est à l'arrêt jusqu'au 30 avril, mais on s'attend à ce que la suspension soit prolongée. La fédération, la Premier League et la Ligue anglaise de football se réunissent vendredi à ce sujet.

Pour Gordon Taylor, il est préférable d'attendre que le virus disparaisse pour reprendre le chemin des stades, plutôt que je jouer devant des tribunes vides.

"Jouer à huis clos est en général considéré comme une sanction pour un club. Quand cela arrive, c'est comme avoir un repas sans saveur", déclare Taylor. "Je pense que les diffuseurs préféreraient voir la saison prolongée et avoir des vrais matches quand le virus se sera calmé".

Ian Dennis, commentateur à la BBC, était au micro lors du match à huis clos que l'Angleterre avait joué face à la Croatie en octobre 2018 à Rijeka. "C'était bizarre", dit-il. "Il n'y avait pas d'ambiance, on pouvait entendre les joueurs parler et les entraîneurs crier sur la ligne de touche. Cela a juste servi à nous rappeler que le football dépend des supporters".

Le huis clos pose aussi des questions de sécurité, notamment dans le cas de Liverpool. Les Reds ne sont plus qu'à deux victoires du titre, le premier depuis 30 ans. En cas de huis clos, les supporters pourraient se réunir en dehors du stade pour fêter ce titre historique.

Le foot anglais est à l'arrêt jusqu'au 30 avril, mais on s'attend à ce que la suspension soit prolongée. La fédération, la Premier League et la Ligue anglaise de football se réunissent vendredi à ce sujet. Pour Gordon Taylor, il est préférable d'attendre que le virus disparaisse pour reprendre le chemin des stades, plutôt que je jouer devant des tribunes vides. "Jouer à huis clos est en général considéré comme une sanction pour un club. Quand cela arrive, c'est comme avoir un repas sans saveur", déclare Taylor. "Je pense que les diffuseurs préféreraient voir la saison prolongée et avoir des vrais matches quand le virus se sera calmé". Ian Dennis, commentateur à la BBC, était au micro lors du match à huis clos que l'Angleterre avait joué face à la Croatie en octobre 2018 à Rijeka. "C'était bizarre", dit-il. "Il n'y avait pas d'ambiance, on pouvait entendre les joueurs parler et les entraîneurs crier sur la ligne de touche. Cela a juste servi à nous rappeler que le football dépend des supporters". Le huis clos pose aussi des questions de sécurité, notamment dans le cas de Liverpool. Les Reds ne sont plus qu'à deux victoires du titre, le premier depuis 30 ans. En cas de huis clos, les supporters pourraient se réunir en dehors du stade pour fêter ce titre historique.