Olympique Lyonnais

C'est l'équipe la mieux placée actuellement. 3ème à cinq points de Lille suite à leur victoire sur Angers vendredi soir (2-1), les Lyonnais sont les seuls à encore pouvoir croire à la deuxième place, même si cet objectif paraît impossible tant Lille semble inatteignable. Le retour en force de Memphis Depay vendredi soir, le remise en question du jeune Aouar et l'éclosion de Martin Terrier sont des motifs de satisfaction pour les "Gones". En effet, sur le papier, l'OL est l'équipe qui possède le meilleur effectif des trois rivaux. Le meilleur et le plus étoffé.

D'un autre côté, l'Olympique Lyonnais sort d'une crise sans précédent. Alimentée par le feuilleton de la prolongation de l'entraîneur Bruno Genesio. Alors que le groupe affirmait encore être derrière lui avant la demi-finale de Coupe de France perdue face à Rennes (1-2), ses plus fidèles soutiens ont commencé à le lâcher. Au même titre que les supporters qui ne lui auront pas laisser le choix que de poser sa démission. Cet amoureux de l'institution lyonnaise ne sera jamais vraiment parvenu à convaincre les supporters, et ils auront eu sa peau. Les Lyonnais héritent certainement du calendrier le plus compliqué pour cette course à la troisième place. Ils recevront Lille (2ème) et iront jouer à Marseille (5ème).

Saint-Etienne

Cinq matchs ! Cinq matchs que les verts n'ont pas perdu (quatre victoires et un nul). De quoi permettre aux supporters stéphanois de se remémorer les belles soirées européennes vécues dans le Chaudron, après la victoire contre Reims. L'ASSE est sûrement la formation la plus régulière des trois. Les verts marquent moins que leurs rivaux, mais encaissent moins également. La solidité étant le point fort de l'équipe, elle peut compter sur ses deux artistes en attaque. Remy Cabella (7 buts, 4 passes déc.) et Whabi Khazri (13 buts, 6 passes déc.) font les beaux jours de Saint-Etienne, et ont un rôle important dans la position que l'équipe occupe aujourd'hui. Les Stéphanois ont le calendrier le plus abordable, même s'ils affronteront Nice (8ème) et Montpellier (6ème).

L'effectif de Saint-Etienne n'est absolument pas habitué à ce genre de sprint final sous haute tension. Ou en tout cas moins habitué que l'OL et l'OM, généralement dans la même course chaque année. Alors que dans les confrontations directes avec ses concurrents, les résultats n'étaient pas au rendez-vous (3 points sur 12 contre Lyon et Marseille), nous sommes en mesure de nous demander comment les verts boucleront le money-time. La victoire à Reims ce week-end (0-2) rassure les supporters, bien que les principaux intéressés ne se risquent pas à parler de Ligue des Champions.

Olympique de Marseille

Sûrement la saison la plus contradictoire de l'histoire moderne du championnat de France. A l'heure d'aujourd'hui, les Marseillais comptabilisent 11 défaites, et pourtant se retrouvent cinquième, dans la lutte pour la Ligue des Champions, cinq points derrière Lyon et deux derrière Saint-Etienne. Il faut dire que depuis la trêve, l'OM s'est remis à gagner. D'abord parce qu'un buteur est arrivé, en la personne de Mario Balotelli. Résultat : sept buts en onze matchs. Des chiffres dignes des grands attaquants. Il y a aussi la réintégration progressive des cadres qui montrent une certaine force de caractère. Principalement Luiz Gustavo (2 buts en 2 matchs), élément essentiel de cette fin de saison. Les Marseillais devront montrer lors de la réception de Lyon au Vélodrome, qu'ils sont en mesure d'aller chercher le précieux sésame.

Marseille reste toutefois l'équipe la moins bien placée, et devra compter sur des faux pas de ses adversaires pour espérer pouvoir revenir sur eux. En terme de différence de buts, les hommes de Rudi Garcia sont loin des autres, car ils encaissent beaucoup. L'entraîneur est délaissé par ses joueurs et presque plus aucun membre du vestiaire ne croît en son discours, hormis Lucas Ocampos. Florian Thauvin, son meilleur joueur l'an passé, traverse la deuxième partie de saison tel un fantôme, et les relations avec son entraîneur se brouillent. Bien que Garcia soit seul contre tous, il semblerait que les joueurs fassent front commun, car le groupe en lui-même vit bien ensemble. Il leur faudra réaliser un sans-faute pour espérer décrocher une place en Ligue des Champions.

Blaise Vanderlinden