Le champion : le Real Madrid

La famille royale doit son titre principalement à deux acteurs : Thibaut Courtois et Karim Benzema Marca avait d'ailleurs titré voici peu "1+9" en allusion aux numéros de maillot du duo Belgo-Français. Le gardien de but, qui a préservé ses filets inviolés à 16 reprises en Liga, et le capitaine, auteur de 27 buts, ont réalisé la meilleure saison de leur carrière. Ajoutez à cela le réveil de Vinícius Júnior, l'éternel milieu de terrain Kroos-Casemiro-Modric et l'intégration réussie de David Alaba, et vous avez tous les ingrédients du succès. Le chef derrière les fourneaux était Carlo Ancelotti. Il n'a pas servi un menu cinq étoiles, mais il a servi une nourriture décente, parfois rehaussée par de la s...

La famille royale doit son titre principalement à deux acteurs : Thibaut Courtois et Karim Benzema Marca avait d'ailleurs titré voici peu "1+9" en allusion aux numéros de maillot du duo Belgo-Français. Le gardien de but, qui a préservé ses filets inviolés à 16 reprises en Liga, et le capitaine, auteur de 27 buts, ont réalisé la meilleure saison de leur carrière. Ajoutez à cela le réveil de Vinícius Júnior, l'éternel milieu de terrain Kroos-Casemiro-Modric et l'intégration réussie de David Alaba, et vous avez tous les ingrédients du succès. Le chef derrière les fourneaux était Carlo Ancelotti. Il n'a pas servi un menu cinq étoiles, mais il a servi une nourriture décente, parfois rehaussée par de la sauce Miracoli.Après la victoire cinglante 0-4 sur la pelouse du Real Madrid, beaucoup de gens, Gerard Piqué en particulier, pensaient que Barça était bel et biende retour. C'est au final une déception, même si les Catalans ont tout de même réussi à terminer à la deuxième place de la Liga. Dans l'ensemble, ils ont connu une saison très inégale et elle se termine sans trophée. En raison du marasme financier dans lequel se trouve le club, il est difficile de prédire dans combien de temps le Barça sera à nouveau compétitif pour remplir sa vitrine à Coupes. A en juger par les fondations posées par Xavi, ce n'est pas encore pour tout de suite.En remportant la Coupe d'Espagne, son premier titre depuis 17 ans, le Real Betis était déjà assuré d'une place en phase de groupes de la Ligue Europa la saison prochaine. En championnat, il a aussi longtemps lutté pour les places en Ligue des champions. Le vieux renard chilien Manuel Pellegrini (68 ans) a également permis aux Verdiblancos de pratiquer un football attractif, avec Nabil Fekir (6 buts et 8 passes décisives en Liga) et l'ailier gauche Juanmi (16 buts et 5 passes décisives) comme joueurs les plus décisifs. Mention spéciale aussi à Joaquin, le toujours fringant quadragénaire. Il n'a certes jamais joué aussi peu dans sa carrière à l'exception de six mois à la Fiorentina, mais l'homme a apporté sa bonne humeur et son expérience à un groupe qui a franchi un palier cette saison.Karim Benzema est immortel. Alors que le FC Barcelone a souffert de Messidependencia (dépendance excessive à Messi) pendant des années, cette saison, c'était le jour et la nuit entre le Real avec ou sans Benzema. Lors de la première moitié de compétition, le Real Madrid a remporté les matches contre ses deux principaux rivaux, le FC Barcelone (1-2) et l'Atlético (2-0), alors qu'il était sur le terrain. Lors du deuxième tour, La Benz' a loupé ces deux duels et les Merengue ont subi deux revers. Ce n'est sans doute pas une coïncidence.L'ancien attaquant de Genk (on s'en rappelle pas trop non plus) n'est pas une vraie découverte à proprement parler, mais sans ses buts, Getafe ne jouerait plus en Liga actuellement. A lui seul, Enes Ünal représente près de la moitié de la production offensive de l'équipe madrilène. L'attaquant turc de 25 ans, qui est marié à l'ex-star belge du football Lisa Smellers, est encore sous contrat à Getafe jusqu'en 2025.