Le vainqueur est celui qui défend. La Grèce de Fernando Santos a confirmé cette maxime souvent prononcée par les spécialistes dans le milieu du football. Elle a en effet battu, 1-0 (mi-temps: 1-0) - et éliminé - la Russie de Dick Advocaat, samedi à Varsovie lors de la 3-ème et dernière journée du Groupe A de l'Euro-2012 de football.

Un nul suffisait à la Russie pour se hisser au tour suivant. Elle a cependant pris les choses en mains avant la demi-heure, contraignant ainsi les joueurs de Fernando Santos à reculer de plus en plus. Une frappe de Glushakov déviée amena ainsi un corner sur lequel Zhirkov fut bien près d'ouvrir la marque, son tir effleurant la lucarne de Sifakis.

Assiégée, la Grèce ouvrit pourtant le score contre le cours du jeu dans la 2-ème minute du temps additionel de la 1-ère mi-temps. Par son talentueux milieu de terrain et capitaine Karagounis (Panathinaïkos), qui s'en alla fusiller Malafeev après une touche manquée de Zhirkov.

La Russie était toujours qualifiée, mais à la merci d'un but dans l'autre match (Pologne - République Tchèque), qui tomba au moment où un coup-franc de Tzavellas (Monaco) heurta la barre (70-ème).

Obligée d'égaliser, elle se heurta jusqu'au terme des 90 minutes à un mur grec et au gardien Sifakis.

En meilleure santé sportive que financière, la Grèce affrontera le vainqueur du Groupe B vendredi à Gdansk en 1/4 de finale. La Russie, qui avait battu la République Tchèque 4-1 vendredi passé, rentre à Moscou.

Santos : "De la joie à tous les Grecs"

"Nous avons donné de la joie à tous les Grecs", s'est félicité Fernando Santos, le sélectionneur portugais de la Grèce, qualifiée samedi pour les quarts de finale de l'Euro-2012 en battant la Russie (1-0).

Que ressentez-vous ?

Nous sommes très heureux évidemment, nous avons donné de la joie à tous les Grecs, c'est très important. C'est le fruit de nos efforts et de notre détermination. Dieu était avec nous. Nous allons en quarts !

Vous jouerez les quarts sans Karagounis, votre capitaine suspendu...

Je dois le dire: je ne veux pas parler de l'arbitrage. Nous sommes dans une bonne dynamique. Karagounis ne peut pas participer aux quarts de finale, je dois trouver un remplaçant, c'est mon job.

Comment ce résultat est-il arrivé finalement ?

C'est une question de concentration. Nous aurions dû jouer les autres matches de la même façon. Nous sommes restés disciplinés. Nous n'avons pas laissé nos opposants développer leurs qualités et marquer. Je remercie tous les joueurs qui ont tout donné et même plus. Je leur ai dit avant le match, +j'ai une confiance totalement en vous+, même si la Grèce était en mauvaise position au classement du groupe" (dernier avant ce match).

Et maintenant, comment voyez vous la suite ?

Il faut se reposer et rester les pieds sur terre. Nous ne sommes pas les meilleurs aujourd'hui, nous n'étions pas les plus mauvais après avoir perdu contre les Tchèques (2-1).

Qu'est-ce qui inspire la Grèce ?

Ce qui nous inspire, c'est l'Histoire de la Grèce, et ce respect de chacun pour la Grèce vient de là, de cette Histoire. La science, la démocratie, vient de la Grèce. Il sera difficile pour tout ça, cette grande Histoire, de donner des leçons à la Grèce.

Sportfootmagazine.be, avec Belga

Le vainqueur est celui qui défend. La Grèce de Fernando Santos a confirmé cette maxime souvent prononcée par les spécialistes dans le milieu du football. Elle a en effet battu, 1-0 (mi-temps: 1-0) - et éliminé - la Russie de Dick Advocaat, samedi à Varsovie lors de la 3-ème et dernière journée du Groupe A de l'Euro-2012 de football.Un nul suffisait à la Russie pour se hisser au tour suivant. Elle a cependant pris les choses en mains avant la demi-heure, contraignant ainsi les joueurs de Fernando Santos à reculer de plus en plus. Une frappe de Glushakov déviée amena ainsi un corner sur lequel Zhirkov fut bien près d'ouvrir la marque, son tir effleurant la lucarne de Sifakis. Assiégée, la Grèce ouvrit pourtant le score contre le cours du jeu dans la 2-ème minute du temps additionel de la 1-ère mi-temps. Par son talentueux milieu de terrain et capitaine Karagounis (Panathinaïkos), qui s'en alla fusiller Malafeev après une touche manquée de Zhirkov.La Russie était toujours qualifiée, mais à la merci d'un but dans l'autre match (Pologne - République Tchèque), qui tomba au moment où un coup-franc de Tzavellas (Monaco) heurta la barre (70-ème). Obligée d'égaliser, elle se heurta jusqu'au terme des 90 minutes à un mur grec et au gardien Sifakis. En meilleure santé sportive que financière, la Grèce affrontera le vainqueur du Groupe B vendredi à Gdansk en 1/4 de finale. La Russie, qui avait battu la République Tchèque 4-1 vendredi passé, rentre à Moscou. Santos : "De la joie à tous les Grecs""Nous avons donné de la joie à tous les Grecs", s'est félicité Fernando Santos, le sélectionneur portugais de la Grèce, qualifiée samedi pour les quarts de finale de l'Euro-2012 en battant la Russie (1-0). Que ressentez-vous ?Nous sommes très heureux évidemment, nous avons donné de la joie à tous les Grecs, c'est très important. C'est le fruit de nos efforts et de notre détermination. Dieu était avec nous. Nous allons en quarts !Vous jouerez les quarts sans Karagounis, votre capitaine suspendu...Je dois le dire: je ne veux pas parler de l'arbitrage. Nous sommes dans une bonne dynamique. Karagounis ne peut pas participer aux quarts de finale, je dois trouver un remplaçant, c'est mon job.Comment ce résultat est-il arrivé finalement ?C'est une question de concentration. Nous aurions dû jouer les autres matches de la même façon. Nous sommes restés disciplinés. Nous n'avons pas laissé nos opposants développer leurs qualités et marquer. Je remercie tous les joueurs qui ont tout donné et même plus. Je leur ai dit avant le match, +j'ai une confiance totalement en vous+, même si la Grèce était en mauvaise position au classement du groupe" (dernier avant ce match).Et maintenant, comment voyez vous la suite ?Il faut se reposer et rester les pieds sur terre. Nous ne sommes pas les meilleurs aujourd'hui, nous n'étions pas les plus mauvais après avoir perdu contre les Tchèques (2-1).Qu'est-ce qui inspire la Grèce ?Ce qui nous inspire, c'est l'Histoire de la Grèce, et ce respect de chacun pour la Grèce vient de là, de cette Histoire. La science, la démocratie, vient de la Grèce. Il sera difficile pour tout ça, cette grande Histoire, de donner des leçons à la Grèce.Sportfootmagazine.be, avec Belga