Traduit de l'italien, Finalissima signifie "la plus grande finale" ou "la finale des finales". Le nouveau format a été (re)créé par l'Association européenne de football, l'UEFA et son homologue sud-américain, la CONMEBOL. Il oppose le vainqueur de l'Euro à celui de la Copa América. Mercredi soir, l'Italie et l'Argentine s'affrontent pour le titre dans un match amical de prestige.

Il ne faut pas apprendre à l'UEFA comment inventer des compétitions et à en tirer de gros profits. La raison d'être de la Finalissima est en fait un nouveau partenariat entre les deux fédérations continentales pour coopérer davantage et s'améliorer dans tous les domaines. Par exemple, elles veulent qu'il y ait plus de rencontres entre les deux continents, aussi bien pour le football masculin que féminin, mais aussi poru le futsal ou les équipes d'âge. Il y aura également un échange de formations techniques et d'arbitres. La participation de l'homme en noir argentin Fernando Rapallini à l'Euro de l'année dernière était la première collaboration d'une longue série. Pour célébrer ces différents partenariats, un bureau partagé a ensuite été ouvert à Londres et le stade de Wembley a été autorisé à accueillir la première Finalissima.

Wembley sera le cadre de la Finalissima, iStock
Wembley sera le cadre de la Finalissima © iStock

L'UEFA présente ce duel comme un "catalyseur du développement mondial du football, unissant les pays, les continents et les cultures, tout en montrant aux fans du monde entier que le football est une force qui nous unit en ces temps difficiles."

Le vainqueur de cette rencontre entre l'Italie et l'Argentine se décidera en un seul match, sans prolongation mais avec des tirs au but, en cas d'égalité au terme des 90 minutes de jeu. Cette nouvelle coupe est également reconnue par la FIFA. L'Albiceleste pourrait donc remporter son 19e titre mercredi soir, tandis que l'Italie visera son 8e.

Wembley sera complet ce soir, car le public s'est véritablement rué sur les billet mis en vente. En une semaine, 87 000 places ont été vendues, ce qui a tendance à démontrer que le concept semble donc très populaire.

Comme mentionné ci-dessus, ce n'est pas la première fois que la Finalissima a lieu. Il s'agit en fait de la continuation de la Coupe Artemio Franchi, qui s'était déjà déroulée en 1985 et 1993. Elle a ensuite disparu et a peut-être servi de tremplin à la création de la Coupe des confédérations. La première édition de celle-ci remonte à 1997 et sa dernière s'est déroulée en 2017.

La première édition de cette Coupe Franchi était revenue à la France, qui avait balayé l'Uruguay à Paris, tandis que la seconde a été remportée à domicile par l'Argentine, après la séance de tirs au but contre le Danemark. Le match se déroulait à Mar del Plata. Ainsi, Lionel Messi et ses coéquipiers pourraient, en cas de succès, apporter ce trophée à l'Amérique du Sud pour la deuxième fois de son histoire.

Traduit de l'italien, Finalissima signifie "la plus grande finale" ou "la finale des finales". Le nouveau format a été (re)créé par l'Association européenne de football, l'UEFA et son homologue sud-américain, la CONMEBOL. Il oppose le vainqueur de l'Euro à celui de la Copa América. Mercredi soir, l'Italie et l'Argentine s'affrontent pour le titre dans un match amical de prestige.Il ne faut pas apprendre à l'UEFA comment inventer des compétitions et à en tirer de gros profits. La raison d'être de la Finalissima est en fait un nouveau partenariat entre les deux fédérations continentales pour coopérer davantage et s'améliorer dans tous les domaines. Par exemple, elles veulent qu'il y ait plus de rencontres entre les deux continents, aussi bien pour le football masculin que féminin, mais aussi poru le futsal ou les équipes d'âge. Il y aura également un échange de formations techniques et d'arbitres. La participation de l'homme en noir argentin Fernando Rapallini à l'Euro de l'année dernière était la première collaboration d'une longue série. Pour célébrer ces différents partenariats, un bureau partagé a ensuite été ouvert à Londres et le stade de Wembley a été autorisé à accueillir la première Finalissima.L'UEFA présente ce duel comme un "catalyseur du développement mondial du football, unissant les pays, les continents et les cultures, tout en montrant aux fans du monde entier que le football est une force qui nous unit en ces temps difficiles."Le vainqueur de cette rencontre entre l'Italie et l'Argentine se décidera en un seul match, sans prolongation mais avec des tirs au but, en cas d'égalité au terme des 90 minutes de jeu. Cette nouvelle coupe est également reconnue par la FIFA. L'Albiceleste pourrait donc remporter son 19e titre mercredi soir, tandis que l'Italie visera son 8e. Wembley sera complet ce soir, car le public s'est véritablement rué sur les billet mis en vente. En une semaine, 87 000 places ont été vendues, ce qui a tendance à démontrer que le concept semble donc très populaire.Comme mentionné ci-dessus, ce n'est pas la première fois que la Finalissima a lieu. Il s'agit en fait de la continuation de la Coupe Artemio Franchi, qui s'était déjà déroulée en 1985 et 1993. Elle a ensuite disparu et a peut-être servi de tremplin à la création de la Coupe des confédérations. La première édition de celle-ci remonte à 1997 et sa dernière s'est déroulée en 2017. La première édition de cette Coupe Franchi était revenue à la France, qui avait balayé l'Uruguay à Paris, tandis que la seconde a été remportée à domicile par l'Argentine, après la séance de tirs au but contre le Danemark. Le match se déroulait à Mar del Plata. Ainsi, Lionel Messi et ses coéquipiers pourraient, en cas de succès, apporter ce trophée à l'Amérique du Sud pour la deuxième fois de son histoire.