Le mal de crâne continue pour Sepp Blatter. Après avoir perdu Sony et Emirates en novembre dernier et après avoir appris mercredi qu'une coalition - appelée New FIFA Now - s'était créée pour dénoncer la mauvaise gouvernance de la Fédération internationale de football, le Suisse doit maintenant composer avec la perte de trois importants partenaires. Castrol, vendeur de lubrifiants pour moteur, Continental, entreprise de pneumatique et Johnson & Johnson, géant mondial de la santé, ont décidé de ne pas renouveler leurs contrats, arrivés à échéance.

Selon Damian Collins, député conservateur anglais qui fait partie de l'organisation New FIFA Now, la plus grande instance du football est néfaste pour les grandes marques. "La FIFA est une marque toxique. Je pense que c'est pour cela que des marques qui font attention à leur réputation ne veulent plus voir leur nom être associé à la FIFA. Cela signifie également qu'elles sentent que leurs clients, dont certains sont des fans de football, ne veulent pas non plus que leur nom soit associé à la FIFA."

De plus en plus contesté, Sepp Blatter ne compte pas pour autant laisser sa couronne à quelqu'un autre. En place depuis 1998, il tentera de se faire réélire à la tête de la plus grande instance du football mondial lors de l'élection prévue le 29 mai prochain.

Le mal de crâne continue pour Sepp Blatter. Après avoir perdu Sony et Emirates en novembre dernier et après avoir appris mercredi qu'une coalition - appelée New FIFA Now - s'était créée pour dénoncer la mauvaise gouvernance de la Fédération internationale de football, le Suisse doit maintenant composer avec la perte de trois importants partenaires. Castrol, vendeur de lubrifiants pour moteur, Continental, entreprise de pneumatique et Johnson & Johnson, géant mondial de la santé, ont décidé de ne pas renouveler leurs contrats, arrivés à échéance.Selon Damian Collins, député conservateur anglais qui fait partie de l'organisation New FIFA Now, la plus grande instance du football est néfaste pour les grandes marques. "La FIFA est une marque toxique. Je pense que c'est pour cela que des marques qui font attention à leur réputation ne veulent plus voir leur nom être associé à la FIFA. Cela signifie également qu'elles sentent que leurs clients, dont certains sont des fans de football, ne veulent pas non plus que leur nom soit associé à la FIFA."De plus en plus contesté, Sepp Blatter ne compte pas pour autant laisser sa couronne à quelqu'un autre. En place depuis 1998, il tentera de se faire réélire à la tête de la plus grande instance du football mondial lors de l'élection prévue le 29 mai prochain.