La Fédération russe de football (RFU) a annoncé jeudi son intention d'aller en appel devant le Tribunal arbitral du sport (TAS) de Lausanne contre la décision, prise lundi, des instances mondiale et européenne du football, la FIFA et l'UEFA, de suspendre "jusqu'à nouvel ordre" les équipes nationales et les clubs russes de leurs compétitions, en réaction à l'invasion de l'Ukraine par Moscou.

Dans un communiqué publié sur son site jeudi, la RFU explique qu'elle demandera une procédure accélérée pour examiner son cas et qu'elle exigera le "rétablissement de toutes les équipes nationales masculines et féminines de Russie dans tous les tournois auxquelles elles prennent part (y compris les barrages de qualification au Mondial 2022 au Qatar) et une indemnisation pour les dommages occasionnés."

Si la FIFA et l'UEFA venaient à refuser une telle procédure, la RFU demanderait des mesures provisoires "sous forme de suspension des décisions" des deux instances, précise encore la fédération. La Russie est censée affronter la Pologne le 24 mars au premier tour des barrages pour le Mondial 2022. Le vainqueur défiera ensuite la Suède ou la République tchèque au tour suivant.

Dans son communiqué, la RFU explique que la FIFA et l'UEFA "n'avaient pas de base légale" pour décider de cette suspension. "Ils ont violé les droits fondamentaux de la RFU en tant que membre de la FIFA et de l'UEFA, y compris le droit de participer à ces compétitions."

La fédération russe estime aussi que la décision de retirer son équipe nationale des barrages pour le Mondial "a été prise sous la pression des rivaux directs de ces barrages, ce qui viole le principe du sport et les règles du fair-play."

Polonais, Suédois et Tchèques avaient affirmé à plusieurs reprises leur refus de jouer contre les Russes, y compris après une première salve de sanctions de la FIFA, dimanche dernier, à savoir imposer à la Russie d'évoluer sous le nom de "Fédération russe de football", sans hymne ni drapeau, et de jouer ses matchs à domicile sur terrain neutre. Enfin, la RFU dénonce le fait de ne pas avoir eu le "droit de présenter sa position, ce qui viole le droit fondamental à la défense" et estime que les deux instances n'ont "pas pris en compte d'autres options d'actions possibles, à l'exception de l'exclusion complète des équipes russes."

La Fédération russe de football (RFU) a annoncé jeudi son intention d'aller en appel devant le Tribunal arbitral du sport (TAS) de Lausanne contre la décision, prise lundi, des instances mondiale et européenne du football, la FIFA et l'UEFA, de suspendre "jusqu'à nouvel ordre" les équipes nationales et les clubs russes de leurs compétitions, en réaction à l'invasion de l'Ukraine par Moscou. Dans un communiqué publié sur son site jeudi, la RFU explique qu'elle demandera une procédure accélérée pour examiner son cas et qu'elle exigera le "rétablissement de toutes les équipes nationales masculines et féminines de Russie dans tous les tournois auxquelles elles prennent part (y compris les barrages de qualification au Mondial 2022 au Qatar) et une indemnisation pour les dommages occasionnés." Si la FIFA et l'UEFA venaient à refuser une telle procédure, la RFU demanderait des mesures provisoires "sous forme de suspension des décisions" des deux instances, précise encore la fédération. La Russie est censée affronter la Pologne le 24 mars au premier tour des barrages pour le Mondial 2022. Le vainqueur défiera ensuite la Suède ou la République tchèque au tour suivant. Dans son communiqué, la RFU explique que la FIFA et l'UEFA "n'avaient pas de base légale" pour décider de cette suspension. "Ils ont violé les droits fondamentaux de la RFU en tant que membre de la FIFA et de l'UEFA, y compris le droit de participer à ces compétitions." La fédération russe estime aussi que la décision de retirer son équipe nationale des barrages pour le Mondial "a été prise sous la pression des rivaux directs de ces barrages, ce qui viole le principe du sport et les règles du fair-play." Polonais, Suédois et Tchèques avaient affirmé à plusieurs reprises leur refus de jouer contre les Russes, y compris après une première salve de sanctions de la FIFA, dimanche dernier, à savoir imposer à la Russie d'évoluer sous le nom de "Fédération russe de football", sans hymne ni drapeau, et de jouer ses matchs à domicile sur terrain neutre. Enfin, la RFU dénonce le fait de ne pas avoir eu le "droit de présenter sa position, ce qui viole le droit fondamental à la défense" et estime que les deux instances n'ont "pas pris en compte d'autres options d'actions possibles, à l'exception de l'exclusion complète des équipes russes."