Le rendez-vous a été fixé au stade de Drongen, club de première provinciale. Les parents de Kevin De Bruyne habitent à deux pas et c'est ici qu'a lieu chaque année la Kevin De Bruyne Cup, un tournoi U15 qui a révélé des joueurs comme Ansu Fati ou Eric García. Le cadre idéal pour une rencontre avec Herwig De Bruyne et sa fille Stéphanie, la soeur de KDB.

HERWIG DE BRUYNE : Les deux grands rêves de Kevin ont toujours été de remporter la Ligue des Champions et la Coupe du monde. Il n'y a pas mieux. Le fait que Chelsea soit l'adversaire en finale, il s'en fiche. C'est oublié. Les médias en parlent encore, mais pour lui, c'est un adversaire comme les autres.

A-t-il changé comme joueur?

HERWIG : Il est plus malin. Il en fait moins, mais se montre plus efficace. C'est ça, l'expérience: il faut savoir quand faire les choses. Et Pep lui laisse beaucoup de liberté.

Vous parlez parfois de son rôle de faux 9?

HERWIG : Je lui ai déjà demandé s'il aimait ça. Il m'a répondu que non, mais que ce n'était pas grave. Son statut a changé: quand il presse, tout le monde suit.

Kevin deviendra-t-il entraîneur?

HERWIG : Il a toujours dit que non, mais Pep m'a dit que beaucoup disent ça et le deviennent quand même par la suite.

STEPHANIE DE BRUYNE : On fait souvent le contraire de ce qu'on dit. Moi aussi.

Le rendez-vous a été fixé au stade de Drongen, club de première provinciale. Les parents de Kevin De Bruyne habitent à deux pas et c'est ici qu'a lieu chaque année la Kevin De Bruyne Cup, un tournoi U15 qui a révélé des joueurs comme Ansu Fati ou Eric García. Le cadre idéal pour une rencontre avec Herwig De Bruyne et sa fille Stéphanie, la soeur de KDB.HERWIG DE BRUYNE : Les deux grands rêves de Kevin ont toujours été de remporter la Ligue des Champions et la Coupe du monde. Il n'y a pas mieux. Le fait que Chelsea soit l'adversaire en finale, il s'en fiche. C'est oublié. Les médias en parlent encore, mais pour lui, c'est un adversaire comme les autres.A-t-il changé comme joueur?HERWIG : Il est plus malin. Il en fait moins, mais se montre plus efficace. C'est ça, l'expérience: il faut savoir quand faire les choses. Et Pep lui laisse beaucoup de liberté.Vous parlez parfois de son rôle de faux 9?HERWIG : Je lui ai déjà demandé s'il aimait ça. Il m'a répondu que non, mais que ce n'était pas grave. Son statut a changé: quand il presse, tout le monde suit.Kevin deviendra-t-il entraîneur?HERWIG : Il a toujours dit que non, mais Pep m'a dit que beaucoup disent ça et le deviennent quand même par la suite.STEPHANIE DE BRUYNE : On fait souvent le contraire de ce qu'on dit. Moi aussi.