Vous semblez être de retour à Fulham. Après une saison compliquée en Premier League l'année dernière, vous avez maintenant l'occasion de jouer beaucoup de matches dans le Championship.

Denis Odoi : "Les choses se sont passées différemment de ce qu'elles semblaient être au début de la saison. Je n'allais pas jouer et j'allais quitter Fulham. Mais lors de l'avant-dernier match avant la fin du marché des transferts, Kenny Tete s'est blessé. J'avais alors un match, contre Stoke, pour faire mes preuves. J'ai joué une bonne rencontre et l'entraîneur et le club ont finalement décidé qu'il n'était pas nécessaire d'engager un nouvel arrière droit."

Fulham est en tête de la compétition et peut ambitionner de remonter en Premier League. Mais dans laquelle de ces deux compétitions préférez-vous jouer ?

Odoi : "Dans le Championship. Les deux années que j'ai disputées enPremier League ont été difficiles. La première année, j'ai beaucoup joué mais on luttait contre la relégation. Il ne faut pas le sous-estimer. J'ai beaucoup joué et j'ai assumé la responsabilité des résultats. Cela a pesé lourd. Vous pensez que vous n'êtes pas assez bon. L'année dernière, c'était une année à oublier parce que je n'ai rien joué. Je me suis seulement entraîné. On n'en tire aucune joie."

Fulham marque très facilement cette saison avec 73 réalisations en 27 matches ! C'est presque une moyenne de trois buts par match.

Odoi : "La philosophie de Scott Parker, notre précédent entraîneur, était basée sur la possession du ballon. Quand on récupère le ballon, on le garde d'abord dans l'équipe. Et quand l'équipe adverse est concentrée d'un côté du terrain, on essaie d'ouvrir sur l'autre côté. Avec le nouveau coach Marco Silva, nous devons jouer vers l'avant dès que possible après une récupération de balle.Je ne peux pas dire que son approche est mauvaise puisque les résultats suivent cette saison. C'est juste un peu différent du jeu sous Scott Parker où il y avait différents chemins pour aller à Rome. Maintenant, ça se passe bien et il n'y a pas de raison de se plaindre."

Que se passera-t-il à la fin de cette saison ? Vous avez maintenant 33 ans et votre contrat à Fulham expire cet été.

Odoi : " Le club dispose toujours d'une option de prolongation. Si je joue 50 % du temps de jeu, ils devront lever cette option. Je veux jouer au football pendant très longtemps. Mais à un certain moment... Si j'obtiens une offre qui me donne un emploi à plus long terme, je pourrais m'arrêter plus tôt que vous ne le pensez".

Vous semblez être de retour à Fulham. Après une saison compliquée en Premier League l'année dernière, vous avez maintenant l'occasion de jouer beaucoup de matches dans le Championship.Denis Odoi : "Les choses se sont passées différemment de ce qu'elles semblaient être au début de la saison. Je n'allais pas jouer et j'allais quitter Fulham. Mais lors de l'avant-dernier match avant la fin du marché des transferts, Kenny Tete s'est blessé. J'avais alors un match, contre Stoke, pour faire mes preuves. J'ai joué une bonne rencontre et l'entraîneur et le club ont finalement décidé qu'il n'était pas nécessaire d'engager un nouvel arrière droit."Fulham est en tête de la compétition et peut ambitionner de remonter en Premier League. Mais dans laquelle de ces deux compétitions préférez-vous jouer ?Odoi : "Dans le Championship. Les deux années que j'ai disputées enPremier League ont été difficiles. La première année, j'ai beaucoup joué mais on luttait contre la relégation. Il ne faut pas le sous-estimer. J'ai beaucoup joué et j'ai assumé la responsabilité des résultats. Cela a pesé lourd. Vous pensez que vous n'êtes pas assez bon. L'année dernière, c'était une année à oublier parce que je n'ai rien joué. Je me suis seulement entraîné. On n'en tire aucune joie."Fulham marque très facilement cette saison avec 73 réalisations en 27 matches ! C'est presque une moyenne de trois buts par match.Odoi : "La philosophie de Scott Parker, notre précédent entraîneur, était basée sur la possession du ballon. Quand on récupère le ballon, on le garde d'abord dans l'équipe. Et quand l'équipe adverse est concentrée d'un côté du terrain, on essaie d'ouvrir sur l'autre côté. Avec le nouveau coach Marco Silva, nous devons jouer vers l'avant dès que possible après une récupération de balle.Je ne peux pas dire que son approche est mauvaise puisque les résultats suivent cette saison. C'est juste un peu différent du jeu sous Scott Parker où il y avait différents chemins pour aller à Rome. Maintenant, ça se passe bien et il n'y a pas de raison de se plaindre."Que se passera-t-il à la fin de cette saison ? Vous avez maintenant 33 ans et votre contrat à Fulham expire cet été.Odoi : " Le club dispose toujours d'une option de prolongation. Si je joue 50 % du temps de jeu, ils devront lever cette option. Je veux jouer au football pendant très longtemps. Mais à un certain moment... Si j'obtiens une offre qui me donne un emploi à plus long terme, je pourrais m'arrêter plus tôt que vous ne le pensez".