La semaine dernière, l'Olympiacos a vu prendre fin sa série de 17 victoires consécutives en étant battu par l'AEK Athènes (1-0). La première éraflure dans une domination sans précédent. Est-ce l'Olympiacos le plus fort des dix dernières années ? "Difficile à dire : d'un côté l'équipe est plus forte que les années précédentes mais de l'autre, la concurrence a rarement été aussi faible. Le championnat grec n'est plus une référence", explique Savvas Tziompanoglou, journaliste pour le journal grec 'GoalNews'.

Fortounis: cible d'Anderlecht

La crise économique qui frappe le pays depuis 2010 y est pour beaucoup. Seul l'Olympiacos est parvenu à conserver ses meilleurs joueurs. L'un d'eux est le milieu offensif Konstantinos Fortounis, déjà cité comme potentiel renfort à Anderlecht. "Un joueur très talentueux qui, malgré son jeune âge, fait déjà preuve de beaucoup de maturité", dit Tziompanoglou. "Sa plus grande qualité est sa vitesse de réflexion et d'exécution. Il peut influencer le jeu en une intuition.".

De plus, le noyau des recordmans de titres grecs remportés (42 sacres dont 9 lors des 10 dernières années) s'est encore renforcé ces derniers temps. Principalement dans l'entrejeu avec l'expérience d'Esteban Cambiasso (ex-Inter et Real Madrid) et... Luka Milivojevic, le médian qui n'était pas parvenu à s'imposer à Anderlecht qu'il avait rejoint en 2013 en compagnie d'Aleksandar Mitrovic en provenance de la compétition serbe. Après un prêt convainquant la saison dernière, l'Olympiacos a déposé 2,5 millions d'euros sur la table cet été pour l'acquérir.

Des flancs dangereux

Un autre facteur dans le succès actuel de l'Olympiacos est le coach Marco Silva, qui a délaissé l'été dernier le Sporting Lisbonne pour l'aventure grecque.

Tziompanoglou: " Il s'est d'abord soucié d'apporter plus de vitesse dans l'équipe. Le ballon circule mieux et il y a plus de mouvements dans l'équipe, le mérite lui en revient. Pourtant, il n'a pas reçu les transferts qu'il désirait cet été.

"La force de cet Olympiacos repose sur les ailes", poursuit le journaliste de GoalNews. "Masuaku à droite et Elabdellaoui à gauche cherchent constamment la profondeur et offrent énormément d'options offensives. Le talon d'Achille de cette équipe est le duo central défensif qui est très statique. Mais heureusement pour eux, il y a toujours l'excellent gardien Roberto qui veille au grain".

Par Matthias Stockmans

La semaine dernière, l'Olympiacos a vu prendre fin sa série de 17 victoires consécutives en étant battu par l'AEK Athènes (1-0). La première éraflure dans une domination sans précédent. Est-ce l'Olympiacos le plus fort des dix dernières années ? "Difficile à dire : d'un côté l'équipe est plus forte que les années précédentes mais de l'autre, la concurrence a rarement été aussi faible. Le championnat grec n'est plus une référence", explique Savvas Tziompanoglou, journaliste pour le journal grec 'GoalNews'.Fortounis: cible d'AnderlechtLa crise économique qui frappe le pays depuis 2010 y est pour beaucoup. Seul l'Olympiacos est parvenu à conserver ses meilleurs joueurs. L'un d'eux est le milieu offensif Konstantinos Fortounis, déjà cité comme potentiel renfort à Anderlecht. "Un joueur très talentueux qui, malgré son jeune âge, fait déjà preuve de beaucoup de maturité", dit Tziompanoglou. "Sa plus grande qualité est sa vitesse de réflexion et d'exécution. Il peut influencer le jeu en une intuition.".De plus, le noyau des recordmans de titres grecs remportés (42 sacres dont 9 lors des 10 dernières années) s'est encore renforcé ces derniers temps. Principalement dans l'entrejeu avec l'expérience d'Esteban Cambiasso (ex-Inter et Real Madrid) et... Luka Milivojevic, le médian qui n'était pas parvenu à s'imposer à Anderlecht qu'il avait rejoint en 2013 en compagnie d'Aleksandar Mitrovic en provenance de la compétition serbe. Après un prêt convainquant la saison dernière, l'Olympiacos a déposé 2,5 millions d'euros sur la table cet été pour l'acquérir. Des flancs dangereuxUn autre facteur dans le succès actuel de l'Olympiacos est le coach Marco Silva, qui a délaissé l'été dernier le Sporting Lisbonne pour l'aventure grecque. Tziompanoglou: " Il s'est d'abord soucié d'apporter plus de vitesse dans l'équipe. Le ballon circule mieux et il y a plus de mouvements dans l'équipe, le mérite lui en revient. Pourtant, il n'a pas reçu les transferts qu'il désirait cet été. "La force de cet Olympiacos repose sur les ailes", poursuit le journaliste de GoalNews. "Masuaku à droite et Elabdellaoui à gauche cherchent constamment la profondeur et offrent énormément d'options offensives. Le talon d'Achille de cette équipe est le duo central défensif qui est très statique. Mais heureusement pour eux, il y a toujours l'excellent gardien Roberto qui veille au grain".Par Matthias Stockmans