Dans son rapport économique, la DFL a indiqué que 17 des 18 clubs de première division ont généré un chiffre d'affaires supérieur à 100 millions d'euros. Le total de 3,81 milliards d'euros représente une hausse de 13 pour-cent par rapport à 2016-2017, tandis que les chiffres de 2010-2011 faisaient état de 1,94 milliard d'euros de recettes.

Les clubs allemands de D1 et D2 ont payé pour 1,28 milliard d'euros de taxes. Plus de 55.000 personnes sont employées directement ou indirectement par les clubs de D1 et D2.

"Le football professionnel allemand a poursuivi son évolution positive", a commenté le directeur général de la DFL Christian Seifert. "Cette évolution est due en particulier aux contrats avec les médias nationaux en vigueur, qui se reflètent pour la première fois dans le bilan. La numérisation et la globalisation ouvriront de nouvelles perspectives au football professionnel allemand dans les années à venir."