La défaite contre la France n'entraînera aucune perte de point pour les Belges dans le prochain classement, qui sera annoncé le 21 octobre, car le Final Four de la Ligue des Nations est considéré comme une phase à élimination directe d'un tournoi majeur. Une victoire rapporte des points supplémentaires dans l'algorithme complexe, mais pour protéger les pays participants, aucun point n'est déduit en cas de défaite. Il en va de même pour la consolation de dimanche contre le pays hôte, l'Italie : en cas de nouvelle défaite, il restera 1832,33 points derrière le nom de notre pays, soit le nombre de points attribués lors de la publication du précédent classement en septembre. Le problème est que les Diables Rouges commençaient déjà à sentir le souffle du Brésil. La Seleçao a réduit l'écart à vingt points le mois dernier (1832 contre 1812) et avec la victoire dans le match de qualification pour la Coupe du monde au et contre le Venezuela (1-3), les quintuples champions du monde ont déjà 1816,48 points, alors qu'il reste encore deux matchs à jouer dans les prochains jours. Dimanche, c'est le match à l'extérieur en Colombie et jeudi prochain, le match à domicile contre l'Uruguay que doit livrer la Seleçao. Avec deux victoires, les Brésiliens auront alors 1 832,99 points et avec les points après la virgule, ils devanceront les Belges. Les conditions pour cela sont une défaite belge à Turin et deux victoires brésiliennes dans les éliminatoires de la Coupe du monde. Cela donne soudainement une dimension supplémentaire au match contre les Italiens. "Bien sûr, ce classement est important pour nous", a déclaré samedi le sélectionneur national Roberto Martinez. "Nous sommes numéro 1 mondial depuis trois ans et nous voulons le rester". Les Diables rouges occupent la première place du classement FIFA depuis le 20 septembre 2018. De novembre 2015 à mars 2016, cet honneur leur est également revenu. Cette décision a été accueillie avec mépris ici et là, car l'armoire à trophées de la génération dorée est toujours vide et les chances de succès avec le groupe de joueurs vieillissants sont de plus en plus minces. Tant sous Martinez que sous son prédécesseur Marc Wilmots, les Belges n'ont pas été en mesure d'en récolter les fruits. À trois reprises (Coupe du monde 2014, Championnat d'Europe 2016 et Championnat d'Europe 2020), les quarts de finale ont marqué la fin d'un tournoi majeur, notamment les deux derniers championnats d'Europe. Il y a trois ans, la troisième place à la Coupe du monde en Russie fut le meilleur résultat jamais obtenu par l'équipe nationale belge. En novembre, les Belges joueront leurs deux derniers matchs de qualification pour la Coupe du monde de l'année : à domicile contre l'Estonie au stade Roi Baudouin de Bruxelles et au Pays de Galles. À deux journées de la fin, la qualification pour la Coupe du monde de football qui se déroulera à la fin de l'année prochaine au Qatar est pratiquement acquise.

La défaite contre la France n'entraînera aucune perte de point pour les Belges dans le prochain classement, qui sera annoncé le 21 octobre, car le Final Four de la Ligue des Nations est considéré comme une phase à élimination directe d'un tournoi majeur. Une victoire rapporte des points supplémentaires dans l'algorithme complexe, mais pour protéger les pays participants, aucun point n'est déduit en cas de défaite. Il en va de même pour la consolation de dimanche contre le pays hôte, l'Italie : en cas de nouvelle défaite, il restera 1832,33 points derrière le nom de notre pays, soit le nombre de points attribués lors de la publication du précédent classement en septembre. Le problème est que les Diables Rouges commençaient déjà à sentir le souffle du Brésil. La Seleçao a réduit l'écart à vingt points le mois dernier (1832 contre 1812) et avec la victoire dans le match de qualification pour la Coupe du monde au et contre le Venezuela (1-3), les quintuples champions du monde ont déjà 1816,48 points, alors qu'il reste encore deux matchs à jouer dans les prochains jours. Dimanche, c'est le match à l'extérieur en Colombie et jeudi prochain, le match à domicile contre l'Uruguay que doit livrer la Seleçao. Avec deux victoires, les Brésiliens auront alors 1 832,99 points et avec les points après la virgule, ils devanceront les Belges. Les conditions pour cela sont une défaite belge à Turin et deux victoires brésiliennes dans les éliminatoires de la Coupe du monde. Cela donne soudainement une dimension supplémentaire au match contre les Italiens. "Bien sûr, ce classement est important pour nous", a déclaré samedi le sélectionneur national Roberto Martinez. "Nous sommes numéro 1 mondial depuis trois ans et nous voulons le rester". Les Diables rouges occupent la première place du classement FIFA depuis le 20 septembre 2018. De novembre 2015 à mars 2016, cet honneur leur est également revenu. Cette décision a été accueillie avec mépris ici et là, car l'armoire à trophées de la génération dorée est toujours vide et les chances de succès avec le groupe de joueurs vieillissants sont de plus en plus minces. Tant sous Martinez que sous son prédécesseur Marc Wilmots, les Belges n'ont pas été en mesure d'en récolter les fruits. À trois reprises (Coupe du monde 2014, Championnat d'Europe 2016 et Championnat d'Europe 2020), les quarts de finale ont marqué la fin d'un tournoi majeur, notamment les deux derniers championnats d'Europe. Il y a trois ans, la troisième place à la Coupe du monde en Russie fut le meilleur résultat jamais obtenu par l'équipe nationale belge. En novembre, les Belges joueront leurs deux derniers matchs de qualification pour la Coupe du monde de l'année : à domicile contre l'Estonie au stade Roi Baudouin de Bruxelles et au Pays de Galles. À deux journées de la fin, la qualification pour la Coupe du monde de football qui se déroulera à la fin de l'année prochaine au Qatar est pratiquement acquise.