Pendant les parenthèses internationales, les grands clubs font généralement peu parler d'eux, la plupart de leurs footballeurs ayant rejoint leur sélection nationale. Cette fois, il en a été différemment à Valdebebas, le complexe d'entraînement du Real. Gareth Bale y a travaillé son retour de blessure, Cristiano Ronaldo a fait l'impasse sur la convocation du Portugal, déjà qualifié, et Didier Deschamps ne sélectionne de toute façon plus Karim Benzema. Zinédine Zidane se frotte les mains : " Disposer des trois joueurs est évidemment intéressant. C'est le moment idéal pour travailler la finition car ils veulent tous les trois marquer des buts. "

C'est que le trio magique qui constituait une garantie de buts la saison dernière est plutôt en panne cette année. En onze journées de championnat, le Real a trouvé le chemin des filets à 22 reprises. Ses meilleurs buteurs ne sont pas issus du trio BBC : ce sont Marco Asensio et Isco, avec chacun quatre buts. Cristiano en a inscrit un, comme Benzema, et Bale en a marqué trois. L'avant français, pris pour cible par le public très critique de Bernabeu, a eu 18 occasions de but. CR7 en a eu 48 ! Il y a de quoi passer des nuits blanches mais Zidane reste serein.

" Cristiano peut encore faire la différence. Pas par des buts pour le moment mais il effectue d'autres choses ", a fait remarquer le coach français à l'issue du match contre Las Palmas, durant lequel Ronaldo a délivré un assist à Isco. En Ligue des Champions, la situation est complètement différente : le Portugais a inscrit six buts en quatre joutes.

Madrid a compris depuis un certain temps qu'il devait se préparer à une existence sans Cristiano Ronaldo, qui aura 33 ans en février. Ou plutôt à une vie sans ses 50 buts par saison. Il n'y a pas si longtemps encore, on avait coutume de dire que le Real entamait chaque match avec un avantage d'un but, puisque le Portugais en marquait un à chaque partie. Un jour, cette boutade va le rattraper.

En attendant, celui qui devait devenir le nouveau fer de lance madrilène est poursuivi par les blessures. El Pais vient de faire le compte : depuis son arrivée au Real en 2013, Gareth Bale se blesse en moyenne une fois tous les deux mois et demi. Ce sont toujours des atteintes musculaires. La dernière échéance date de fin septembre, contre le Borussia Dortmund. Début octobre, Bale a été contraint au forfait pour les matches décisifs de qualification du Pays de Galles. Le staff médical du Real ne veut pas non plus précipiter son retour. Ces dernières semaines, il a travaillé ses chevilles avec précaution, dans l'espoir de les renforcer. On s'attend à ce que le Gallois effectue sa rentrée samedi dans le derby contre l'Atlético. S'il y parvient, ce sera la première sortie commune du trio BBC cette saison.

Pendant les parenthèses internationales, les grands clubs font généralement peu parler d'eux, la plupart de leurs footballeurs ayant rejoint leur sélection nationale. Cette fois, il en a été différemment à Valdebebas, le complexe d'entraînement du Real. Gareth Bale y a travaillé son retour de blessure, Cristiano Ronaldo a fait l'impasse sur la convocation du Portugal, déjà qualifié, et Didier Deschamps ne sélectionne de toute façon plus Karim Benzema. Zinédine Zidane se frotte les mains : " Disposer des trois joueurs est évidemment intéressant. C'est le moment idéal pour travailler la finition car ils veulent tous les trois marquer des buts. " C'est que le trio magique qui constituait une garantie de buts la saison dernière est plutôt en panne cette année. En onze journées de championnat, le Real a trouvé le chemin des filets à 22 reprises. Ses meilleurs buteurs ne sont pas issus du trio BBC : ce sont Marco Asensio et Isco, avec chacun quatre buts. Cristiano en a inscrit un, comme Benzema, et Bale en a marqué trois. L'avant français, pris pour cible par le public très critique de Bernabeu, a eu 18 occasions de but. CR7 en a eu 48 ! Il y a de quoi passer des nuits blanches mais Zidane reste serein. " Cristiano peut encore faire la différence. Pas par des buts pour le moment mais il effectue d'autres choses ", a fait remarquer le coach français à l'issue du match contre Las Palmas, durant lequel Ronaldo a délivré un assist à Isco. En Ligue des Champions, la situation est complètement différente : le Portugais a inscrit six buts en quatre joutes. Madrid a compris depuis un certain temps qu'il devait se préparer à une existence sans Cristiano Ronaldo, qui aura 33 ans en février. Ou plutôt à une vie sans ses 50 buts par saison. Il n'y a pas si longtemps encore, on avait coutume de dire que le Real entamait chaque match avec un avantage d'un but, puisque le Portugais en marquait un à chaque partie. Un jour, cette boutade va le rattraper. En attendant, celui qui devait devenir le nouveau fer de lance madrilène est poursuivi par les blessures. El Pais vient de faire le compte : depuis son arrivée au Real en 2013, Gareth Bale se blesse en moyenne une fois tous les deux mois et demi. Ce sont toujours des atteintes musculaires. La dernière échéance date de fin septembre, contre le Borussia Dortmund. Début octobre, Bale a été contraint au forfait pour les matches décisifs de qualification du Pays de Galles. Le staff médical du Real ne veut pas non plus précipiter son retour. Ces dernières semaines, il a travaillé ses chevilles avec précaution, dans l'espoir de les renforcer. On s'attend à ce que le Gallois effectue sa rentrée samedi dans le derby contre l'Atlético. S'il y parvient, ce sera la première sortie commune du trio BBC cette saison.