"La FIFA et l'IFAB ont reconnu que les décisions de l'arbitre peuvent être prises avec l'aide de l'assistance vidéo. En fin de compte, l'intention est d'améliorer la qualité des décisions de l'arbitre. Si les expériences montrent que cela est efficace, c'est une bonne affaire pour le football", a expliqué Allaerts suite au feu vert de l'IFAB. "Des tests seront effectués dans un premier temps.

L'IFAB prendra les devants et désignera quelles ligues effectueront les tests. Ce n'est pas une mauvaise affaire, car l'expérience sera organisée d'une manière complémentaire. Une chose importante, c'est que tout reste entre les mains de l'arbitre principal." Treize compétitions, dont la Jupiler Pro League, ont déjà signalé vouloir tester l'assistance vidéo. Dans un premier temps, les tests se feront 'offline'. Ce qui signifie que l'arbitre ne communiquera pas avec l'assistant-vidéo. La technologie sera utilisée en cas de discussion sur la validité d'un but, un carton rouge, un penalty ou pour une mauvaise indication d'un joueur. L'examen d'un hors-jeu n'est pour l'instant pas à l'ordre du jour. L'IFAB, communément appelé le Board est l'organe gardien des lois du jeu depuis 1886, soit huit ans avant la création de la FIFA. Il est constitué pour moitié des quatre fédérations britanniques et pour moitié de la FIFA.

"La FIFA et l'IFAB ont reconnu que les décisions de l'arbitre peuvent être prises avec l'aide de l'assistance vidéo. En fin de compte, l'intention est d'améliorer la qualité des décisions de l'arbitre. Si les expériences montrent que cela est efficace, c'est une bonne affaire pour le football", a expliqué Allaerts suite au feu vert de l'IFAB. "Des tests seront effectués dans un premier temps. L'IFAB prendra les devants et désignera quelles ligues effectueront les tests. Ce n'est pas une mauvaise affaire, car l'expérience sera organisée d'une manière complémentaire. Une chose importante, c'est que tout reste entre les mains de l'arbitre principal." Treize compétitions, dont la Jupiler Pro League, ont déjà signalé vouloir tester l'assistance vidéo. Dans un premier temps, les tests se feront 'offline'. Ce qui signifie que l'arbitre ne communiquera pas avec l'assistant-vidéo. La technologie sera utilisée en cas de discussion sur la validité d'un but, un carton rouge, un penalty ou pour une mauvaise indication d'un joueur. L'examen d'un hors-jeu n'est pour l'instant pas à l'ordre du jour. L'IFAB, communément appelé le Board est l'organe gardien des lois du jeu depuis 1886, soit huit ans avant la création de la FIFA. Il est constitué pour moitié des quatre fédérations britanniques et pour moitié de la FIFA.