Les chants n'étaient pas dirigés contre les supporters hongrois, mais ils visaient le club rival de Tottenham Hotspur, dont l'histoire est intimement liée à la communauté juive de Londres. La commission éthique de l'UEFA jugera le cas le 28 février.

Chelsea avait réagi après la rencontre, promettant des mesures fortes. Déjà avant cet incident, le président Bruce Buck avait suggéré d'envoyer ses fans racistes visiter le camp d'Auschwitz.

"Nous ne devons pas permettre à une petite minorité de supporters de nous causer davantage d'embarras" et "nous ne nous reposerons pas avant d'avoir éliminé toutes les formes de discrimination de notre club", avait déclaré Buck après la rencontre.

Le club risque de devoir jouer un match à huis clos.