Cette nouvelle compétition a été adoptée pour la période 2018-22 et sera basée sur la répartitions des 54 sélections européennes en quatre divisions, avec un système de montées et de descentes. Le format exact de cette nouvelle compétition n'a pas encore été arrêté et fera l'objet de discussions futures.

Mais les grands principes ont été votés à Astana. Et l'un d'entre eux est que, par la biais de cette Ligue des nations, il y aura une chance supplémentaire de se qualifier pour l'Euro 2020 (dont les qualifications propres demeurent inchangées dans les grandes largeurs), avec quatre places en jeu par le biais de la nouvelle compétition qui a vu le jour ce jeudi.

"C'est une décision très importante pour le futur des équipes nationales", a commenté Michel Platini, président de l'UEFA.

Selon le texte voté à Astana, chaque division sera sub-divisée en groupes de trois ou quatre équipes. Avant l'Euro-2020, chaque équipe jouera donc quatre ou six matches entre septembre et novembre 2018 dans cette Ligue des nations. Un "final four" (finale à quatre) impliquant les vainqueurs de groupe débutera ensuite en 2019.

"La Nations League, nouveau pilier du foot européen" Steven Martens, le secrétaire-général de l'Union belge et l'un des architectes de cette nouvelle épreuve, estime que "la 'Nations League' doit devenir un nouveau pilier pour le football européen. Cela changerait radicalement le football international."

"À côté des tournois de qualification à l'Euro et au Mondial, où les petites équipes jouent également contre les grandes nations du football, mais n'ont aucune chance sur le papier, la 'Nations League' est une alternative valable", avait expliqué Martens mercredi. "Concrètement, les deux compétitions seront jouées sur une période de deux ans. D'abord la 'Nations League' où les grandes équipes joueront les unes contre les autres, ce qui donnera plus d'affiches au sommet, et les petits pays ne joueront que contre des adversaires de leur niveau avec la perspective d'être promus dans une division supérieure. Viendra alors le tournoi qualificatif à l'Euro ou au Mondial selon le principe actuel du 'all play all'. Le problème qu'éprouvent certains pays à trouver un adversaire pour les matches amicaux disparaît, car ceux-ci sont tout simplement supprimés. La Nations League sera disputée au cours des années sans Coupe du Monde ou Championnat d'Europe et sera également vendue en tant que package TV commun."

Cette nouvelle compétition a été adoptée pour la période 2018-22 et sera basée sur la répartitions des 54 sélections européennes en quatre divisions, avec un système de montées et de descentes. Le format exact de cette nouvelle compétition n'a pas encore été arrêté et fera l'objet de discussions futures. Mais les grands principes ont été votés à Astana. Et l'un d'entre eux est que, par la biais de cette Ligue des nations, il y aura une chance supplémentaire de se qualifier pour l'Euro 2020 (dont les qualifications propres demeurent inchangées dans les grandes largeurs), avec quatre places en jeu par le biais de la nouvelle compétition qui a vu le jour ce jeudi. "C'est une décision très importante pour le futur des équipes nationales", a commenté Michel Platini, président de l'UEFA. Selon le texte voté à Astana, chaque division sera sub-divisée en groupes de trois ou quatre équipes. Avant l'Euro-2020, chaque équipe jouera donc quatre ou six matches entre septembre et novembre 2018 dans cette Ligue des nations. Un "final four" (finale à quatre) impliquant les vainqueurs de groupe débutera ensuite en 2019. "La Nations League, nouveau pilier du foot européen" Steven Martens, le secrétaire-général de l'Union belge et l'un des architectes de cette nouvelle épreuve, estime que "la 'Nations League' doit devenir un nouveau pilier pour le football européen. Cela changerait radicalement le football international." "À côté des tournois de qualification à l'Euro et au Mondial, où les petites équipes jouent également contre les grandes nations du football, mais n'ont aucune chance sur le papier, la 'Nations League' est une alternative valable", avait expliqué Martens mercredi. "Concrètement, les deux compétitions seront jouées sur une période de deux ans. D'abord la 'Nations League' où les grandes équipes joueront les unes contre les autres, ce qui donnera plus d'affiches au sommet, et les petits pays ne joueront que contre des adversaires de leur niveau avec la perspective d'être promus dans une division supérieure. Viendra alors le tournoi qualificatif à l'Euro ou au Mondial selon le principe actuel du 'all play all'. Le problème qu'éprouvent certains pays à trouver un adversaire pour les matches amicaux disparaît, car ceux-ci sont tout simplement supprimés. La Nations League sera disputée au cours des années sans Coupe du Monde ou Championnat d'Europe et sera également vendue en tant que package TV commun."