"On repart avec Stramaccioni", a dit Moratti à des journalistes italiens qui l'attendaient devant les bureaux de la Saras, son entreprise pétrolière, à Milan.

Moratti a également estimé les critiques "trop souvent excessives" contre son équipe. "Il faut tenir compte des blessures que nous avons eues, a-t-il dit. Les jugements tranchants ne tiennent pas compte de tous nos forfaits."

L'Inter, privée notamment de son trio d'attaque Palacio-Milito-Cassano, est distancée pour la qualification à la prochaine Ligue des Champions en raison de sa grande irrégularité: 12 défaites cette saison.

"On repart avec Stramaccioni", a dit Moratti à des journalistes italiens qui l'attendaient devant les bureaux de la Saras, son entreprise pétrolière, à Milan. Moratti a également estimé les critiques "trop souvent excessives" contre son équipe. "Il faut tenir compte des blessures que nous avons eues, a-t-il dit. Les jugements tranchants ne tiennent pas compte de tous nos forfaits." L'Inter, privée notamment de son trio d'attaque Palacio-Milito-Cassano, est distancée pour la qualification à la prochaine Ligue des Champions en raison de sa grande irrégularité: 12 défaites cette saison.