"On a mérité cette finale, mais cette victoire est vraiment issue d'une énorme performance de la part des garçons", a commenté Jurgen Klopp, l'entraîneur de Liverpool, à l'issue de la demi-finale retour de la Ligue des champions et la victoire de son équipe sur le terrain de Villarreal (2-3).

"Au début, on a été impressionné par eux. On ne construisait rien. On ne jouait pas dans les bons espaces. On lançait de longs ballons et on forçait notre jeu. On avait quelques bons ballons à jouer, mais jamais assez pour avoir un bon momentum", a ajouté Klopp, alors que son équipe a été menée 2-0. "A la pause, on a expliqué aux garçons qu'on devait être plus forts et bouger plus intelligemment. On ne bougeait pas assez. On n'arrivait pas à trouver nos milieux. Nos trois attaquants étaient arrêtés. On a dû résoudre tout cela", a-t-il ajouté.

Des consignes finalement bien reçues par ses joueurs qui ont réussi à inverser la tendance pour s'imposer 2-3. "Cette finale, j'ai l'impression que c'est comme si c'était la première. C'est toujours spécial. Gros respect à Villarreal. C'est un stade formidable, et ce qu'ils font ici, ce que fait Unai (Emery), c'est incroyable. On l'a méritée, mais cette victoire est vraiment issue d'une énorme performance de la part des garçons. Revenir d'un 2-0... (...) Je ne voulais pas que l'on défende le résultat de l'aller, mais qu'on aille chercher la victoire".

"C'est incroyable. C'était un match super difficile. Mais se qualifier pour la finale est toujours super difficile. Et le faire pour la troisième fois en cinq ans, c'est incroyable. On ne devrait jamais considérer cela comme normal", a, pour sa part, réagi Andrew Robertson, latéral gauche de Liverpool.

Andrew Robertson : "On ne devrait jamais considérer comme normal de se qualifier en finale pour la troisième fois à cinq ans.", iStock
Andrew Robertson : "On ne devrait jamais considérer comme normal de se qualifier en finale pour la troisième fois à cinq ans." © iStock

Unai Emery: "Il nous a manqué un petit quelque chose"

Unai Emery, l'entraîneur de Villarreal, s'est forcément montré déçu pour ses joueurs à l'issue de la défaite 2-3 de son équipe contre Liverpool mardi et de l'élimination en demi-finale de la Ligue des Champions.

"A la pause, je pensais toujours que ça allait être très difficile. L'objectif était de marquer le premier but pour être proche de la +remontada+. On l'a fait. Et le deuxième nous a énormément encouragés. On savait que les efforts fournis en première période allaient nous pénaliser par la suite, mais on avait des gens prêts à entrer sur le banc. Mais la rechute de la blessure de Gerard (Moreno) a lourdement affecté toute l'équipe, mentalement. Il nous a dit qu'il ressentait quelque chose à l'endroit de sa blessure, donc on n'a pas pris de risques, il avait déjà fait de gros efforts pour être là ce (mardi) soir. C'était le seul qui nous permettait d'avoir des duels près de leur ligne défensive, et sans lui, on n'en a plus eus. Et l'équipe n'était tout simplement pas prête à assumer ce rythme durant tout le match. C'était insuffisant. Il nous a manqué un petit quelque chose", a-t-il déclaré en conférence de presse.

Raul Albiol, iStock
Raul Albiol © iStock

Raul Albiol : "Une nuit à la fois triste et inoubliable"

"Cela nous fait mal, pour notre public, pour ce qu'on a fait", déclare Raul Albiol, défenseur et capitaine de Villarreal. "On a fourni d'incroyables efforts, on a essayé jusqu'au bout, mais leur premier but nous a fait mal, et en deuxième période, physiquement, ils ont été supérieurs. On a payé les efforts fournis en première période. C'est une nuit à la fois triste et inoubliable pour nous. Leur remplacement a tout changé pour eux en attaque, et après le 2-1, on n'a pas su réagir. (Est-ce la meilleure équipe du monde ?) On verra en finale, celui qui la gagnera sera la meilleure équipe d'Europe. Mais notre parcours a été incroyable en tout cas."

"On a mérité cette finale, mais cette victoire est vraiment issue d'une énorme performance de la part des garçons", a commenté Jurgen Klopp, l'entraîneur de Liverpool, à l'issue de la demi-finale retour de la Ligue des champions et la victoire de son équipe sur le terrain de Villarreal (2-3). "Au début, on a été impressionné par eux. On ne construisait rien. On ne jouait pas dans les bons espaces. On lançait de longs ballons et on forçait notre jeu. On avait quelques bons ballons à jouer, mais jamais assez pour avoir un bon momentum", a ajouté Klopp, alors que son équipe a été menée 2-0. "A la pause, on a expliqué aux garçons qu'on devait être plus forts et bouger plus intelligemment. On ne bougeait pas assez. On n'arrivait pas à trouver nos milieux. Nos trois attaquants étaient arrêtés. On a dû résoudre tout cela", a-t-il ajouté. Des consignes finalement bien reçues par ses joueurs qui ont réussi à inverser la tendance pour s'imposer 2-3. "Cette finale, j'ai l'impression que c'est comme si c'était la première. C'est toujours spécial. Gros respect à Villarreal. C'est un stade formidable, et ce qu'ils font ici, ce que fait Unai (Emery), c'est incroyable. On l'a méritée, mais cette victoire est vraiment issue d'une énorme performance de la part des garçons. Revenir d'un 2-0... (...) Je ne voulais pas que l'on défende le résultat de l'aller, mais qu'on aille chercher la victoire". "C'est incroyable. C'était un match super difficile. Mais se qualifier pour la finale est toujours super difficile. Et le faire pour la troisième fois en cinq ans, c'est incroyable. On ne devrait jamais considérer cela comme normal", a, pour sa part, réagi Andrew Robertson, latéral gauche de Liverpool. Unai Emery, l'entraîneur de Villarreal, s'est forcément montré déçu pour ses joueurs à l'issue de la défaite 2-3 de son équipe contre Liverpool mardi et de l'élimination en demi-finale de la Ligue des Champions."A la pause, je pensais toujours que ça allait être très difficile. L'objectif était de marquer le premier but pour être proche de la +remontada+. On l'a fait. Et le deuxième nous a énormément encouragés. On savait que les efforts fournis en première période allaient nous pénaliser par la suite, mais on avait des gens prêts à entrer sur le banc. Mais la rechute de la blessure de Gerard (Moreno) a lourdement affecté toute l'équipe, mentalement. Il nous a dit qu'il ressentait quelque chose à l'endroit de sa blessure, donc on n'a pas pris de risques, il avait déjà fait de gros efforts pour être là ce (mardi) soir. C'était le seul qui nous permettait d'avoir des duels près de leur ligne défensive, et sans lui, on n'en a plus eus. Et l'équipe n'était tout simplement pas prête à assumer ce rythme durant tout le match. C'était insuffisant. Il nous a manqué un petit quelque chose", a-t-il déclaré en conférence de presse."Cela nous fait mal, pour notre public, pour ce qu'on a fait", déclare Raul Albiol, défenseur et capitaine de Villarreal. "On a fourni d'incroyables efforts, on a essayé jusqu'au bout, mais leur premier but nous a fait mal, et en deuxième période, physiquement, ils ont été supérieurs. On a payé les efforts fournis en première période. C'est une nuit à la fois triste et inoubliable pour nous. Leur remplacement a tout changé pour eux en attaque, et après le 2-1, on n'a pas su réagir. (Est-ce la meilleure équipe du monde ?) On verra en finale, celui qui la gagnera sera la meilleure équipe d'Europe. Mais notre parcours a été incroyable en tout cas."