Les Equatoriens se sont imposés grâce à un doublé d'Enner Valencia (34, 65), auteur des trois buts de son pays au Mondial. Les Honduriens avaient ouvert le score par Costly (31). La France est en position très favorable avec six points et une différence de but de +6.

C'est justement face aux Equatoriens, mercredi à Rio, que les Bleus devront valider leur ticket. La Suisse finira elle contre le Honduras, en principe l'adversaire le moins fort. Mais l'Equateur, avec trois points comme les Helvètes, reste en course et même le Honduras garde une infime chance.

On attendait Antonio, l'ailier de Manchester United, mais c'est un autre Valencia, prénommé Enner et âgé de 25 ans, qui crève l'écran au Brésil. Déjà auteur du but face aux Suisses, le petit attaquant (1,74 m), qui joue à Pachuca dans le championnat mexicain, mais sans doute plus pour longtemps, se retrouve en tête du classement des buteurs à égalité avec une brochette de superstars: Benzema, Van Persie, Muller et Robben.

L'Equateur a dû revenir au score après un but du globe-trotter hondurien Carlo Costly, un joueur déjà passé par sept pays différents dont l'Angleterre (Birmingham City), qui a ouvert le score d'une frappe imparable des 18 mètres (31). Il s'agissait du premier but du Honduras en Coupe du monde depuis un match contre l'Irlande du Nord (1-1) en 1982. Enner Valencia a fait mouche une première fois trois minutes plus tard.

Même si les Honduriens ont eu quelques bonnes occasions au cours d'une première période très animée, notamment un coup franc très lointain de l'ex-Anderlechtois Victor Bernardez, on sentait les Equatoriens en mesure de faire la différence.

Enner Valencia s'est chargé du coup de grâce en catapultant de la tête dans le but un ballon d'Ayovi à la 65-ème minute.

Les Equatoriens se sont imposés grâce à un doublé d'Enner Valencia (34, 65), auteur des trois buts de son pays au Mondial. Les Honduriens avaient ouvert le score par Costly (31). La France est en position très favorable avec six points et une différence de but de +6. C'est justement face aux Equatoriens, mercredi à Rio, que les Bleus devront valider leur ticket. La Suisse finira elle contre le Honduras, en principe l'adversaire le moins fort. Mais l'Equateur, avec trois points comme les Helvètes, reste en course et même le Honduras garde une infime chance. On attendait Antonio, l'ailier de Manchester United, mais c'est un autre Valencia, prénommé Enner et âgé de 25 ans, qui crève l'écran au Brésil. Déjà auteur du but face aux Suisses, le petit attaquant (1,74 m), qui joue à Pachuca dans le championnat mexicain, mais sans doute plus pour longtemps, se retrouve en tête du classement des buteurs à égalité avec une brochette de superstars: Benzema, Van Persie, Muller et Robben. L'Equateur a dû revenir au score après un but du globe-trotter hondurien Carlo Costly, un joueur déjà passé par sept pays différents dont l'Angleterre (Birmingham City), qui a ouvert le score d'une frappe imparable des 18 mètres (31). Il s'agissait du premier but du Honduras en Coupe du monde depuis un match contre l'Irlande du Nord (1-1) en 1982. Enner Valencia a fait mouche une première fois trois minutes plus tard. Même si les Honduriens ont eu quelques bonnes occasions au cours d'une première période très animée, notamment un coup franc très lointain de l'ex-Anderlechtois Victor Bernardez, on sentait les Equatoriens en mesure de faire la différence. Enner Valencia s'est chargé du coup de grâce en catapultant de la tête dans le but un ballon d'Ayovi à la 65-ème minute.