Il était censé incarner la nouvelle génération italienne, aux côtés de Ciro Immobile, ou Lorenzo Insigne. Le peuple italien le considérait même comme le successeur d'Andrea Pirlo, c'est dire l'attente qui reposait sur lui. À l'été 2012, après un Euro parfait, jusqu'à cette finale perdue contre l'Espagne, Cesare Prandelli commence son renouveau. Souhaitant s'appuyer sur l'expérience de ses cadres, il ajoute alors quelques jeunes, qui doivent incarner le futur de la Squadra Azzura. Parmi eux, le jeune Marco Verratti, 19 ans. Fraichement débarqué au PSG, il n'a encore jamais évolué au sein de l'élite italienne. Le natif de Pescara, n'a que deux saisons de Série B dans les jambes, mais le talent ne laisse personne indifférent.

Malgré ce talent, le sélectionneur préfère prendre le temps qu'il murisse en club, pour lui donner réellement sa chance. Il est alors envoyé en U21, et il réapparait dans le groupe juste avant la coupe du Monde au Brésil. Seulement deux petits matchs amicaux, et le voilà embarqué pour sa première grande compétition. Et à la surprise générale, il se retrouve titulaire pour le premier match face à l'Angleterre, à la place de Thiago Motta. Décision payante pour Prandelli, Verratti offrira une passe décisive et participera à la victoire italienne. Sur le banc, pour la défaite face au Costa Rica, et impuissant contre l'Uruguay, le petit hibou quitte le mondial, avec néanmoins l'espoir d'être le fer de lance des prochaines compétitions.

Pourtant, cette défaite face à l'Uruguay, reste son dernier match lors d'une grande compétition. En effet, le joueur du PSG connaitra une grosse blessure à l'aine, l'empêchant de disputer l'Euro en France. Il loupe ensuite, la majeure partie des rencontres qualificative pour la coupe du Monde en Russie, et sera suspendu pour la rencontre décisive, contre la Suède, lors du barrage éliminatoire, qui verra l'Italie manquer la coupe du Monde. À ce moment-là, il est pourtant au top de sa forme en club, il enchaine les matchs, empile les titres, et s'affirme comme l'un des meilleurs milieux de terrain du monde. À maintenant 28 ans, Marco Verratti sait qu'il doit mener son équipe nationale dans une grande compétition, pour enfin répondre aux attentes du peuple italien. Car, après bientôt 9 ans depuis sa première cape, il ne compte aujourd'hui que 40 sélections en équipe nationale. Ce qui est très peu pour un joueur de son calibre.

Dans une nouvelle génération, emmenée par Roberto Mancini, l'ancien joueur de Pescara apparait comme l'élément clé de la Squadra. Désormais bien entouré par Barella, Pellegrini, ou encore Locatelli, il est temps pour lui d'agir en leader technique, mais aussi en leader mental de l'effectif. Verratti doit aider l'Italie à confirmer son retour au premier plan, en témoigne cette série de 24 matchs consécutifs sans défaites. À priori, sa récente blessure ne devrait pas impacter sa présence au prochain Euro, heureusement, sinon il risquerait de blesser le coeur de nombreux italiens.

Vincent Attardo (st.)

Il était censé incarner la nouvelle génération italienne, aux côtés de Ciro Immobile, ou Lorenzo Insigne. Le peuple italien le considérait même comme le successeur d'Andrea Pirlo, c'est dire l'attente qui reposait sur lui. À l'été 2012, après un Euro parfait, jusqu'à cette finale perdue contre l'Espagne, Cesare Prandelli commence son renouveau. Souhaitant s'appuyer sur l'expérience de ses cadres, il ajoute alors quelques jeunes, qui doivent incarner le futur de la Squadra Azzura. Parmi eux, le jeune Marco Verratti, 19 ans. Fraichement débarqué au PSG, il n'a encore jamais évolué au sein de l'élite italienne. Le natif de Pescara, n'a que deux saisons de Série B dans les jambes, mais le talent ne laisse personne indifférent. Malgré ce talent, le sélectionneur préfère prendre le temps qu'il murisse en club, pour lui donner réellement sa chance. Il est alors envoyé en U21, et il réapparait dans le groupe juste avant la coupe du Monde au Brésil. Seulement deux petits matchs amicaux, et le voilà embarqué pour sa première grande compétition. Et à la surprise générale, il se retrouve titulaire pour le premier match face à l'Angleterre, à la place de Thiago Motta. Décision payante pour Prandelli, Verratti offrira une passe décisive et participera à la victoire italienne. Sur le banc, pour la défaite face au Costa Rica, et impuissant contre l'Uruguay, le petit hibou quitte le mondial, avec néanmoins l'espoir d'être le fer de lance des prochaines compétitions. Pourtant, cette défaite face à l'Uruguay, reste son dernier match lors d'une grande compétition. En effet, le joueur du PSG connaitra une grosse blessure à l'aine, l'empêchant de disputer l'Euro en France. Il loupe ensuite, la majeure partie des rencontres qualificative pour la coupe du Monde en Russie, et sera suspendu pour la rencontre décisive, contre la Suède, lors du barrage éliminatoire, qui verra l'Italie manquer la coupe du Monde. À ce moment-là, il est pourtant au top de sa forme en club, il enchaine les matchs, empile les titres, et s'affirme comme l'un des meilleurs milieux de terrain du monde. À maintenant 28 ans, Marco Verratti sait qu'il doit mener son équipe nationale dans une grande compétition, pour enfin répondre aux attentes du peuple italien. Car, après bientôt 9 ans depuis sa première cape, il ne compte aujourd'hui que 40 sélections en équipe nationale. Ce qui est très peu pour un joueur de son calibre. Dans une nouvelle génération, emmenée par Roberto Mancini, l'ancien joueur de Pescara apparait comme l'élément clé de la Squadra. Désormais bien entouré par Barella, Pellegrini, ou encore Locatelli, il est temps pour lui d'agir en leader technique, mais aussi en leader mental de l'effectif. Verratti doit aider l'Italie à confirmer son retour au premier plan, en témoigne cette série de 24 matchs consécutifs sans défaites. À priori, sa récente blessure ne devrait pas impacter sa présence au prochain Euro, heureusement, sinon il risquerait de blesser le coeur de nombreux italiens. Vincent Attardo (st.)