Ce week-end, les joueurs du Real Madrid auront les genoux tremblants en montant dans le bus qui les conduira au Wanda Metropolitano. La dernière confrontation entre les deux grands d'Espagne a tourné à l'humiliation pour le Real : le 27 juillet, il a été étrillé 3-7. Les deux clubs préparaient alors la saison aux États-Unis et ils avaient tous deux aligné leur meilleure équipe.

Au repos, le marquoir affichait déjà 0-5, avec trois buts de Diego Costa. L'avant hispano-brésilien avait été exclu à la 65e, à 1-6, mais ça n'avait pas perturbé l'Atlético, puisque cinq minutes plus tard, le score était de 1-7! Le Real n'avait tempéré l'addition à 3-7 qu'en toute fin de match.

C'était étonnant car l'entraîneur, Diego Simeone, devait intégrer de nombreux nouveaux alors que Zinédine Zidane disposait de ses usual suspects plus Eden Hazard et Luka Jovic. L'Atlético, lui, a subi un exode complet à l'issue d'une saison décevante, marquée par son élimination en huitièmes de finale de la Ligue des Champions comme de la coupe d'Espagne. En championnat, toutefois, les soldats de Simeone avaient obtenu la deuxième place.

Quatre défenseurs, Diego Godín, Lucas Hernandez, Juanfran et Filipe Luis, ont quitté le club. Dans l'entrejeu, Rodri n'a pas résisté à l'appel du City de Guardiola et l'attaquant français Antoine Griezmann a été recruté par le Barça. Ce dernier transfert continue d'ailleurs à choquer les esprits. Barcelone a en effet attendu jusqu'au 1er juillet, date à laquelle l'indemnité de transfert de Griezmann passait de 200 à 120 millions.

L'Atlético affirme que le joueur et le Barça ont été en contact bien avant cette date et exige donc 80 millions de plus. La semaine dernière, le quotidien espagnol El Mundo a publié une série de courriels qui révèlent que Griezmann et son entourage ont perçu 14 millions de commission au total sur le transfert. Cette commission a été négociée en mars, alors que le FC Barcelone et l'Atlético étaient en pleine lutte pour le titre.

Diego Simeone ne s'en émeut pas car entre-temps, l'Atlético a procédé à des achats ciblés et l'équipe n'est pas affaiblie. Devant, il a en João Félix (Benfica, 19 ans) le nouveau prodige du football portugais et la défense a été renforcée par l'imposant Felipe (FC Porto, 30 ans) ainsi que par les backs Kieran Trippier (Tottenham, 28 ans) et Renan Lodi (Athletico Paranaense, 21 ans). Le jeune arrière brésilien a eu du mal à s'adapter à son nouvel entraîneur, a-t-il confié à El Pais.

"Au début, j'avais peur de Simeone mais il est ainsi fait. Après deux mois, je parviens à rester plus calme quand il fulmine. Filipe Luis m'avait prévenu : j'allais souvent croire qu'el Cholo était fâché sur moi mais il est juste comme ça." Bref, le capitaine du navire rouge et blanc est toujours le même, seul l'équipage a quelque peu changé.