En février de cette année, Chris Kirkland a réalisé qu'il devait changer quelque chose dans sa vie. Après avoir pris une dose d'analgésiques, il a erré dans les rues de Liverpool, sans se rendre compte de qui il était et où allait.

"Je ne pouvais pas me souvenir où j'habitais. J'ai finalement réussi à le savoir en introduisant "maison" dans mon GPS, qui heureusement était déjà là, sinon je ne sais pas où j'aurais atterri. Je suis rentré à la maison et je suis tombé très malade. J'ai dormi pendant environ 18 heures. Je me suis réveillé, j'ai sorti les comprimés de la voiture et je les ai immédiatement jetés dans les toilettes", raconte l'ancien gardien au Guardian.

Aujourd'hui âgé de 41 ans, Kirkland a notamment défendu les perches de Coventry City, Liverpool, Wigan Athletic et Leicester City.

Centre de désintoxication

Ces dernières années, Kirkland s'est rendu plusieurs fois en cure de désintoxication. Il dit avoir entendu des histoires d'autres toxicomanes auxquelles il ne pouvait pas se comparer. Il a rapidement eu le sentiment que sa situation n'était pas si mauvaise et qu'il n'était pas à sa place dans cet endroit.

En février de cette année, cependant, l'ancien portier s'est rendu compte qu'il avait besoin d'aide pour se sortir de cette spirale négative. Il a repris ses visites hebdomadaires chez le médecin qui le traitait à l'époque.

Cette fois, il a écouté le conseil qui lui a été donné. Cela ressemblait à ceci : s'assurer que tout est aménagé à la maison, jusqu'au moindre détail, afin de ne rien laisser au hasard ou au doute. Une structure étanche pour l'empêcher de reprendre les pilules. "C'est ce qu'ils m'ont conseillé quand je suis allé en cure de désintoxication la première fois et j'étais genre 'ouais, ouais, ouais', mais je ne l'ai jamais fait", poursuit-il dans cet entretien.

Hallucinations

Chris Kirkland secoue la tête en constatant que ses décisions n'ont pas toujours été les bonnes. "Vous n'avez pas le droit de prendre plus de 400 mg de tramadol (un type d'analgésique, ndlr) par jour et j'en prenais 2500 mg par jour", dit-il, presque incrédule en y repensant. "Au bout du compte, ça ne marche pas, ça vous rend fou, mentalement", poursuit-il.

Son addiction lui donnait des hallucinations, des palpitations et lui provoquait des pensées suicidaires. Aujourd'hui, l'ancien gardien peut en parler librement, mais pendant longtemps, il a préféré garder le silence. C'était nécessaire, car il parvenait ainsi à obtenir de nouvelles ordonnances de manière sournoise. Il a utilisé toute une panoplie de mensonges. Il a dit à ses médecins qu'il avait besoin de plus.

Heureusement, cette période est désormais derrière lui. Avec sa femme Leeona, il est allé voir le médecin pour lui faire comprendre que, quoi qu'il arrive, il ne devait plus jamais recevoir de pilules analgésiques. "Le facteur sait qu'il ne doit pas me remettre de lettres ou de colis", explique Chris Kirkland. "C'est parce que je les ai achetés sur internet. Maintenant le facteur sait qu'il ne doit jamais rien me donner et s'adresser à Leeona pour qu'elle vérifie tout. Nous avons donc pris des mesures drastiques pour éviter que je replonge à l'avenir."

En février de cette année, Chris Kirkland a réalisé qu'il devait changer quelque chose dans sa vie. Après avoir pris une dose d'analgésiques, il a erré dans les rues de Liverpool, sans se rendre compte de qui il était et où allait."Je ne pouvais pas me souvenir où j'habitais. J'ai finalement réussi à le savoir en introduisant "maison" dans mon GPS, qui heureusement était déjà là, sinon je ne sais pas où j'aurais atterri. Je suis rentré à la maison et je suis tombé très malade. J'ai dormi pendant environ 18 heures. Je me suis réveillé, j'ai sorti les comprimés de la voiture et je les ai immédiatement jetés dans les toilettes", raconte l'ancien gardien au Guardian.Aujourd'hui âgé de 41 ans, Kirkland a notamment défendu les perches de Coventry City, Liverpool, Wigan Athletic et Leicester City.Ces dernières années, Kirkland s'est rendu plusieurs fois en cure de désintoxication. Il dit avoir entendu des histoires d'autres toxicomanes auxquelles il ne pouvait pas se comparer. Il a rapidement eu le sentiment que sa situation n'était pas si mauvaise et qu'il n'était pas à sa place dans cet endroit.En février de cette année, cependant, l'ancien portier s'est rendu compte qu'il avait besoin d'aide pour se sortir de cette spirale négative. Il a repris ses visites hebdomadaires chez le médecin qui le traitait à l'époque.Cette fois, il a écouté le conseil qui lui a été donné. Cela ressemblait à ceci : s'assurer que tout est aménagé à la maison, jusqu'au moindre détail, afin de ne rien laisser au hasard ou au doute. Une structure étanche pour l'empêcher de reprendre les pilules. "C'est ce qu'ils m'ont conseillé quand je suis allé en cure de désintoxication la première fois et j'étais genre 'ouais, ouais, ouais', mais je ne l'ai jamais fait", poursuit-il dans cet entretien.Chris Kirkland secoue la tête en constatant que ses décisions n'ont pas toujours été les bonnes. "Vous n'avez pas le droit de prendre plus de 400 mg de tramadol (un type d'analgésique, ndlr) par jour et j'en prenais 2500 mg par jour", dit-il, presque incrédule en y repensant. "Au bout du compte, ça ne marche pas, ça vous rend fou, mentalement", poursuit-il.Son addiction lui donnait des hallucinations, des palpitations et lui provoquait des pensées suicidaires. Aujourd'hui, l'ancien gardien peut en parler librement, mais pendant longtemps, il a préféré garder le silence. C'était nécessaire, car il parvenait ainsi à obtenir de nouvelles ordonnances de manière sournoise. Il a utilisé toute une panoplie de mensonges. Il a dit à ses médecins qu'il avait besoin de plus.Heureusement, cette période est désormais derrière lui. Avec sa femme Leeona, il est allé voir le médecin pour lui faire comprendre que, quoi qu'il arrive, il ne devait plus jamais recevoir de pilules analgésiques. "Le facteur sait qu'il ne doit pas me remettre de lettres ou de colis", explique Chris Kirkland. "C'est parce que je les ai achetés sur internet. Maintenant le facteur sait qu'il ne doit jamais rien me donner et s'adresser à Leeona pour qu'elle vérifie tout. Nous avons donc pris des mesures drastiques pour éviter que je replonge à l'avenir."