L'attaquant de Benfica Roman Yaremchuk, passé par La Gantoise, risque de recevoir une amende de la part de l'Union européenne de football (UEFA). Auteur du but égalisateur face à l'Ajax Amsterdam mercredi en Ligue des Champions (2-2), l'Ukrainien a enlevé son maillot pour montrer un t-shirt noir sur lequel on retrouvait un trident, symbole des armoiries de l'Ukraine.

Avec ce geste, Yaremchuk voulait montrer son soutien à ses compatriotes dans la guerre avec la Russie. Seulement, l'UEFA n'autorise pas les messages politiques lors des rencontres et l'ancien gantois risque une sanction, tout comme son club. "Le club est derrière moi et me soutient", a déclaré l'équipier de Jan Vertonghen. "Je voulais soutenir mon pays. La situation actuelle me fait peur. Je n'ai pas fait cela sur un coup de tête."

Lors de l'Euro l'été dernier, l'équipe nationale ukrainienne portrait un maillot avec une image de la Crimée, péninsule annexée à la Russie en 2014, en plus de slogans patriotiques. Après une plainte de la Russie, un des slogans a dû être retiré.

L'attaquant de Benfica Roman Yaremchuk, passé par La Gantoise, risque de recevoir une amende de la part de l'Union européenne de football (UEFA). Auteur du but égalisateur face à l'Ajax Amsterdam mercredi en Ligue des Champions (2-2), l'Ukrainien a enlevé son maillot pour montrer un t-shirt noir sur lequel on retrouvait un trident, symbole des armoiries de l'Ukraine. Avec ce geste, Yaremchuk voulait montrer son soutien à ses compatriotes dans la guerre avec la Russie. Seulement, l'UEFA n'autorise pas les messages politiques lors des rencontres et l'ancien gantois risque une sanction, tout comme son club. "Le club est derrière moi et me soutient", a déclaré l'équipier de Jan Vertonghen. "Je voulais soutenir mon pays. La situation actuelle me fait peur. Je n'ai pas fait cela sur un coup de tête." Lors de l'Euro l'été dernier, l'équipe nationale ukrainienne portrait un maillot avec une image de la Crimée, péninsule annexée à la Russie en 2014, en plus de slogans patriotiques. Après une plainte de la Russie, un des slogans a dû être retiré.