Pour décrocher son ticket dès samedi, la Mannschaft doit battre le Belarus à Mönchengladbach (20h45/19H45 GMT), et espérer que l'Irlande du Nord chez elle ne batte pas les Pays-Bas (même heure). Sinon, il faudra aux coéquipiers de Manuel Neuer finir le travail mardi à Francfort contre les Nord-Irlandais.

Interrogé sur les chances de son équipe à l'Euro-2020 (12 juin - 12 juillet), Löw a rappelé que sa formation était très jeune et amputée de la plupart des cadres champions du monde 2014 après la débâcle du Mondial-2018 en Russie. "Je ne crois pas que nous fassions partie des top-favoris", a-t-il dit, citant la France, l'Angleterre, les Pays-Bas ou encore l'Espagne parmi les vainqueurs potentiels.

"Beaucoup de choses sont possibles, cette équipe a de grandes qualités, mais plusieurs joueurs ont encore besoin de quelques années pour se développer", a poursuivi le sélectionneur, qui a de nouveau comparé son groupe actuel à l'équipe d'Allemagne de 2010, lorsque les futurs champions du monde Thomas Müller, Mats Hummels, Jérôme Boateng ou Mesut Özil commençaient à trouver leurs marques en sélection.

Cette équipe avait terminé troisième du Mondial en Afrique du sud.

L'Allemagne, privée d'une douzaine de cadres sur blessures lors du dernier rassemblement en octobre, a récupéré cette fois plusieurs joueurs clés, dont Toni Kroos, Ilkay Gündogan et Leon Goretzka en milieu de terrain, ou Timo Werner en attaque.

Deux pièces majeures du nouveau puzzle de Löw sont cependant encore blessées pour plusieurs mois: l'attaquant de Manchester City Leroy Sané, et le patron de la défense du Bayern Munich Niklas Süle.

Dans la délicate question du gardien de but, qui a provoqué quelques tiraillements en début de saison entre le titulaire Manuel Neuer et son remplaçant Marc-Andre ter Stegen, le coach a tranché pour cette semaine: Neuer sera dans les buts samedi contre le Belarus, et ter Stegen mardi contre l'Irlande du Nord.