La présence d'Anthony Vanden Borre, dont la carrière n'a pas toujours été un fleuve tranquille, dans la sélection de Marc Wilmots en a surpris quelques-uns lorsque le sélectionneur fédéral a dévoilé sa liste la semaine dernière.

"Je suis très fier d'être ici, de retrouver Vince et les autres", a déclaré Anthony Vanden Borre en conférence de presse dimanche à la Cristal Arena de Genk, où les Diables se sont entraînés une dernière fois avant le match amical contre le Luxembourg de lundi. "Maintenant que je suis là, c'est à moi de montrer que je mérite ma place. C'est le coach qui fait les choix. Moi je suis au service de l'équipe. Je répondrai présent si on fait appel à moi".

"Je considère ma sélection comme une récompense. Il faut continuer à travailler. Avec le travail et la confiance, on peut arriver à ce qu'on veut dans la vie. Je savais que j'avais les capacité pour relever ce défi", a ajouté le défenseur d'Anderlecht, qui devrait jouer une mi-temps lundi.

Présent au côté de son ami à la conférence de presse, Vincent Kompany est lui moins surpris par la sélection de celui qu'il cotoye depuis les équipes de jeunes du Sporting. "Je connais Anthony depuis que j'ai 7 ans. En équipes d'âge, c'était déjà un des meilleurs d'Europe à son poste. Ceux qui connaissent cet Anthony-là ne sont pas surpris de le voir là. Sa carrière a connu des hauts et des bas, mais il s'est battu pour revenir au plus haut niveau. Il a progressé footballistiquement, mais pas seulement. Il est plus impliqué qu'avant et c'est pour ça qu'on voit le meilleur Anthony. En plus, il a encore une grande marge de progression", a déclaré le capitaine des Diables Rouges à propos du back droit d'Anderlecht.

"Le Mondial ne sera pas notre unique chance de briller"

"Le match contre le Luxembourg est important pour notre préparation", a encore déclaré Kompany après l'entraînement de dimanche. "Tous les joueurs sont en top forme. La plupart sortent d'une bonne saison. Je ne pense pas trop aux risques de blessure pendant les matches amicaux. On peut également se blesser à l'entraînement. Cela fait partie du foot".

Après le duel face au Luxembourg, les Diables partiront en stage en Suède du 27 mai au 2 juin, avec une rencontre face à la Suède le 1er juin à Stockholm. Un stage de trois jours suivra ensuite à Knokke, entre le 4 et le 6 juin, avant un dernier test le 7 juin contre la Tunisie de Georges Leekens au stade Roi Baudouin. Le 10 juin, l'avion des Diables Rouges s'envolera de Bruxelles en direction du Brésil.

"La préparation est longue, mais c'est important que nous puissions nous entraîner ensemble, apprendre à mieux nous connaître, cela aussi sert à nous rendre plus forts", a estimé le capitaine des Diables Rouges. "L'avis de joueurs comme Daniel Van Buyten, mais aussi de Vital Borkelmans (l'adjoint de Marc Wilmots, ndlr) qui ont déjà connu une Coupe du monde, est très important pour nous. Il y a certains pièges dans la préparation d'un grand tournoi, mais nous les avons évités. Nous sommes restés calmes et concentrés et n'avons pas cédé à l'engouement autour des Diables".

"Le groupe est composé de chouettes gars, qui ont du caractère. Je suis impressionné par la solidarité au sein du groupe", a ajouté Kompany. "D'autres équipes ont davantage de qualités que nous, mais nous avons en plus notre esprit d'équipe, qui pourrait être notre arme secrète. De plus, le groupe est jeune et pourra encore progresser, le Mondial ne sera pas notre unique chance de briller", selon le défenseur de Manchester City.

La présence d'Anthony Vanden Borre, dont la carrière n'a pas toujours été un fleuve tranquille, dans la sélection de Marc Wilmots en a surpris quelques-uns lorsque le sélectionneur fédéral a dévoilé sa liste la semaine dernière. "Je suis très fier d'être ici, de retrouver Vince et les autres", a déclaré Anthony Vanden Borre en conférence de presse dimanche à la Cristal Arena de Genk, où les Diables se sont entraînés une dernière fois avant le match amical contre le Luxembourg de lundi. "Maintenant que je suis là, c'est à moi de montrer que je mérite ma place. C'est le coach qui fait les choix. Moi je suis au service de l'équipe. Je répondrai présent si on fait appel à moi". "Je considère ma sélection comme une récompense. Il faut continuer à travailler. Avec le travail et la confiance, on peut arriver à ce qu'on veut dans la vie. Je savais que j'avais les capacité pour relever ce défi", a ajouté le défenseur d'Anderlecht, qui devrait jouer une mi-temps lundi. Présent au côté de son ami à la conférence de presse, Vincent Kompany est lui moins surpris par la sélection de celui qu'il cotoye depuis les équipes de jeunes du Sporting. "Je connais Anthony depuis que j'ai 7 ans. En équipes d'âge, c'était déjà un des meilleurs d'Europe à son poste. Ceux qui connaissent cet Anthony-là ne sont pas surpris de le voir là. Sa carrière a connu des hauts et des bas, mais il s'est battu pour revenir au plus haut niveau. Il a progressé footballistiquement, mais pas seulement. Il est plus impliqué qu'avant et c'est pour ça qu'on voit le meilleur Anthony. En plus, il a encore une grande marge de progression", a déclaré le capitaine des Diables Rouges à propos du back droit d'Anderlecht. "Le Mondial ne sera pas notre unique chance de briller" "Le match contre le Luxembourg est important pour notre préparation", a encore déclaré Kompany après l'entraînement de dimanche. "Tous les joueurs sont en top forme. La plupart sortent d'une bonne saison. Je ne pense pas trop aux risques de blessure pendant les matches amicaux. On peut également se blesser à l'entraînement. Cela fait partie du foot". Après le duel face au Luxembourg, les Diables partiront en stage en Suède du 27 mai au 2 juin, avec une rencontre face à la Suède le 1er juin à Stockholm. Un stage de trois jours suivra ensuite à Knokke, entre le 4 et le 6 juin, avant un dernier test le 7 juin contre la Tunisie de Georges Leekens au stade Roi Baudouin. Le 10 juin, l'avion des Diables Rouges s'envolera de Bruxelles en direction du Brésil. "La préparation est longue, mais c'est important que nous puissions nous entraîner ensemble, apprendre à mieux nous connaître, cela aussi sert à nous rendre plus forts", a estimé le capitaine des Diables Rouges. "L'avis de joueurs comme Daniel Van Buyten, mais aussi de Vital Borkelmans (l'adjoint de Marc Wilmots, ndlr) qui ont déjà connu une Coupe du monde, est très important pour nous. Il y a certains pièges dans la préparation d'un grand tournoi, mais nous les avons évités. Nous sommes restés calmes et concentrés et n'avons pas cédé à l'engouement autour des Diables". "Le groupe est composé de chouettes gars, qui ont du caractère. Je suis impressionné par la solidarité au sein du groupe", a ajouté Kompany. "D'autres équipes ont davantage de qualités que nous, mais nous avons en plus notre esprit d'équipe, qui pourrait être notre arme secrète. De plus, le groupe est jeune et pourra encore progresser, le Mondial ne sera pas notre unique chance de briller", selon le défenseur de Manchester City.