Tous les regards seront posés sur la ville située en Basse-Saxe ce samedi à 15h30 pour le choc de cette 29ème journée de Bundesliga. Les hommes d'Oliver Glasner affrontent le Bayern, encore groggy suite à son élimination en Champions League survenue plus tôt dans la semaine. S'ils ont un retard conséquent (onze points derrière les Bavarois, ndlr), die Wölfe veulent cependant envoyer un message fort et ratifier cette saison solide. Et pour avoir une équipe compétitive, on dit souvent qu'il faut avoir un bon gardien...
...

Tous les regards seront posés sur la ville située en Basse-Saxe ce samedi à 15h30 pour le choc de cette 29ème journée de Bundesliga. Les hommes d'Oliver Glasner affrontent le Bayern, encore groggy suite à son élimination en Champions League survenue plus tôt dans la semaine. S'ils ont un retard conséquent (onze points derrière les Bavarois, ndlr), die Wölfe veulent cependant envoyer un message fort et ratifier cette saison solide. Et pour avoir une équipe compétitive, on dit souvent qu'il faut avoir un bon gardien...À 28 ans, Koen Casteels dispute sa sixième saison à Wolfsburg, sa dixième en Bundesliga après des passages à Hoffenheim et au Werder Brême. L'ancien Genkois est indiscutable chez les Verts, avec lesquels il montre sa meilleure version et dont il a même porté le brassard à plus de vingt reprises cette année. Sa carrière a débuté à Genk en 2009, qu'il quitte deux ans plus tard sans avoir disputé la moindre minute. Il rejoint l'Allemagne où Hoffenheim s'offre ses services contre 780.000 euros. S'il dispute de nombreux matches, il ne s'impose jamais comme titulaire indiscutable et est vendu à Wolfsburg. Les Loups le cèdent la première saison au Werder pour un prêt d'une saison où il ne dispute que sept petites rencontres avant de retourner dans le nord de l'Allemagne pour écrire sa propre histoire avec Wolfsburg. Malgré quelques blessures ces dernières années, il semble désormais inébranlable et est occupé à disputer sa quatrième saison consécutive comme numéro 1 dans la hiérarchie des gardiens. Présent en équipe nationale depuis 2013, il est naturellement très difficile de glaner des minutes face au duo Courtois-Mignolet. Roberto Martínez lui a cependant accordé sa confiance le 8 septembre dernier lors d'une journée de Ligue des Nations face à l'Islande. Si les Belges s'imposent facilement cinq buts à un, ce sont bien les Nordistes qui ouvrent la marque via un but quelque peu étonnant et chanceux où le portier n'est pas exempt de tout reproche. Il est ensuite remplacé par Mignolet en seconde période après s'être blessé. S'il peut se contenter d'avoir eu le mérite d'être le premier en sept ans à détrôner le fameux binôme devant lui, sa 37ème sélection et première cap a sûrement eu un goût de trop peu pour l'ancien gardien d'Hoffenheim. 673. C'est le nombre de minutes consécutives où le Belge a gardé ses filets inviolés cette saison. Entre le 16 janvier et le 6 mars, le Diable n'a pas encaissé le moindre but. L'homme originaire de Bonheiden, dans la province d'Anvers, est un des artisans de la belle campagne des Loups en championnat avec une belle troisième place provisoire, synonyme de qualification pour la Ligue des Champions. En plus de son record, le troisième rempart des Diables est l'auteur de treize clean-sheets en vingt-sept matches. Le gardien ne s'est donc retourné qu'à une rencontre sur deux cette saison. Sauf blessure ou grande baisse de régime du Brugeois, Casteels ne devrait pas devenir la doublure de Courtois. L'ancien portier de Liverpool survole la Pro League avec les Blauw en Zwart et est l'auteur de prestations solides semaine après semaine. De plus, sa mentalité exemplaire en équipe nationale et sa longévité (il a fêté sa première cap en 2011, ndlr) font de lui un pion irremplaçable pour Martínez. Mais si à court terme, on voit mal Mignolet perdre sa place au profit de Casteels, le Trudonnaire a 33 ans et il n'est donc pas impensable de le voir jeter l'éponge après le mondial qatari. Une porte d'entrée pour l'Anversois ?Par Mariano Spitzer