Dans quelques heures, notre gardien Koen Casteels, régulièrement désigné capitaine de son équipe depuis la fin du lockdown, sera fixé. Soit il partira en vacances, soit il préparera la phase finale de l'Europa League. En mars, le club soutenu par Volkswagen s'est incliné 1-2 sur son terrain face aux Ukrainiens du Shakhtar Donetsk. Ce soir, le retour est programmé sur le terrain de Kharkiv. Le vainqueur du double affrontement participera à la phase finale, dans quelques jours, en Allemagne. Quatre sites ont été retenus pour ce tournoi particulier : Düsseldorf, Gelsenkirchen, Duisbourg et Cologne, qui accueillera la finale le 21 août.

Vu la blessure de Matz Sels, indisponible pour plusieurs mois, la place de Koen Casteels dans le noyau des Diables rouges ne se discute plus pour le moment. Il peut donc déjà songer à la Nations League, qui débutera en septembre. Toujours en septembre, il disputera le deuxième tour qualificatif de l'Europa League avec son club, et le 18 du même mois, la Bundesliga reprendra ses droits.

Koen Casteels a réussi une très bonne saison, tout en ayant été contrarié par deux blessures.

Koen Casteels a réussi une très bonne saison, tout en ayant été contrarié par deux blessures. D'abord par un souci musculaire, puis par les conséquences d'une collision avec un autre joueur. C'est cet accident qui l'avait privé des deux matches européens face à Gand lors de l'automne 2019. Il était revenu dans le parcours juste après ces rencontres.

Il a profité de la cuvée 2019-2020 pour battre un record belge. Jean-Marie Pfaff, qui avait disputé 157 matches de Bundesliga avec le Bayern. Casteels en facture désormais 164. Il a préservé ses filets inviolés quarante fois. Même si ça n'a pas été une spécialité de Wolfsburg la saison dernière : cinq fois seulement, cette équipe a réussi à ne pas encaisser. Pfaff et Casteels se sont retrouvés un peu par hasard l'hiver dernier. Le numéro 3 de l'équipe nationale s'était produit à Munich, et comme c'était le dernier match avant la trêve, il rentrait directement en Belgique. Dans le même avion, il y avait Pfaff, qui continue à se rendre régulièrement au Bayern. Ils ont tapé la causette et échangé des petits trucs pendant le vol vers Bruxelles.

La Bundesliga, rien que la Bundesliga

Koen Casteels, formé à Genk, a posé ses gants en Allemagne en 2011. À la recherche de temps de jeu et du vrai décollage de sa carrière. Il s'est d'abord installé à Hoffenheim, puis il est passé par Wolfsburg, il a fait un détour par Brême, et depuis 2015 il est à Wolfsburg où il fait un joli bout de chemin. Il a subi plusieurs coups d'arrêt en raison de blessures, comme en 2014 quand une fracture l'a privé de la Coupe du monde au Brésil, mais il passe pour un des meilleurs gardiens du championnat d'Allemagne. Il a la taille, la vitesse et la modestie qui correspondent bien au football de ce pays. Dans une interview récente, il a répété que pour lui, un transfert en Premier League ou en Liga ne faisaient pas du tout partie des plans ou des rêves. Le sens de l'ordre et de la discipline de nos voisins, ça lui convient parfaitement. Tout comme leur ardeur au travail.

Il a disputé sa meilleure campagne en 2015-2016 et c'est d'ailleurs étonnant que Marc Wilmots ne l'ait pas repris dans le noyau qui a participé à l'EURO

Ses stats individuelles ont de la gueule. Il a disputé sa meilleure campagne en 2015-2016 et c'est d'ailleurs étonnant que Marc Wilmots ne l'ait pas repris dans le noyau qui a participé à l'EURO en France. Cette saison-là, il avait sauvé 80 % des tentatives adverses et signé une clean sheet tous les trois matches en moyenne. Il était rentré de Brême en février et s'était imposé de façon indiscutable dans le but de Wolfsburg.

Les campagnes qui ont suivi ont été plus compliquées. Deux fois de suite, Wolfsburg a terminé à la seizième place en devant se battre jusqu'au bout pour éviter la culbute en D2. Mais même pendant cette période, les chiffres de Casteels sont restés bons. Son pourcentage de tentatives adverses arrêtées est resté dans une bonne moyenne. En 2018-2019, dans ce classement particulier, il faisait partie du top 3 de la Bundesliga. La saison dernière, ça a été un peu moins bon. Wolfsburg n'a pas la défense la plus stable du championnat, si bien que Casteels n'a terminé que dans le milieu de la hiérarchie des gardiens.

On attend maintenant de voir ce que ça peut donner, dès ce soir, face à l'armada brasilo-ukrainienne de Luis Castro.

Dans quelques heures, notre gardien Koen Casteels, régulièrement désigné capitaine de son équipe depuis la fin du lockdown, sera fixé. Soit il partira en vacances, soit il préparera la phase finale de l'Europa League. En mars, le club soutenu par Volkswagen s'est incliné 1-2 sur son terrain face aux Ukrainiens du Shakhtar Donetsk. Ce soir, le retour est programmé sur le terrain de Kharkiv. Le vainqueur du double affrontement participera à la phase finale, dans quelques jours, en Allemagne. Quatre sites ont été retenus pour ce tournoi particulier : Düsseldorf, Gelsenkirchen, Duisbourg et Cologne, qui accueillera la finale le 21 août.Vu la blessure de Matz Sels, indisponible pour plusieurs mois, la place de Koen Casteels dans le noyau des Diables rouges ne se discute plus pour le moment. Il peut donc déjà songer à la Nations League, qui débutera en septembre. Toujours en septembre, il disputera le deuxième tour qualificatif de l'Europa League avec son club, et le 18 du même mois, la Bundesliga reprendra ses droits.Koen Casteels a réussi une très bonne saison, tout en ayant été contrarié par deux blessures. D'abord par un souci musculaire, puis par les conséquences d'une collision avec un autre joueur. C'est cet accident qui l'avait privé des deux matches européens face à Gand lors de l'automne 2019. Il était revenu dans le parcours juste après ces rencontres.Il a profité de la cuvée 2019-2020 pour battre un record belge. Jean-Marie Pfaff, qui avait disputé 157 matches de Bundesliga avec le Bayern. Casteels en facture désormais 164. Il a préservé ses filets inviolés quarante fois. Même si ça n'a pas été une spécialité de Wolfsburg la saison dernière : cinq fois seulement, cette équipe a réussi à ne pas encaisser. Pfaff et Casteels se sont retrouvés un peu par hasard l'hiver dernier. Le numéro 3 de l'équipe nationale s'était produit à Munich, et comme c'était le dernier match avant la trêve, il rentrait directement en Belgique. Dans le même avion, il y avait Pfaff, qui continue à se rendre régulièrement au Bayern. Ils ont tapé la causette et échangé des petits trucs pendant le vol vers Bruxelles.Koen Casteels, formé à Genk, a posé ses gants en Allemagne en 2011. À la recherche de temps de jeu et du vrai décollage de sa carrière. Il s'est d'abord installé à Hoffenheim, puis il est passé par Wolfsburg, il a fait un détour par Brême, et depuis 2015 il est à Wolfsburg où il fait un joli bout de chemin. Il a subi plusieurs coups d'arrêt en raison de blessures, comme en 2014 quand une fracture l'a privé de la Coupe du monde au Brésil, mais il passe pour un des meilleurs gardiens du championnat d'Allemagne. Il a la taille, la vitesse et la modestie qui correspondent bien au football de ce pays. Dans une interview récente, il a répété que pour lui, un transfert en Premier League ou en Liga ne faisaient pas du tout partie des plans ou des rêves. Le sens de l'ordre et de la discipline de nos voisins, ça lui convient parfaitement. Tout comme leur ardeur au travail.Ses stats individuelles ont de la gueule. Il a disputé sa meilleure campagne en 2015-2016 et c'est d'ailleurs étonnant que Marc Wilmots ne l'ait pas repris dans le noyau qui a participé à l'EURO en France. Cette saison-là, il avait sauvé 80 % des tentatives adverses et signé une clean sheet tous les trois matches en moyenne. Il était rentré de Brême en février et s'était imposé de façon indiscutable dans le but de Wolfsburg.Les campagnes qui ont suivi ont été plus compliquées. Deux fois de suite, Wolfsburg a terminé à la seizième place en devant se battre jusqu'au bout pour éviter la culbute en D2. Mais même pendant cette période, les chiffres de Casteels sont restés bons. Son pourcentage de tentatives adverses arrêtées est resté dans une bonne moyenne. En 2018-2019, dans ce classement particulier, il faisait partie du top 3 de la Bundesliga. La saison dernière, ça a été un peu moins bon. Wolfsburg n'a pas la défense la plus stable du championnat, si bien que Casteels n'a terminé que dans le milieu de la hiérarchie des gardiens.On attend maintenant de voir ce que ça peut donner, dès ce soir, face à l'armada brasilo-ukrainienne de Luis Castro.