Votre sort est connu : soit vous êtes 17e et êtes immédiatement relégués, soit vous arrachez la 16e place au FC Augsbourg et vous disputez un double match de barrage pour le maintien. Vous ne pouvez espérer mieux ?

Koen Casteels : Non mais l'espoir fait vivre. Ce ne sera pas facile car nous risquons d'affronter un ancien club de D1, le FC Cologne ou le FC Kaiserslautern. Nous devrons vraiment nous surpasser. Nous nous accrochons quand même à l'espoir d'éviter la relégation directe.

Dans quel état d'esprit êtes-vous ? Je vais vous surprendre mais il n'est pas mauvais. Markus Gisdol, notre nouvel entraîneur, a initié une ambiance positive. Il n'a évoqué notre classement qu'à une reprise mais il refuse de parler de matches de la dernière chance. Le vestiaire ne pense pas vraiment à un scénario-catastrophe.

Pourquoi Igor De Camargo, loué par le Borussia Mönchengladbach depuis la trêve hivernale, fait-il banquette ? Je peux difficilement vous l'expliquer. C'est une question de choix tactiques, selon moi, car il ne s'entraîne vraiment pas mal. L'entraîneur aligne Sven Schipplock en pointe de notre 4-3-3 actuel, soutenu par Roberto Firmino. Peut-être Igor peut-il s'ériger en joker et en sauveur contre le Werder Brême, Hambourg et Dortmund.

Une éventuelle relégation serait-elle vraiment dramatique pour votre développement personnel ? Ce ne serait pas marrant, en tout cas. Je reçois des commentaires flatteurs des journalistes allemands et j'en suis vraiment honoré. J'aimerais être le gardien titulaire d'Hoffenheim. Je me plais bien ici. Je suis convaincu que ça se ressent, que je dégage plus de calme, d'assurance. Le club veut en revenir à sa philosophie initiale en offrant leur chance aux jeunes pour les vendre ensuite avec bénéfice. Mais ce thème n'est pas d'actualité. Achevons d'abord la saison !

PAR FRÉDÉRIC VANHEULE

Votre sort est connu : soit vous êtes 17e et êtes immédiatement relégués, soit vous arrachez la 16e place au FC Augsbourg et vous disputez un double match de barrage pour le maintien. Vous ne pouvez espérer mieux ? Koen Casteels : Non mais l'espoir fait vivre. Ce ne sera pas facile car nous risquons d'affronter un ancien club de D1, le FC Cologne ou le FC Kaiserslautern. Nous devrons vraiment nous surpasser. Nous nous accrochons quand même à l'espoir d'éviter la relégation directe.Dans quel état d'esprit êtes-vous ? Je vais vous surprendre mais il n'est pas mauvais. Markus Gisdol, notre nouvel entraîneur, a initié une ambiance positive. Il n'a évoqué notre classement qu'à une reprise mais il refuse de parler de matches de la dernière chance. Le vestiaire ne pense pas vraiment à un scénario-catastrophe.Pourquoi Igor De Camargo, loué par le Borussia Mönchengladbach depuis la trêve hivernale, fait-il banquette ? Je peux difficilement vous l'expliquer. C'est une question de choix tactiques, selon moi, car il ne s'entraîne vraiment pas mal. L'entraîneur aligne Sven Schipplock en pointe de notre 4-3-3 actuel, soutenu par Roberto Firmino. Peut-être Igor peut-il s'ériger en joker et en sauveur contre le Werder Brême, Hambourg et Dortmund.Une éventuelle relégation serait-elle vraiment dramatique pour votre développement personnel ? Ce ne serait pas marrant, en tout cas. Je reçois des commentaires flatteurs des journalistes allemands et j'en suis vraiment honoré. J'aimerais être le gardien titulaire d'Hoffenheim. Je me plais bien ici. Je suis convaincu que ça se ressent, que je dégage plus de calme, d'assurance. Le club veut en revenir à sa philosophie initiale en offrant leur chance aux jeunes pour les vendre ensuite avec bénéfice. Mais ce thème n'est pas d'actualité. Achevons d'abord la saison ! PAR FRÉDÉRIC VANHEULE