Jürgen Klopp à propos...

...de son arrivée à Liverpool : "En tant qu'amateur de foot, je savais que le club ne traversait pas une période faste et n'avait pas remporté de trophée durant les quatre ou cinq années précédentes, même s'il avait raté le titre d'un fifrelin. Bien sûr, je n'ignorais pas que Liverpool a une histoire incroyable et que le club a remporté d'innombrables trophées, que ce soit en Europe ou sur le plan national. Pour être honnête avec vous, j'avais réellement envie de rendre à ce club sa gloire d'antan. J'étais convaincu que le coeur du club battait encore très fort. C'était comme un jardin qui avait besoin de certains aménagements pour qu'il fleurisse à nouveau. Je savais que ce n'était pas la meilleure équipe de l'histoire de Liverpool, mais j'appréciais beaucoup de joueurs qui la composaient. J'avais vraiment envie de décrocher le job. Je ne peux pas expliquer pourquoi exactement, mais j'avais de bonnes sensations. Je savais que, si l'on me faisait une proposition, il ne me faudrait pas beaucoup de temps pour l'accepter. J'espérais simplement que cette proposition arriverait au bon moment, parce que j'avais besoin d'un petit break après avoir entraîné Mayence et Dortmund. Au final, j'ai eu quatre mois pour récupérer!"

...de sa façon de se comporter sur le banc : "Je suis déjà beaucoup plus calme qu'autrefois. Je sais que c'est difficile à croire, mais c'est vrai. Je suis déjà complètement différent. Le fait est que je parle aux joueurs durant toute la semaine. Nous préparons des choses. Nous donnons des consignes. Nous transmettons des informations. Durant un match, c'est compliqué de donner beaucoup d'instructions, parce qu'il y a trop de bruit et que le jeu va trop vite. On ne peut parler que pendant la mi-temps. Donc, je pense que mon job consiste à être le réservoir de substitution pour les garçons : si leur niveau d'énergie baisse, je dois leur en réinsuffler. J'ai déjà dit souvent aux joueurs : "Je vais vous transmettre toute mon énergie, je n'en ai pas besoin. Donc, prenez-la. Je vais vous botter le cul lorsque c'est nécessaire. Je vais vous crier dessus lorsque vous commencez à faiblir."

C'est mieux pour eux d'être agressifs et fâchés contre moi que de ressasser l'une ou l'autre phase précédente : "Oh, j'ai loupé cette occasion". C'est mieux qu'ils pensent : "Coach, tu nous ennuies" et qu'ils prouvent ensuite ce dont ils sont capables. Je n'ai jamais réfléchi à la manière de me comporter le long de la ligne de touche. Cela se passe ainsi, c'est tout. Je suis comme je suis. Je ne m'intéresse pas à ce que le gens disent de moi, mais je sais que les gens pensent que je ne suis pas un tacticien parce que je gesticule trop pour être un tacticien. Je suis dans l'émotion."

Par John Bishop et Amy Raphael

Retrouvez l'intégralité de l'interview de Jürgen Klopp dans votre Sport/Foot Magazine