Kevin Mirallas, qui souffle ses 33 bougies lundi, était revenu en Belgique la saison dernière à l'Antwerp, mais n'a jamais réellement convaincu au Great Old, qui avait décidé de ne pas prolonger son contrat.

Soixante fois international belge depuis 2007, Mirallas, qui a porté les couleurs du Standard chez les jeunes, a débuté sa carrière chez les pros à Lille (2004-2008). Il a ensuite évolué à Saint-Étienne (2008-2010) puis à l'Olympiacos (2010-2012) avant d'exploser à Everton. Après cinq saisons convaincantes, il a fait son retour à l'Olympiacos (2017-2018) en prêt avant d'enchaîner avec un nouveau prêt, à la Fiorentina (2018-2019).

Buteur à dix reprises avec les Diables, Mirallas n'a plus joué pour l'équipe belge depuis mars 2018. De la partie à la Coupe du monde 2014 au Brésil, il n'a ensuite pas été repris pour l'Euro 2016 et le Mondial 2018 en Russie.

Gaziantep est 17e de la Super Lig turque, avec 3 points en quatre matches, 1 de plus que le premier relégable.

Kevin Mirallas, qui souffle ses 33 bougies lundi, était revenu en Belgique la saison dernière à l'Antwerp, mais n'a jamais réellement convaincu au Great Old, qui avait décidé de ne pas prolonger son contrat. Soixante fois international belge depuis 2007, Mirallas, qui a porté les couleurs du Standard chez les jeunes, a débuté sa carrière chez les pros à Lille (2004-2008). Il a ensuite évolué à Saint-Étienne (2008-2010) puis à l'Olympiacos (2010-2012) avant d'exploser à Everton. Après cinq saisons convaincantes, il a fait son retour à l'Olympiacos (2017-2018) en prêt avant d'enchaîner avec un nouveau prêt, à la Fiorentina (2018-2019). Buteur à dix reprises avec les Diables, Mirallas n'a plus joué pour l'équipe belge depuis mars 2018. De la partie à la Coupe du monde 2014 au Brésil, il n'a ensuite pas été repris pour l'Euro 2016 et le Mondial 2018 en Russie. Gaziantep est 17e de la Super Lig turque, avec 3 points en quatre matches, 1 de plus que le premier relégable.