"C'est la première fois que j'ai autant de blessures. Comment fait-on face à ça ? Au début, vous n'êtes pas préparé à cela. L'année dernière, j'ai joué beaucoup plus de matches sans me blesser. Cette saison, tout s'est passé très vite et je me suis blessé, les blessures se sont enchaînées. Ensuite, il faut être fort mentalement, sinon il est très difficile de revenir plus fort. L'idée est de revenir plus fort après une blessure, c'est ce qui est le plus difficile, bien sûr".

Blessure italienne

"L'Euro a été une super expérience à vivre. Mais quand je repense à ce quart de finale contre l'Italie, je me souviens très bien à quel point j'étais déçu au coup de sifflet final. J'étais vraiment au fond du trou et vraiment pas content, parce que je savais que nous pouvions gagner avec cette équipe. Nous voulions tous aller beaucoup plus loin. Nous avions vraiment la possibilité de faire bien mieux. C'est dommage que nous soyons éliminés si tôt."

"Je ne l'avais pas réalisé à l'époque. Voir l'Italie célébrer sa victoire à côté de vous comme ça, c'est difficile à gérer. Même si je savais que j'avais bien joué, ça n'avait aucune importance à ce moment là. Je voulais juste gagner, donc la déception était plus forte. Quand on vit ça, on ne veut pas que ça se reproduise dans un tournoi de cette importance. Donc le tournoi suivant... J'ai déjà vécu une telle défaite. L'Italie est bien sûr une bonne équipe, je dois l'admettre. Mais je ne veux pas revivre une telle expérience."

Désormais plus connu

"A Anderlecht, j'étais surtout connu en Belgique. Même si j'avais déjà joué pour l'équipe nationale, j'étais surtout connu en Belgique et pas vraiment à l'étranger. Après avoir joué en France, je suis devenu un peu plus connu. Mais c'est après ce match contre l'Italie que je me suis vraiment fait connaître au niveau international. Sur les médias sociaux, sur tout en fait. Ce match a vraiment changé ma vie. Même dans la rue et pendant mes vacances, plus de gens me reconnaissent et m'abordent. C'est un sentiment très étrange, parce qu'alors vous pensez : "Tout le monde a vraiment vu ce match ?" C'est très bizarre, on a l'impression d'être soudainement à un autre niveau. Donc oui, c'est très différent."

L'interview complète est à retrouver sur Eleven Sport

"C'est la première fois que j'ai autant de blessures. Comment fait-on face à ça ? Au début, vous n'êtes pas préparé à cela. L'année dernière, j'ai joué beaucoup plus de matches sans me blesser. Cette saison, tout s'est passé très vite et je me suis blessé, les blessures se sont enchaînées. Ensuite, il faut être fort mentalement, sinon il est très difficile de revenir plus fort. L'idée est de revenir plus fort après une blessure, c'est ce qui est le plus difficile, bien sûr"."L'Euro a été une super expérience à vivre. Mais quand je repense à ce quart de finale contre l'Italie, je me souviens très bien à quel point j'étais déçu au coup de sifflet final. J'étais vraiment au fond du trou et vraiment pas content, parce que je savais que nous pouvions gagner avec cette équipe. Nous voulions tous aller beaucoup plus loin. Nous avions vraiment la possibilité de faire bien mieux. C'est dommage que nous soyons éliminés si tôt.""Je ne l'avais pas réalisé à l'époque. Voir l'Italie célébrer sa victoire à côté de vous comme ça, c'est difficile à gérer. Même si je savais que j'avais bien joué, ça n'avait aucune importance à ce moment là. Je voulais juste gagner, donc la déception était plus forte. Quand on vit ça, on ne veut pas que ça se reproduise dans un tournoi de cette importance. Donc le tournoi suivant... J'ai déjà vécu une telle défaite. L'Italie est bien sûr une bonne équipe, je dois l'admettre. Mais je ne veux pas revivre une telle expérience.""A Anderlecht, j'étais surtout connu en Belgique. Même si j'avais déjà joué pour l'équipe nationale, j'étais surtout connu en Belgique et pas vraiment à l'étranger. Après avoir joué en France, je suis devenu un peu plus connu. Mais c'est après ce match contre l'Italie que je me suis vraiment fait connaître au niveau international. Sur les médias sociaux, sur tout en fait. Ce match a vraiment changé ma vie. Même dans la rue et pendant mes vacances, plus de gens me reconnaissent et m'abordent. C'est un sentiment très étrange, parce qu'alors vous pensez : "Tout le monde a vraiment vu ce match ?" C'est très bizarre, on a l'impression d'être soudainement à un autre niveau. Donc oui, c'est très différent."L'interview complète est à retrouver sur Eleven Sport