La Belgique aurait-elle pu battre l'Argentine ?
Oui. Elle non plus n'a pas assez osé. Il fallait y aller fond, sans avoir peur. Je ne dis pas qu'il fallait jouer toutes voiles dehors mais il ne fallait pas non plus mettre les onze joueurs devant le but. La Belgique ne l'a pas fait mais pendant trois jours, ses joueurs ont répété qu'ils ne jouaient pas contre Messi mais contre l'Argentine. En attendant, ils ne parlaient que de Messi. Ils ont joué avec le frein à main, ils étaient trop prudents, trop modestes. C'est aussi dû au fait que leur meilleur joueur ne les tirait pas vers l'avant. Hazard est un joueur de classe mondiale mais il ne l'a pas fait.

C'était ça la différence entre la Belgique et les Pays-Bas, qui pouvaient compter sur Robben ?
Je ne comprends pas bien ce qu'il a manqué à Hazard. Il a fait ce qu'il pouvait, on ne peut rien lui reprocher dans ce domaine. Il n'est pas assez sûr de lui. Parfois, il était absent mais on ne pouvait pas dire qu'il ne se battait pas, au contraire: il travaillait comme un fou. C'est un joueur que j'apprécie en général mais cette fois, celui qui m'a le plus plu, c'est Origi. Quel bon joueur!"

Qu'est-ce qui vous fait dire cela ?
Son style ! Sa technique. Il plonge là où on ne l'attend pas. Et il a des changements de direction très courts, un peu comme Van Basten.

Liverpool vient de l'acheter pour 13 millions d'euros.
Combien ? C'est incroyablement peu ! Ridicule ! Origi sera un tout grand joueur. C'est chouette que Wilmots l'ait repris et aligné. L'Angleterre a emmené le jeune Walcott mais il n'a pas joué une minute. Quel péché !

Et Januzaj ? Aurait-il dû jouer davantage ? Oui ! Contre l'Argentine, je m'attendais que ce soit lui qui entre, plutôt que Chadli. La Belgique a entamé le tournoi à un rythme trop lent. Elle attendait trop de son premier match. Elle était stressée, ses joueurs étaient nerveux. Elle avait pourtant moins de raisons que les Pays-Bas de jouer avec retenue. Contre les Etats-Unis, elle s'est envolée et, pour la première fois de ma vie, j'ai pris du plaisir à voir jouer Kompany. Jusque-là, il ne me disait rien mais face aux USA, c'était bon.

Geert Foutré Retrouvez l'intégralité de l'interview dans votre Sport/Foot Magazine.

La Belgique aurait-elle pu battre l'Argentine ? Oui. Elle non plus n'a pas assez osé. Il fallait y aller fond, sans avoir peur. Je ne dis pas qu'il fallait jouer toutes voiles dehors mais il ne fallait pas non plus mettre les onze joueurs devant le but. La Belgique ne l'a pas fait mais pendant trois jours, ses joueurs ont répété qu'ils ne jouaient pas contre Messi mais contre l'Argentine. En attendant, ils ne parlaient que de Messi. Ils ont joué avec le frein à main, ils étaient trop prudents, trop modestes. C'est aussi dû au fait que leur meilleur joueur ne les tirait pas vers l'avant. Hazard est un joueur de classe mondiale mais il ne l'a pas fait. C'était ça la différence entre la Belgique et les Pays-Bas, qui pouvaient compter sur Robben ? Je ne comprends pas bien ce qu'il a manqué à Hazard. Il a fait ce qu'il pouvait, on ne peut rien lui reprocher dans ce domaine. Il n'est pas assez sûr de lui. Parfois, il était absent mais on ne pouvait pas dire qu'il ne se battait pas, au contraire: il travaillait comme un fou. C'est un joueur que j'apprécie en général mais cette fois, celui qui m'a le plus plu, c'est Origi. Quel bon joueur!" Qu'est-ce qui vous fait dire cela ? Son style ! Sa technique. Il plonge là où on ne l'attend pas. Et il a des changements de direction très courts, un peu comme Van Basten. Liverpool vient de l'acheter pour 13 millions d'euros. Combien ? C'est incroyablement peu ! Ridicule ! Origi sera un tout grand joueur. C'est chouette que Wilmots l'ait repris et aligné. L'Angleterre a emmené le jeune Walcott mais il n'a pas joué une minute. Quel péché ! Et Januzaj ? Aurait-il dû jouer davantage ? Oui ! Contre l'Argentine, je m'attendais que ce soit lui qui entre, plutôt que Chadli. La Belgique a entamé le tournoi à un rythme trop lent. Elle attendait trop de son premier match. Elle était stressée, ses joueurs étaient nerveux. Elle avait pourtant moins de raisons que les Pays-Bas de jouer avec retenue. Contre les Etats-Unis, elle s'est envolée et, pour la première fois de ma vie, j'ai pris du plaisir à voir jouer Kompany. Jusque-là, il ne me disait rien mais face aux USA, c'était bon.Geert Foutré Retrouvez l'intégralité de l'interview dans votre Sport/Foot Magazine.