Pendant plus de quinze ans, la galaxie de Toby Alderweireld s'est limitée à la commune d'Ekeren. La maison familiale était située à moins de dix minutes à pied du Veltwijckpark, qui abritait à la fois son école primaire et le stade du Germinal. Toby est le deuxième de trois frères : Steve a six ans de plus et Sven, un an de moins. Quand le plus âgé se met à jouer au football, les deux autres ne tardent pas à le suivre. Comme le jardin n'est pas très grand, il n'est pas rare qu'une vitre vole en éclats, qu'une corniche ou une descente de toit casse. Sans parler des dégâts occasionnés à la pelouse : le gazon n'a plus le temps de repousser. Papa travaille dur et, contrairement à maman, qui s'occupe du foyer, il n'aime pas spécialement le football. Papy est supporter du Germinal et délégué d'une équipe d'âge. Il emmène souvent les frères au stade, que ce soit à domicile ou en déplacement. Il ne fait aucun doute qu'ils porteront tous les trois le maillot du Germinal.

"Toby était un peu polisson", se souvient Steve. "Il nous piquait nos bonbons (il rit). En football, le plus talentueux des trois, c'était Sven. C'est lui qui avait le plus de technique et était le plus rapide mais il n'avait pas le caractère de Toby, dont on a tout de suite vu qu'il avait une frappe terrible. Il n'avait que cinq ans lorsqu'il a joué ses premiers petits matches, à l'occasion d'une journée portes ouvertes au Germinal. A un certain moment, il a même troué le filet. Je suppose que celui-ci n'était plus très solide, mais quand même ! Je crois d'ailleurs que ce jour-là, il a été meilleur buteur du tournoi. Il était plus grand que tout le monde et c'est pour ça qu'on a commencé à l'aligner dans des catégories d'âge supérieures. Hormis six mois durant lesquels il était sur le banc, tout s'est toujours passé sans problème. Il faut dire qu'il ne pensait qu'au foot. Lorsqu'il rentrait de l'école, il allait directement dans le jardin. Ou alors, il jouait sur sa PlayStation."

"Il était Mike Verstraeten"

Sven : "Nous jouions à Football Manager ou à FIFA. Dans le jardin, j'étais Emile Mpenza et il était Mike Verstraeten. Nous avons débuté au Germinal en même temps mais, à l'heure des sorties, j'ai arrêté (il rit). Toby a pu partir à temps, juste avant l'âge critique. Encore qu'il est plutôt casanier. Et puis, c'est un battant. Lorsqu'il était sur le banc, il aurait pu abandonner mais il s'est accroché, il est revenu dans l'équipe et il n'en est plus jamais sorti. Sa force, c'était sa frappe. Quand il avait douze ou treize ans, les gens n'en revenaient pas qu'un petit gars comme ça soit doté d'un tir aussi puissant. Mais chez nous, on ne pensait qu'au football."

En 1999, le Germinal fusionne avec le Beerschot et le nouveau club se lance dans une collaboration avec l'Ajax. Les meilleurs jeunes prennent la direction d'Amsterdam et, à quinze ans, Toby se voit offrir cette possibilité. Il est très enthousiaste mais ses parents le sont moins.

"Au début, il y a eu des frictions entre Toby et nos parents, qui étaient contre cette idée", se souvient Steve. "J'ai intercédé en sa faveur parce que nombreux étaient ceux qui auraient voulu porter le maillot de l'Ajax et qui ne le pouvaient pas. Quand on laisse filer une occasion pareille, on ne peut que le regretter plus tard. Peu sont ceux qui arrivent en équipe première mais le jeu en vaut la chandelle. A un certain moment, j'ai dit : -Si vous ne le laissez pas partir, vous choisissez en fonction de vous, pas en fonction de lui. Je pense que ce qui a fini par convaincre mes parents, c'est la visite de plusieurs personnes de l'Ajax, dont Danny Blind, qui ont expliqué toute la structure développée par le club, en collaboration avec l'école et une famille d'accueil. Pour papa, les études étaient très importantes et quand on lui a dit que les jeunes de l'Ajax qui n'avaient pas de bons points à l'école ne pouvaient pas s'entraîner, ça l'a rassuré."

Sven : "Ce qui a rendu le choix si difficile, c'est aussi le fait que personne ne s'attendait à cette proposition de l'Ajax. Nous savions que Toby jouait bien mais de là à ce qu'un aussi grand club vienne le chercher... A l'époque, il évoluait déjà en défense centrale et je pense que ce sont ses longues passes qui lui ont permis de se mettre en évidence. Pendant la période d'essai, qui a duré quelques semaines, ils l'ont également fait jouer dans l'entrejeu pour juger de sa mobilité et il semble que c'était bon. Si nos parents, dans un premier temps, ont refusé qu'il parte, c'est aussi parce qu'ils ne connaissaient pas bien le monde du football. Steve leur a dit qu'ils ne pouvaient pas refuser cette chance à Toby. Au début, ils se disaient : pourquoi aller en Hollande pour taper dans un ballon alors qu'on peut très bien le faire ici ? Mais le centre de formation de l'Ajax était réputé. Il n'est pas facile de se dire qu'on ne verra plus son enfant de quinze ans qu'une fois par semaine et que, pour cela, il faudra encore se rendre à Amsterdam. Aujourd'hui, évidemment, ils sont heureux d'avoir cédé."

Par Christian Vandenabeele

Retrouvez l'intégralité de cet article dans votre Sport/Foot Mag

Pendant plus de quinze ans, la galaxie de Toby Alderweireld s'est limitée à la commune d'Ekeren. La maison familiale était située à moins de dix minutes à pied du Veltwijckpark, qui abritait à la fois son école primaire et le stade du Germinal. Toby est le deuxième de trois frères : Steve a six ans de plus et Sven, un an de moins. Quand le plus âgé se met à jouer au football, les deux autres ne tardent pas à le suivre. Comme le jardin n'est pas très grand, il n'est pas rare qu'une vitre vole en éclats, qu'une corniche ou une descente de toit casse. Sans parler des dégâts occasionnés à la pelouse : le gazon n'a plus le temps de repousser. Papa travaille dur et, contrairement à maman, qui s'occupe du foyer, il n'aime pas spécialement le football. Papy est supporter du Germinal et délégué d'une équipe d'âge. Il emmène souvent les frères au stade, que ce soit à domicile ou en déplacement. Il ne fait aucun doute qu'ils porteront tous les trois le maillot du Germinal. "Toby était un peu polisson", se souvient Steve. "Il nous piquait nos bonbons (il rit). En football, le plus talentueux des trois, c'était Sven. C'est lui qui avait le plus de technique et était le plus rapide mais il n'avait pas le caractère de Toby, dont on a tout de suite vu qu'il avait une frappe terrible. Il n'avait que cinq ans lorsqu'il a joué ses premiers petits matches, à l'occasion d'une journée portes ouvertes au Germinal. A un certain moment, il a même troué le filet. Je suppose que celui-ci n'était plus très solide, mais quand même ! Je crois d'ailleurs que ce jour-là, il a été meilleur buteur du tournoi. Il était plus grand que tout le monde et c'est pour ça qu'on a commencé à l'aligner dans des catégories d'âge supérieures. Hormis six mois durant lesquels il était sur le banc, tout s'est toujours passé sans problème. Il faut dire qu'il ne pensait qu'au foot. Lorsqu'il rentrait de l'école, il allait directement dans le jardin. Ou alors, il jouait sur sa PlayStation." "Il était Mike Verstraeten"Sven : "Nous jouions à Football Manager ou à FIFA. Dans le jardin, j'étais Emile Mpenza et il était Mike Verstraeten. Nous avons débuté au Germinal en même temps mais, à l'heure des sorties, j'ai arrêté (il rit). Toby a pu partir à temps, juste avant l'âge critique. Encore qu'il est plutôt casanier. Et puis, c'est un battant. Lorsqu'il était sur le banc, il aurait pu abandonner mais il s'est accroché, il est revenu dans l'équipe et il n'en est plus jamais sorti. Sa force, c'était sa frappe. Quand il avait douze ou treize ans, les gens n'en revenaient pas qu'un petit gars comme ça soit doté d'un tir aussi puissant. Mais chez nous, on ne pensait qu'au football." En 1999, le Germinal fusionne avec le Beerschot et le nouveau club se lance dans une collaboration avec l'Ajax. Les meilleurs jeunes prennent la direction d'Amsterdam et, à quinze ans, Toby se voit offrir cette possibilité. Il est très enthousiaste mais ses parents le sont moins. "Au début, il y a eu des frictions entre Toby et nos parents, qui étaient contre cette idée", se souvient Steve. "J'ai intercédé en sa faveur parce que nombreux étaient ceux qui auraient voulu porter le maillot de l'Ajax et qui ne le pouvaient pas. Quand on laisse filer une occasion pareille, on ne peut que le regretter plus tard. Peu sont ceux qui arrivent en équipe première mais le jeu en vaut la chandelle. A un certain moment, j'ai dit : -Si vous ne le laissez pas partir, vous choisissez en fonction de vous, pas en fonction de lui. Je pense que ce qui a fini par convaincre mes parents, c'est la visite de plusieurs personnes de l'Ajax, dont Danny Blind, qui ont expliqué toute la structure développée par le club, en collaboration avec l'école et une famille d'accueil. Pour papa, les études étaient très importantes et quand on lui a dit que les jeunes de l'Ajax qui n'avaient pas de bons points à l'école ne pouvaient pas s'entraîner, ça l'a rassuré." Sven : "Ce qui a rendu le choix si difficile, c'est aussi le fait que personne ne s'attendait à cette proposition de l'Ajax. Nous savions que Toby jouait bien mais de là à ce qu'un aussi grand club vienne le chercher... A l'époque, il évoluait déjà en défense centrale et je pense que ce sont ses longues passes qui lui ont permis de se mettre en évidence. Pendant la période d'essai, qui a duré quelques semaines, ils l'ont également fait jouer dans l'entrejeu pour juger de sa mobilité et il semble que c'était bon. Si nos parents, dans un premier temps, ont refusé qu'il parte, c'est aussi parce qu'ils ne connaissaient pas bien le monde du football. Steve leur a dit qu'ils ne pouvaient pas refuser cette chance à Toby. Au début, ils se disaient : pourquoi aller en Hollande pour taper dans un ballon alors qu'on peut très bien le faire ici ? Mais le centre de formation de l'Ajax était réputé. Il n'est pas facile de se dire qu'on ne verra plus son enfant de quinze ans qu'une fois par semaine et que, pour cela, il faudra encore se rendre à Amsterdam. Aujourd'hui, évidemment, ils sont heureux d'avoir cédé." Par Christian VandenabeeleRetrouvez l'intégralité de cet article dans votre Sport/Foot Mag