Le Milan (8e) reste très loin de la Juve, à 14 points, mais cette victoire de prestige est une belle pierre à l'édifice de Massimiliano Allegri, qui s'efforce de reconstruire le jeu "rossonero".

Quatre jours après la qualification pour les 8e de finale de la Ligue des Champions à Anderlecht (3-1), ce succès, obtenu sur un penalty de Robinho (31), redonne confiance à tout un club.

Stephan El Shaarawy a encore été un poison, même s'il n'a cette fois pas marqué, Riccardo Montolivo a été un capitaine - entorse aux principes du Milan qui veulent qu'on attribue le brassard à l'ancienneté - épatant, et Antonio Nocerino a semblé retrouver son agressivité de la saison dernière.

Sportfootmagazine.be, avec Belga

Le Milan (8e) reste très loin de la Juve, à 14 points, mais cette victoire de prestige est une belle pierre à l'édifice de Massimiliano Allegri, qui s'efforce de reconstruire le jeu "rossonero". Quatre jours après la qualification pour les 8e de finale de la Ligue des Champions à Anderlecht (3-1), ce succès, obtenu sur un penalty de Robinho (31), redonne confiance à tout un club. Stephan El Shaarawy a encore été un poison, même s'il n'a cette fois pas marqué, Riccardo Montolivo a été un capitaine - entorse aux principes du Milan qui veulent qu'on attribue le brassard à l'ancienneté - épatant, et Antonio Nocerino a semblé retrouver son agressivité de la saison dernière. Sportfootmagazine.be, avec Belga