Quel jeune faut-il amener en équipe nationale ?, demandait Marca à ses lecteurs après la défaite (3-0) de l'Espagne en finale de la Coupe des Confédérations face au Brésil. Voici la réponse : Isco 50 %, Thiago 18,4 % et David De Gea 6,2 %.

Si la moitié des voix sont allées à Francisco Roman Alarcon, alias Isco, ce n'est pas un hasard. Le jeune joueur (21 ans) reste sur une saison extraordinaire avec Malaga (quarts de finale en Ligue des Champions et sixième place en championnat) et il fut un des ténors de l'équipe U21 qui remporta le championnat d'Europe en Israël le mois dernier.

Il n'est donc pas étonnant que ses pieds aient intéressé beaucoup de monde. Manchester City lui avait même préparé un contrat de rêve et il aurait pu continuer à y travailler avec Manuel Pellegrini, le coach qui l'avait lancé à Malaga. Quant au Borussia Dortmund, il voyait en lui le successeur de Mario Götze, parti au Bayern.

Mais le médian offensif a opté pour le Real Madrid, qui lui a offert un contrat de cinq ans et a payé 30 millions à Malaga. " Je me sens prêt à porter le maillot du plus grand club du monde ", a lancé Isco devant 8.000 personnes à l'occasion de sa présentation officielle au Stade Bernabeu. Quand on lui fit remarquer qu'il y a quatre ans, dans une interview, il avait déclaré être anti-Madrid, il s'en tira par une pirouette. " Aujourd'hui, je suis le plus grand madridista de la terre. "

Manifestement, c'est Zinedine Zidane qui a convaincu Isco du fait que Carlo Ancelotti était l'entraîneur idéal pour lancer sa carrière. Car Isco rêve de la Coupe du Monde 2014. " Si je réussis ici, je pourrai aller au Brésil ", dit-il.

Par Steve Van Herpe

Quel jeune faut-il amener en équipe nationale ?, demandait Marca à ses lecteurs après la défaite (3-0) de l'Espagne en finale de la Coupe des Confédérations face au Brésil. Voici la réponse : Isco 50 %, Thiago 18,4 % et David De Gea 6,2 %.Si la moitié des voix sont allées à Francisco Roman Alarcon, alias Isco, ce n'est pas un hasard. Le jeune joueur (21 ans) reste sur une saison extraordinaire avec Malaga (quarts de finale en Ligue des Champions et sixième place en championnat) et il fut un des ténors de l'équipe U21 qui remporta le championnat d'Europe en Israël le mois dernier.Il n'est donc pas étonnant que ses pieds aient intéressé beaucoup de monde. Manchester City lui avait même préparé un contrat de rêve et il aurait pu continuer à y travailler avec Manuel Pellegrini, le coach qui l'avait lancé à Malaga. Quant au Borussia Dortmund, il voyait en lui le successeur de Mario Götze, parti au Bayern.Mais le médian offensif a opté pour le Real Madrid, qui lui a offert un contrat de cinq ans et a payé 30 millions à Malaga. " Je me sens prêt à porter le maillot du plus grand club du monde ", a lancé Isco devant 8.000 personnes à l'occasion de sa présentation officielle au Stade Bernabeu. Quand on lui fit remarquer qu'il y a quatre ans, dans une interview, il avait déclaré être anti-Madrid, il s'en tira par une pirouette. " Aujourd'hui, je suis le plus grand madridista de la terre. "Manifestement, c'est Zinedine Zidane qui a convaincu Isco du fait que Carlo Ancelotti était l'entraîneur idéal pour lancer sa carrière. Car Isco rêve de la Coupe du Monde 2014. " Si je réussis ici, je pourrai aller au Brésil ", dit-il.Par Steve Van Herpe