Les champions d'Afrique, faute d'inspiration, n'ont pas trouvé la faille dans une formation iranienne très défensive qui aura finalement hérité de la meilleure chance de marquer via Reza, l'ancien attaquant de Saint-Trond et du Standard. Avec ce point du partage, Iran et Nigeria sont assurés de pouvoir espérer se qualifier jusq'au 3e et dernier match du groupe où l'Argentine vainqueur 2-1 de la Bosnie, dimanche à Rio, est seul leader.

Les hommes de Stephen Keshi (l'ancien défenseur d'Anderlecht) avaient bien débuté: Moses tira sur Haghighi (3e) et Onazi vit son envoi manquer de peu le cadre (9e).

Les Nigérians assuraient l'essentiel du jeu. Face à une équipe iranienne repliée et organisée dans sa moitié de terrain, ils n'alertèrent plus le portier iranien avant la pause que sur un coup franc de Musa (31e).

Sur son premier corner, l'Iran aurait pu faire mouche. La tête de Reza était repoussée par Enyeama au prix d'un bel arrêt réflexe (34e).
La seconde mi-temps ne changea pas la vraiment la donne. L'Iran se montra légèrement davantage dans moitié adverse tandis que le Nigeria ne parvenait toujours pas à trouver la clé du verrou persan malgré un beau forcing en fin de match.

Les champions d'Afrique, faute d'inspiration, n'ont pas trouvé la faille dans une formation iranienne très défensive qui aura finalement hérité de la meilleure chance de marquer via Reza, l'ancien attaquant de Saint-Trond et du Standard. Avec ce point du partage, Iran et Nigeria sont assurés de pouvoir espérer se qualifier jusq'au 3e et dernier match du groupe où l'Argentine vainqueur 2-1 de la Bosnie, dimanche à Rio, est seul leader.Les hommes de Stephen Keshi (l'ancien défenseur d'Anderlecht) avaient bien débuté: Moses tira sur Haghighi (3e) et Onazi vit son envoi manquer de peu le cadre (9e).Les Nigérians assuraient l'essentiel du jeu. Face à une équipe iranienne repliée et organisée dans sa moitié de terrain, ils n'alertèrent plus le portier iranien avant la pause que sur un coup franc de Musa (31e).Sur son premier corner, l'Iran aurait pu faire mouche. La tête de Reza était repoussée par Enyeama au prix d'un bel arrêt réflexe (34e). La seconde mi-temps ne changea pas la vraiment la donne. L'Iran se montra légèrement davantage dans moitié adverse tandis que le Nigeria ne parvenait toujours pas à trouver la clé du verrou persan malgré un beau forcing en fin de match.