"Au cours de la première semaine de stage à Genk, nous avons privilégié le volume et les séances ont été longues", a expliqué le préparateur physique après l'entraînement de jeudi à Stockholm. "Ici, en Suède, les séances sont plus courtes mais l'intensité des exercices est plus importante. C'est en tout cas la semaine de préparation en vue du Mondial la plus intense. Pour le moment, je ne suis peut-être pas le meilleur ami des joueurs, vu le travail acharné auquel je les soumets. Cela ne me dérange pas. Tout le monde est conscient de la somme de travail à effectuer en vue du Mondial. Aujourdhui, les 20 joueurs de champ étaient présents et j'en suis ravi", a ajouté Innaurato.

Pendant les entraînements, les joueurs sont parfois brusques et certains se plaignent de douleurs ci et là. "Le football est et reste un sport de contact et dans les petits matches, il y a certainement pas mal de chocs. Mais nous ne prenons pas de risques et nous travaillons également la prévention des blessures. Le risque existe que dimanche les joueurs soient moins frais lors du coup d'envoi du match contre la Suède. Nous tiendrons compte de cette rencontre au moment d'élaborer les entraînements des jours suivants."

"Au cours de la première semaine de stage à Genk, nous avons privilégié le volume et les séances ont été longues", a expliqué le préparateur physique après l'entraînement de jeudi à Stockholm. "Ici, en Suède, les séances sont plus courtes mais l'intensité des exercices est plus importante. C'est en tout cas la semaine de préparation en vue du Mondial la plus intense. Pour le moment, je ne suis peut-être pas le meilleur ami des joueurs, vu le travail acharné auquel je les soumets. Cela ne me dérange pas. Tout le monde est conscient de la somme de travail à effectuer en vue du Mondial. Aujourdhui, les 20 joueurs de champ étaient présents et j'en suis ravi", a ajouté Innaurato. Pendant les entraînements, les joueurs sont parfois brusques et certains se plaignent de douleurs ci et là. "Le football est et reste un sport de contact et dans les petits matches, il y a certainement pas mal de chocs. Mais nous ne prenons pas de risques et nous travaillons également la prévention des blessures. Le risque existe que dimanche les joueurs soient moins frais lors du coup d'envoi du match contre la Suède. Nous tiendrons compte de cette rencontre au moment d'élaborer les entraînements des jours suivants."