De très bon joueur, sans être pour autant sur le devant de la scène, il est aujourd'hui, le meilleur buteur de Manchester City. Avec 16 buts et 3 passes décisives en 34 matchs toutes compétitions confondues, il réalise tout simplement sa meilleure saison individuelle. Son meilleur quota jusque-là ? 6 buts et 8 passes décisives en 2018-2019. Autant dire, que l'Allemand s'est métamorphosé cette saison. Depuis son arrivée en Angleterre, Gundogan a dû faire face à une rude concurrence à son poste. Dans le système de Guardiola, David Silva, Kevin De Bruyne, Fernandinho, sans compter Yaya Touré, ou encore Delph et Rodri. Tous ces joueurs occupent ou ont occupé le poste de Gundogan. Mais l'ancien de Dortmund a toujours fait partie intégrante de la rotation. Apprécié pour ses qualités de passeur, et pour sa redoutable vision de jeu, un peu dans le rôle de Silva, Pep Guardiola lui accorde une confiance totale.

"Il est tellement malin"

Cette saison, le départ de Silva lui a permis de prendre un peu plus d'importance chez les Citizens. Pourtant, ce n'est pas vraiment dans le même rôle qu'il brille aujourd'hui. L'explosion de Phil Foden, l'indispensable Kevin De Bruyne et le régulateur Rodri sont les bases du milieu de City. Alors, Guardiola a ressorti une ancienne recette, celle du faux 9. Un système qu'il a "inventé" en Catalogne, où Fabregas avait ce rôle-là. Et l'absence de longue durée d'Aguero, additionnée au manque d'efficacité de Jesus, ont taillé ce costume parfait pour Gundogan. Les résultats sont positifs et l'entraineur espagnol ne peut qu'admirer le travail de l'Allemand, comme le révèle France 24, en janvier dernier : "C'est l'un des joueurs les plus altruistes que j'ai jamais eus dans ma carrière et vous ne pouvez pas imaginer à quel point je suis reconnaissant et heureux, et l'importance qu'il a pour moi. Il est tellement intelligent, tellement malin, il comprend le jeu à merveille, il sait dans chaque action ce qu'il a à faire, toujours à penser à ce qui est le mieux pour l'équipe".

Après avoir été une pièce maitresse de l'effectif de Jurgen Klopp, dans le fameux Borussia Dortmund du début des années 2010, -où il sera même buteur lors de la finale de la Ligue des Champions en 2013-, Ilkay Gundogan entrevoit plus de lumière tout à coup. Comme si les statistiques servaient de passe-droit à la notoriété en football. En tout cas, pour certains, la saison de Gundogan n'est que logique par rapport à son talent.

De très bon joueur, sans être pour autant sur le devant de la scène, il est aujourd'hui, le meilleur buteur de Manchester City. Avec 16 buts et 3 passes décisives en 34 matchs toutes compétitions confondues, il réalise tout simplement sa meilleure saison individuelle. Son meilleur quota jusque-là ? 6 buts et 8 passes décisives en 2018-2019. Autant dire, que l'Allemand s'est métamorphosé cette saison. Depuis son arrivée en Angleterre, Gundogan a dû faire face à une rude concurrence à son poste. Dans le système de Guardiola, David Silva, Kevin De Bruyne, Fernandinho, sans compter Yaya Touré, ou encore Delph et Rodri. Tous ces joueurs occupent ou ont occupé le poste de Gundogan. Mais l'ancien de Dortmund a toujours fait partie intégrante de la rotation. Apprécié pour ses qualités de passeur, et pour sa redoutable vision de jeu, un peu dans le rôle de Silva, Pep Guardiola lui accorde une confiance totale. Cette saison, le départ de Silva lui a permis de prendre un peu plus d'importance chez les Citizens. Pourtant, ce n'est pas vraiment dans le même rôle qu'il brille aujourd'hui. L'explosion de Phil Foden, l'indispensable Kevin De Bruyne et le régulateur Rodri sont les bases du milieu de City. Alors, Guardiola a ressorti une ancienne recette, celle du faux 9. Un système qu'il a "inventé" en Catalogne, où Fabregas avait ce rôle-là. Et l'absence de longue durée d'Aguero, additionnée au manque d'efficacité de Jesus, ont taillé ce costume parfait pour Gundogan. Les résultats sont positifs et l'entraineur espagnol ne peut qu'admirer le travail de l'Allemand, comme le révèle France 24, en janvier dernier : "C'est l'un des joueurs les plus altruistes que j'ai jamais eus dans ma carrière et vous ne pouvez pas imaginer à quel point je suis reconnaissant et heureux, et l'importance qu'il a pour moi. Il est tellement intelligent, tellement malin, il comprend le jeu à merveille, il sait dans chaque action ce qu'il a à faire, toujours à penser à ce qui est le mieux pour l'équipe". Après avoir été une pièce maitresse de l'effectif de Jurgen Klopp, dans le fameux Borussia Dortmund du début des années 2010, -où il sera même buteur lors de la finale de la Ligue des Champions en 2013-, Ilkay Gundogan entrevoit plus de lumière tout à coup. Comme si les statistiques servaient de passe-droit à la notoriété en football. En tout cas, pour certains, la saison de Gundogan n'est que logique par rapport à son talent.