Pas de tacle trop appuyé ni d'injures à l'arbitre: la commission de discipline du district mosellan a dû se pencher le 30 janvier sur ce dossier inédit et a rendu un verdict assez sévère.

Les faits se sont déroulés à l'issue d'une rencontre de 2e division de district entre Terville et Soetrich le 17 novembre. Selon le site Lorraine Actu, qui a révélé l'affaire, deux des adversaires ont commencé à se battre et un troisième, joueur de Terville, a tenté de les séparer.

C'est à ce moment-là que le joueur de Soetrich a mordu ce dernier au sexe. Bilan, une dizaine de points de suture et quatre jours d'incapacité temporaire de travail (ITT).

"Comme ce dossier était assez original, la commission de discipline a demandé qu'un instructeur soit nommé pour bien faire la part des choses et qu'on ne se contente pas des témoignages, qu'on puisse disposer d'éléments complémentaires", a expliqué à l'AFP Emmanuel Saling, le directeur général du district de Moselle, sans pouvoir donner de détails précis sur le déroulé de la bagarre.

"Vraisemblablement les faits se sont produits après le match, sur le parking du stade. Il y a eu une altercation, une escalade et les choses ont empiré", a-t-il ajouté, précisant que les torts étaient "plus ou moins partagés".

La commission de discipline mosellane a ainsi suspendu pour cinq ans le joueur de Soetrich. Le joueur blessé de Terville a lui été suspendu six mois.

"C'est assez rare d'avoir des sanctions de plusieurs années, il y en a moins d'une dizaine par an", a repris M. Saling. "C'est sûr que ce dossier était un peu croustillant, mais quand on imagine la sortie du match, il devait y avoir une méchante tension, donc les sourires dans la commission de discipline sont vite retombés, sont plutôt devenus des rictus..."

Le match s'est soldé par un nul (1-1). Hélas pour le SC Terville, ce point chèrement acquis, le seul remporté cette saison par l'équipe qui a perdu ses autres rencontres, lui a été retiré. La lanterne rouge du championnat a en effet été condamnée à deux points de pénalité et 200 euros d'amende pour n'avoir pas répondu à ses obligations de sécurité et pour l'absence de réaction de ses dirigeants lorsque la bagarre a éclaté.

Les clubs peuvent faire appel.

Pas de tacle trop appuyé ni d'injures à l'arbitre: la commission de discipline du district mosellan a dû se pencher le 30 janvier sur ce dossier inédit et a rendu un verdict assez sévère.Les faits se sont déroulés à l'issue d'une rencontre de 2e division de district entre Terville et Soetrich le 17 novembre. Selon le site Lorraine Actu, qui a révélé l'affaire, deux des adversaires ont commencé à se battre et un troisième, joueur de Terville, a tenté de les séparer.C'est à ce moment-là que le joueur de Soetrich a mordu ce dernier au sexe. Bilan, une dizaine de points de suture et quatre jours d'incapacité temporaire de travail (ITT)."Comme ce dossier était assez original, la commission de discipline a demandé qu'un instructeur soit nommé pour bien faire la part des choses et qu'on ne se contente pas des témoignages, qu'on puisse disposer d'éléments complémentaires", a expliqué à l'AFP Emmanuel Saling, le directeur général du district de Moselle, sans pouvoir donner de détails précis sur le déroulé de la bagarre."Vraisemblablement les faits se sont produits après le match, sur le parking du stade. Il y a eu une altercation, une escalade et les choses ont empiré", a-t-il ajouté, précisant que les torts étaient "plus ou moins partagés".La commission de discipline mosellane a ainsi suspendu pour cinq ans le joueur de Soetrich. Le joueur blessé de Terville a lui été suspendu six mois."C'est assez rare d'avoir des sanctions de plusieurs années, il y en a moins d'une dizaine par an", a repris M. Saling. "C'est sûr que ce dossier était un peu croustillant, mais quand on imagine la sortie du match, il devait y avoir une méchante tension, donc les sourires dans la commission de discipline sont vite retombés, sont plutôt devenus des rictus..."Le match s'est soldé par un nul (1-1). Hélas pour le SC Terville, ce point chèrement acquis, le seul remporté cette saison par l'équipe qui a perdu ses autres rencontres, lui a été retiré. La lanterne rouge du championnat a en effet été condamnée à deux points de pénalité et 200 euros d'amende pour n'avoir pas répondu à ses obligations de sécurité et pour l'absence de réaction de ses dirigeants lorsque la bagarre a éclaté.Les clubs peuvent faire appel.