Horst Eckel, le dernier des héros allemands du "miracle de Berne", la première victoire de l'Allemagne de l'Ouest en Coupe du monde de football en 1954, est mort vendredi à l'âge de 89 ans, annonce la Fédération allemande de football.

Joueur de Kaiserslautern, il était le plus jeune de l'équipe victorieuse en finale de la Hongrie (3-2), grandissime favorite de la Coupe du monde 1954 en Suisse. Ce triomphe inattendu est resté comme un moment fondateur de l'identité allemande d'après-guerre, bien au-delà du sport.

Pour la première fois les Allemands eurent un motif de fierté collectif depuis la honte du nazisme et de la défaite catastrophique de la Seconde Guerre mondiale. Double champion d'Allemagne avec Kaiserslautern, Horst Eckel venait d'entrer la semaine dernière dans le "Hall of Fame" du musée du football de Dortmund, au côté des plus grands joueurs de l'histoire nationale, les Uwe Seeler, Franz Beckenbauer, Gerd Müller et autre Sepp Maier.

Horst Eckel, le dernier des héros allemands du "miracle de Berne", la première victoire de l'Allemagne de l'Ouest en Coupe du monde de football en 1954, est mort vendredi à l'âge de 89 ans, annonce la Fédération allemande de football. Joueur de Kaiserslautern, il était le plus jeune de l'équipe victorieuse en finale de la Hongrie (3-2), grandissime favorite de la Coupe du monde 1954 en Suisse. Ce triomphe inattendu est resté comme un moment fondateur de l'identité allemande d'après-guerre, bien au-delà du sport. Pour la première fois les Allemands eurent un motif de fierté collectif depuis la honte du nazisme et de la défaite catastrophique de la Seconde Guerre mondiale. Double champion d'Allemagne avec Kaiserslautern, Horst Eckel venait d'entrer la semaine dernière dans le "Hall of Fame" du musée du football de Dortmund, au côté des plus grands joueurs de l'histoire nationale, les Uwe Seeler, Franz Beckenbauer, Gerd Müller et autre Sepp Maier.