D'abord les Mauves, pour leur retour dans la plus haute compétition européenne, ont ramené un bon point de Galatasaray il y a quinze jours en ouverture du groupe D (1-1), et encore, il s'en est fallu d'un but turc dans les arrêts de jeu pour que les Bruxellois ne reviennent avec les 3.

D'autre part, Dortmund, pas bien en Bundesliga, se présentera singulièrement déforcé au stade Constant Vanden Stock.

"Beaucoup de qualités, peu de points faibles"

Un dernier argument que balayait toutefois Besnik Hasi, le mentor des Mauves. "Dortmund reste Dortmund, et joue en Bundesliga. Nous ne sommes qu'un club du championnat belge et il y a une grosse différence. Cela reste quoiqu'il arrive une équipe du top européen. Ils ont éliminé le Real et ont été finalistes il y a deux ans, la première chose à avoir pour eux, c'est du respect. C'est une équipe qui a un système de jeu, axé sur la force et la vitesse, peu importe qui joue. Bien sûr, il y a des joueurs de qualité, rapides, qui sont absents, mais cela restera difficile car cela reste le top du football européen."

Anderlecht est en tête de son championnat, toujours invaincu en 9 confrontations, après un convaincant 0-2 à Zulte Waregem dimanche. Dortmund navigue dans le milieu du tableau en Allemagne, mais doit composer surtout avec 7 blessés, dont Marco Reus, sans qui Dortmund n'est plus tout à fait pareil. "C'est vrai que Dortmund n'est pas dans la meilleure des positions pour le moment, mais il n'y a jamais de bons moments pour prendre ce genre de formation. Ils ont beaucoup de qualités, et très peu de points faibles. Oui, ils en ont un, mais je ne vais pas le dire ici," a encore ajouté mardi l'entraîneur d'Anderlecht.

Côté bruxellois, deux incertitudes planaient encore sur Bram Nuytinck, d'abord, qui passera un ultime test mercredi alors que Dennis Praet a fait une partie de l'entraînement mardi. "J'ai besoin des deux, c'est sûr. Devant, j'ai du choix, mais ce n'est pas le cas en défense. On a besoin de tout le monde. Dennis a fait une partie de l'entraînement aujourd'hui (mardi), et Bram fera encore un test mercredi et l'on décidera ensuite", a ajouté encore Hasi.

"Notre enthousiasme peut nous pousser à l'exploit"

Silvio Proto, suspendu à Istanbul, jouera lui son premier match de Ligue des champions de la saison. "J'attends en effet ce moment depuis très longtemps", a-t-il expliqué. "C'est un objectif que j'avais pointé dans ma rééducation: ce match face à Dortmund où je voulais être de retour vraiment à 100%. Cela m'a donné beaucoup d'énergie pour revenir de ma blessure (en fin de saison dernière) et revenir à ce moment-ci. Bien sûr, j'étais déçu comme tout le monde du match nul (1-1) à Galatasaray, au vu du déroulement du match car nous aurions signé avant la rencontre pour un nul, mais j'étais très nerveux, tu l'es plus dans la tribune que quand tu es sur le terrain."

Silvio Proto, 31 ans, est de loin le doyen de cette jeune formation anderlechtoise, ce qui constitue peut-être paradoxalement un atout pour le gardien des Mauves. "C'est notre enthousiasme, notre insouciance peut-être, qui fait que nous avons l'impression d'avoir tout à gagner et de n'avoir rien à perdre. Contrairement au championnat de Belgique où nous sommes favoris, nous n'avons aucune pression en Ligue des champions. C'est peut-être cela qui va nous pousser à l'exploit. Il n'y a pas cette peur comme cela a pu être le cas les autres années. Maintenant, Dortmund est impressionnant dans les matches que j'ai pu voir. Surtout contre Arsenal. Il va falloir être très concentré et surtout être réaliste. De toute façon, si on veut gagner, il faudra être à 120%. Le groupe est motivé, tous les espoirs sont permis".

Klopp veut reproduire son match "de référence" face à Arsenal

Battu 2-1 par Schalke 04 ce week-end, Dortmund navigue à la 12e place en Bundesliga, avec 2 victoires seulement, pour 9 buts marqués, 11 encaissés en 6 rencontres de championnat. Mais ce qui contrarie le plus Jürgen Klopp, l'entraîneur du Borussia, c'est la liste de ses blessés: Marco Reus (cheville), Jakub Blaszczykowski (problème musculaire), Nuri Sahin (genou), Oliver Kirch (aine) et Henrikh Mkhitaryan (pied) sont tous indisponibles, ayant rejoint Ilkay Gundogan toujours incertain, alors que Sebastian Kehl est lui aussi encore un peu douteux pour ce mercredi.

Dortmund reste cependant le finaliste de l'édition 2013 et les Allemands ont entamé leur Ligue des champions par un succès 2 à 0 sur Arsenal. "Nous n'avons pas pu souvent aligner le même onze à chaque rencontre", a expliqué Klopp mardi. "C'est un souci. Et notre meilleur match pour le moment le fut en Ligue des champions contre Arsenal. C'est pour cela que je me soucie de pouvoir utiliser les bons matches que l'on joue", a expliqué Jürgen Klopp, très serein à la veille de son duel face à Anderlecht.

"Notre match contre Arsenal était bon. Nous avons appris par le passé à nous servir de nos bons matches comme match de référence. Il faut utiliser celui face à Arsenal. Et notre meilleure défense, c'est l'attaque. Cela dit, Anderlecht est une bonne équipe, jeune, mais qui dispose de joueurs d'expérience aussi. Ce n'est pas seulement une addition d'individualités, Anderlecht forme une équipe. Anderlecht a toujours présenté un jeu agréable à regarder, mais il avait l'habitude de perdre ses matches en Ligue des champions. J'ai vu le match à Galatasaray, c'est peut-être un peu en train de changer."

Dortmund entend quoiqu'il arrive appliquer son jeu en essayant de ne pas répéter les erreurs inhabituelles, cause, selon Jürgen Klopp, de la défaite à Schalke par exemple. "La crise chez nous ? Je ne pense pas", a ajouté l'attaquant Franco-Gabonais de Dortmund, Pierre-Emerick Aubameyang. "On est bien conscient que cela ne se passe pas comme on le voudrait. Qu'il va falloir se relever. On fait un mauvais début de championnat, mais de là à parler de crise, je ne pense pas. Tout est possible pour demain (mercredi) contre Anderlecht".

La rencontre de ce mercredi (20h45) sera arbitrée par l'Italien Paolo Tagliavento, 42 ans.

D'abord les Mauves, pour leur retour dans la plus haute compétition européenne, ont ramené un bon point de Galatasaray il y a quinze jours en ouverture du groupe D (1-1), et encore, il s'en est fallu d'un but turc dans les arrêts de jeu pour que les Bruxellois ne reviennent avec les 3.D'autre part, Dortmund, pas bien en Bundesliga, se présentera singulièrement déforcé au stade Constant Vanden Stock.Un dernier argument que balayait toutefois Besnik Hasi, le mentor des Mauves. "Dortmund reste Dortmund, et joue en Bundesliga. Nous ne sommes qu'un club du championnat belge et il y a une grosse différence. Cela reste quoiqu'il arrive une équipe du top européen. Ils ont éliminé le Real et ont été finalistes il y a deux ans, la première chose à avoir pour eux, c'est du respect. C'est une équipe qui a un système de jeu, axé sur la force et la vitesse, peu importe qui joue. Bien sûr, il y a des joueurs de qualité, rapides, qui sont absents, mais cela restera difficile car cela reste le top du football européen."Anderlecht est en tête de son championnat, toujours invaincu en 9 confrontations, après un convaincant 0-2 à Zulte Waregem dimanche. Dortmund navigue dans le milieu du tableau en Allemagne, mais doit composer surtout avec 7 blessés, dont Marco Reus, sans qui Dortmund n'est plus tout à fait pareil. "C'est vrai que Dortmund n'est pas dans la meilleure des positions pour le moment, mais il n'y a jamais de bons moments pour prendre ce genre de formation. Ils ont beaucoup de qualités, et très peu de points faibles. Oui, ils en ont un, mais je ne vais pas le dire ici," a encore ajouté mardi l'entraîneur d'Anderlecht.Côté bruxellois, deux incertitudes planaient encore sur Bram Nuytinck, d'abord, qui passera un ultime test mercredi alors que Dennis Praet a fait une partie de l'entraînement mardi. "J'ai besoin des deux, c'est sûr. Devant, j'ai du choix, mais ce n'est pas le cas en défense. On a besoin de tout le monde. Dennis a fait une partie de l'entraînement aujourd'hui (mardi), et Bram fera encore un test mercredi et l'on décidera ensuite", a ajouté encore Hasi.Silvio Proto, suspendu à Istanbul, jouera lui son premier match de Ligue des champions de la saison. "J'attends en effet ce moment depuis très longtemps", a-t-il expliqué. "C'est un objectif que j'avais pointé dans ma rééducation: ce match face à Dortmund où je voulais être de retour vraiment à 100%. Cela m'a donné beaucoup d'énergie pour revenir de ma blessure (en fin de saison dernière) et revenir à ce moment-ci. Bien sûr, j'étais déçu comme tout le monde du match nul (1-1) à Galatasaray, au vu du déroulement du match car nous aurions signé avant la rencontre pour un nul, mais j'étais très nerveux, tu l'es plus dans la tribune que quand tu es sur le terrain."Silvio Proto, 31 ans, est de loin le doyen de cette jeune formation anderlechtoise, ce qui constitue peut-être paradoxalement un atout pour le gardien des Mauves. "C'est notre enthousiasme, notre insouciance peut-être, qui fait que nous avons l'impression d'avoir tout à gagner et de n'avoir rien à perdre. Contrairement au championnat de Belgique où nous sommes favoris, nous n'avons aucune pression en Ligue des champions. C'est peut-être cela qui va nous pousser à l'exploit. Il n'y a pas cette peur comme cela a pu être le cas les autres années. Maintenant, Dortmund est impressionnant dans les matches que j'ai pu voir. Surtout contre Arsenal. Il va falloir être très concentré et surtout être réaliste. De toute façon, si on veut gagner, il faudra être à 120%. Le groupe est motivé, tous les espoirs sont permis".Battu 2-1 par Schalke 04 ce week-end, Dortmund navigue à la 12e place en Bundesliga, avec 2 victoires seulement, pour 9 buts marqués, 11 encaissés en 6 rencontres de championnat. Mais ce qui contrarie le plus Jürgen Klopp, l'entraîneur du Borussia, c'est la liste de ses blessés: Marco Reus (cheville), Jakub Blaszczykowski (problème musculaire), Nuri Sahin (genou), Oliver Kirch (aine) et Henrikh Mkhitaryan (pied) sont tous indisponibles, ayant rejoint Ilkay Gundogan toujours incertain, alors que Sebastian Kehl est lui aussi encore un peu douteux pour ce mercredi.Dortmund reste cependant le finaliste de l'édition 2013 et les Allemands ont entamé leur Ligue des champions par un succès 2 à 0 sur Arsenal. "Nous n'avons pas pu souvent aligner le même onze à chaque rencontre", a expliqué Klopp mardi. "C'est un souci. Et notre meilleur match pour le moment le fut en Ligue des champions contre Arsenal. C'est pour cela que je me soucie de pouvoir utiliser les bons matches que l'on joue", a expliqué Jürgen Klopp, très serein à la veille de son duel face à Anderlecht."Notre match contre Arsenal était bon. Nous avons appris par le passé à nous servir de nos bons matches comme match de référence. Il faut utiliser celui face à Arsenal. Et notre meilleure défense, c'est l'attaque. Cela dit, Anderlecht est une bonne équipe, jeune, mais qui dispose de joueurs d'expérience aussi. Ce n'est pas seulement une addition d'individualités, Anderlecht forme une équipe. Anderlecht a toujours présenté un jeu agréable à regarder, mais il avait l'habitude de perdre ses matches en Ligue des champions. J'ai vu le match à Galatasaray, c'est peut-être un peu en train de changer."Dortmund entend quoiqu'il arrive appliquer son jeu en essayant de ne pas répéter les erreurs inhabituelles, cause, selon Jürgen Klopp, de la défaite à Schalke par exemple. "La crise chez nous ? Je ne pense pas", a ajouté l'attaquant Franco-Gabonais de Dortmund, Pierre-Emerick Aubameyang. "On est bien conscient que cela ne se passe pas comme on le voudrait. Qu'il va falloir se relever. On fait un mauvais début de championnat, mais de là à parler de crise, je ne pense pas. Tout est possible pour demain (mercredi) contre Anderlecht".La rencontre de ce mercredi (20h45) sera arbitrée par l'Italien Paolo Tagliavento, 42 ans.